Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dans la République du bonheur
Théâtre National de Chaillot  (Paris)  novembre 2014

Comédie dramatique de Martin Crimp, mise en scène de Élise Vigier et Marcial Di Fonzo Bo, avec Katell Daunis, Claude Degliame, Marcial Di Fonzo Bo, Kathleen Dol, Frédérique Loliée, Pierre Maillet, Jean-François Perrier, Julie Teuf et les musiciens Étienne Bonhomme, Baptiste Germser et Antoine Kogut.

Le collectif d'acteurs du Théâtre des Lucioles procède à la création en France de "Dans la République du bonheur", dernier opus en date du dramaturge anglais Martin Crimp qui dégoupille sa grenade plumitive pour pulvériser les recettes du bonheur mitonnées par la société néo-libérale du 21ème siècle qui doit être celui du bonheur grâce à Saint Capitalisme.

Dans une filiation conceptuelle avec leur précédent travail sur "L’Héptalogie d'Hieronymus Bosch" de l'auteur argentin Rafael Spregelburd, dont "La estupidez" et "La paranoïa", les co-metteurs en scène Elise Vigier et Marcial Di Fonzo Bo ont concocté dans le registre de l'exubérance grotesque et burlesque, avec la complicité dramaturgique de Leslie Kaplan, un patchwork performatif pop-rock.

Ce qui sied à la partition qui, si elle reprend un des postulats crimpiens qui tient à la subversion d'une situation classique du théâtre de boulevard, en l'espèce celle du repas de famille, et le dynamitage de l'illusion théâtrale, se décline en trois "actes" aussi hétéroclites qu'hétérogènes visant à signifier successivement la destruction de la famille, à dénoncer la vacuité de l'existentialisme pervers véhiculé par les cinq libertés essentielles de l’individu et à esquisser un scénario du bonheur.

Alors que Noël est traditionnellement placé sous l'égide de la trêve des confiseurs et la sérénité des coeurs contaminés par la grâce de la Nativité, les prises de bec ponctuent le repas festif de la famille de Crimp.

La mère femme au foyer-serpillière (Frédérique Loliée) s'épuise et prend sur elle pour maintenir un semblant de cohésion familiale entre un mari atteint d'une opportune surdité précoce (Pierre Maillet) qui lui permet de décrocher, deux filles qui se jalousent (Katell Daunis et Katleen Dol), une grand-mère cynique et obséquieuse (Claude Degliame) et un grand-père adepte de l'onanisme pornographique (Jean-François Perrier).

Ne manque que l'oncle Bob (Marcial Di Fonzo Bo) qui déboule sans être invité pour leur servir en guise dessert les quatre vérités plutôt salées de son épouse Madeleine, une forte maîtresse femme (Julie Teuf).

C'est caustique et drôle, bien servi par les comédiens dans un décor vintage seventies avec salle à manger Regency, mais peu novateur. Ca sent un peu le réchauffé comme les restes de dinde servis en hachis parmentier du lendemain de fête.

Le décor démantibulé laisse place à un plateau vide avec le désormais récurrent miroir en fond de scène pour réfléchir le public et lui signifier que c'est de lui dont il s'agit, et à l'installation d'une formation rock, celle de Etienne Bonhomme, crédité de l'habillage musical, qui, avec ses acolytes Baptiste Germser et Antoine Kogut, va intervenir en live au cours de tableaux performatifs illustrant les recettes du bonheur que sont les injonctions d'un nouveau genre qui se révèlent aussi illusoires que paradoxales en ce qu'elles ne peuvent concilier l'aspiration à l'unicité de l'ego et le rassurant mimétisme identitaire.

Cette seconde partie, essentiellement compilatoire, reprend simplement les antiennes véhiculés par les médias et évoque une présentation "power point" d'un stage de développement personnel et d'accomplissement de soi mais la troupe dispense une belle énergie pour nourrir ces commandements du bonheur répétés à l'infini par une brochette de clones lobotomisés.

Et les metteurs en scène ont judicieusement joué la carte de la rupture de ton notamment avec la réjouissante parodie bowienienne de Pierre Maillet pour illustrer la "liberté d'écrire le scénario de ma vie" et les magistraux trémolos vocaux de Claude Degliame en charge de la "liberté de faire l’expérience d’un horrible trauma".

In fine, pour ce qui pourrait être un épilogue, le couple de trublions Bob (Marcial Di Fonzo Bo en "chien" pathétique) - Madeleine (Julie Teuf en pétulante "salope") reprend du service pour une déclinaison sans surprise du bonheur sous forme d'un couple névrotique.

Le Théâtre des Lucioles, sans toutefois se renouveler, imprime sa patte sur une réjouissante proposition qui parvient à négocier le caractère décevant de la partition peu subversive de Martin Crimp.

 

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 novembre 2020 : Le Froggy's Nouveau

L'arrivée du Beaujolais nouveau sera moins festive qu'à l'habitude cette année. Qu'à cela ne tienne la nouvelle édition de Froggy's Delight et le replay de la nouvelle Mare Aux Grenouilles est là pour vous tenir chaud ! Voici le programme :

Du côté de la musique :

"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

et toujours :
"Pursue a less miserable life" de Saffron Eyes
"Reborn" de Aldo Romano
"Dear mademoiselle" de Astrig Siranossian
"Lignes futures" de Brazzier
"Song machine, season one : Strange timez" de Gorillaz
"Mémoire d'un enfant de 300 000 ans" de Imbert Imbert
"Perspectives & avatars" de Laura Perrudin
"Aux amis qui manquent" la 4eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Frédéric Chopin" de Roustem Saitkoulov
"Beethoven, un nouveau manifeste" de Simon Zaoui
"Any day now" de The Brooks

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Douze Hommes en colère" de Reginald Rose
"Phèdre!" par François Gremaud
"La Dame de chez Maxim" de Georges Feydeau
"Comme s'il en pleuvait" de Sébastien Thiéry
"La journée de la jupe" de Jean-Paul Lilenfeld
"Hier est un autre jour" de Sylvain Meyrac et Jean-François Cros
"10 ans de mariage" d'Alil Vardar
"Ils s’aiment" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"Le Professeur Rollin se re-rebiffe" de François Rollin
et un malicieux air d'opéra avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir l'exposition commentée "Soleils Noirs" au Louvre-Lens
en virtuel :
"Miro "Bleu I, Bleu II, Bleu III" au Centre Pompidou
"Gregory Crewdson - An Eclipse of Moths" à la Galerie Templon
voir ou revoir l'exposition "Les costumes font leur show !" au Centre national du costume de scène à Moulins
parcourir les collections de la National Gallery of Denmark à Copenhague
du Palais de Schönbrunn à Vienne
du Museu Imperial de Petropolis au Brésil et en Thaïlande
et du Museum of Contemporary Art à Bangkok
et "Les petites histoires des chansons coquines" du Musée de la Sacem

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Les bien-aimés" de Christophe Honoré
"L'exercice de l'Etat" de Pierre Schoeller
"Jimmy Rivière" de Teddy Lussi-Modeste
"Peur de rien" de Danielle Arbid
"The Bookshop" de Isabel Coixet

Lecture avec :

"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud
et toujours :
"Histoire politique de la roue" de Raphael Meltz
"Inépuisables" de Vivian Gornick
"Kudos" de Rachel Cusk
"Se cacher pour l'hiver" de Sarah St-Vincent
"Histoire navale de la seconde guerre mondiale" de Craig L. Symonds

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=