Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mr Turner
Mike Leigh  décembre 2014

Réalisé par Mike Leigh. Grande Bretagne. Biopic. 2h30 (Sortie le 3 décembre 2014). Avec Timothy Spal, Paul Jesson, Dorothy Atkinson, Marion Bailey, Ruth Sheen, Karl Johnson, Sandy Foster et Amy Dawson.

Si l'on s'amusait à dénombrer les "biopics" consacrés à des grandes figures de la peinture, on s'apercevrait qu'il y a là de quoi constituer un sous-genre fertile qui fournit souvent de très bons films.

Dès les années 30, Charles Laughton est un imposant Rembrandt. Qui a oublié le Modigliani de "Montparnasse 19" de Jacques Becker ? Mieux que le grognon Pialat avec le plat Dutronc, Vincente Minnelli a immortalisé Van Gogh sous les traits de Kirk Douglas dans "La Vie passionnée de Vincent Van Gogh".

On rappellera que récemment Ed Harris s'est mis en scène en Pollock et que Julien Schnabel a conté la vie si brève de Basquiat et tranformé David Bowie en Andy Warhol.

Voilà donc qu'à son tour, Mike Leigh, habitué des palmarès cannois et seul compagnon - sinon rival -de Ken Loach dans le cinéma anglais, s'attaque à un maître du pinceau. Et il a choisi le roi de la lumière, cet élément commun entre le peintre et le cinéaste qui explique peut-être pourquoi il y a tant de films sur la vie et l'oeuvre des peintres.

"Mr Turner" de Mike Leigh a tout du "biopic" que ce soit la forme, qui suit la vie du grand homme sur plusieurs décennies, ou le fond, qui montre et démontre comment un génie transcende sa condition d'homme et comment il l'exalte et la justifie.

Respectant les crédos du genre, Mike Leigh n'hésite pas à se lancer dans une reconstitution soignée et colorée de l'Angleterre riante du milieu du dix-neuvième siècle menacée par les vapeurs des locomotives.

Il n'hésite pas non plus à faire intervenir dans son récit des personnages réels, comme Constable, la reine Victoria ou John Ruskin, dont la flatterie louangeuse l'insupportait. Il montre également comment Turner subit d'abord l'incompréhension des bien-peigants avant que les moqueries ne se transforment peu à peu en admiration générale, et que le génial marginal n'accède au rang de monument national.

Pour tout ça, Mike Leigh pourrait être accusé de tous les maux du biopic. C'est pourtant le sentiment opposé qui se dégage de son film. Il faut dire que personne n'oubliera pas la composition, justement primé à Cannes, de Timothy Spall.

Avec une tronche très particulière, qui rappellera aux cinéphiles l'immense Robert Morley, Spall joue presque au monstre de Frankenstein qui cache un grand cœur et une âme encore plus grande sous une étoffe pataude et disgracieuse.

Cela lui sert pour séduire par petites touches la veuve qui le loge quand il vient peindre aux bords de la mer. Cela lui permet de grommeler avec une tristesse rageuse quand les philistins se moquent de ses tableaux peu académiques. Cela motive sa quête du beau quand il parcourt les paysages magnifiques de la côte anglaise ou qu'il se fait attacher à un mât de bateau pour comprendre et ressentir une tempête...

Ces cent cinquante minutes en compagnie d'un peintre qui préfigure les Impressionnistes au pays où va triompher le néo-classicisme des Préraphaélites, comme Dante Gabriel Rossetti, passent très vite et le réalisateur de "Naked" en peuple chaque seconde d'une idée ou d'une émotion nouvelle.

"Mr Turner" de Mike Leigh possède encore un autre atout commun aux biopics réussis : on sent que le cinéaste n'a pas hésité à se projeter dans le peintre. Oui, Turner, c'est lui.

Désormais à la tête d'une œuvre accomplie, n'ayant rien d'autre à prouver que son plaisir à filmer et à faire revivre une figure telle que celle de Mister Turner, Mike Leigh est aussi libre et agile avec son film qu'un peintre avec son pinceau.

Pour l'heure, il a posé sur son chevalet une toile sur laquelle défile la belle vie d'un peintre qu'il contribue à faire encore aimer davantage.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 novembre 2020 : Le Froggy's Nouveau

L'arrivée du Beaujolais nouveau sera moins festive qu'à l'habitude cette année. Qu'à cela ne tienne la nouvelle édition de Froggy's Delight et le replay de la nouvelle Mare Aux Grenouilles est là pour vous tenir chaud ! Voici le programme :

Du côté de la musique :

"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

et toujours :
"Pursue a less miserable life" de Saffron Eyes
"Reborn" de Aldo Romano
"Dear mademoiselle" de Astrig Siranossian
"Lignes futures" de Brazzier
"Song machine, season one : Strange timez" de Gorillaz
"Mémoire d'un enfant de 300 000 ans" de Imbert Imbert
"Perspectives & avatars" de Laura Perrudin
"Aux amis qui manquent" la 4eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Frédéric Chopin" de Roustem Saitkoulov
"Beethoven, un nouveau manifeste" de Simon Zaoui
"Any day now" de The Brooks

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Douze Hommes en colère" de Reginald Rose
"Phèdre!" par François Gremaud
"La Dame de chez Maxim" de Georges Feydeau
"Comme s'il en pleuvait" de Sébastien Thiéry
"La journée de la jupe" de Jean-Paul Lilenfeld
"Hier est un autre jour" de Sylvain Meyrac et Jean-François Cros
"10 ans de mariage" d'Alil Vardar
"Ils s’aiment" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"Le Professeur Rollin se re-rebiffe" de François Rollin
et un malicieux air d'opéra avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir l'exposition commentée "Soleils Noirs" au Louvre-Lens
en virtuel :
"Miro "Bleu I, Bleu II, Bleu III" au Centre Pompidou
"Gregory Crewdson - An Eclipse of Moths" à la Galerie Templon
voir ou revoir l'exposition "Les costumes font leur show !" au Centre national du costume de scène à Moulins
parcourir les collections de la National Gallery of Denmark à Copenhague
du Palais de Schönbrunn à Vienne
du Museu Imperial de Petropolis au Brésil et en Thaïlande
et du Museum of Contemporary Art à Bangkok
et "Les petites histoires des chansons coquines" du Musée de la Sacem

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Les bien-aimés" de Christophe Honoré
"L'exercice de l'Etat" de Pierre Schoeller
"Jimmy Rivière" de Teddy Lussi-Modeste
"Peur de rien" de Danielle Arbid
"The Bookshop" de Isabel Coixet

Lecture avec :

"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud
et toujours :
"Histoire politique de la roue" de Raphael Meltz
"Inépuisables" de Vivian Gornick
"Kudos" de Rachel Cusk
"Se cacher pour l'hiver" de Sarah St-Vincent
"Histoire navale de la seconde guerre mondiale" de Craig L. Symonds

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=