Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Wake in fright
Ted Kotcheff  décembre 2014

Réalisé par Ted Kotcheff. Etats Unis/Australie. Drame. 1h54 (2ème sortie le 3 décembre 2014 - Sortie 21 juillet 1971). Avec Donald Pleasance, Gary Bond, Chips Rafferty, Sylvia Kay, Jack Thompson, Peter Whittle, Al Thomas et John Meillon.

Si l'on cite son nom, il y a peu de chance qu'il dise quelque chose même à des cinéphiles. Et pourtant, en presque cinquante ans de carrière, Ted Kotcheff n'a laissé personne indifférent.

Auteur, en 1974, de "L'Apprentissage de Duddy Kravitz", considéré par les Canadiens anglophones comme le meilleur film canadien jamais réalisé, Ted Kotcheff est surtout le maître d'oeuvre du premier "Rambo". Cela suffira à le discréditer auprès des sectaires qui n'ont pas vu le film et a attiré l'attention des autres, ceux qui considèrent "Rambo" comme l'un des meilleurs films américains de la période post-Guerre du Vietnam.

En suivant dans sa dérive le soldat John Rambo, militaire meurtri sacrifié à l'autel d'une défaite jamais avouée, Ted Kotcheff a créé un personnage qui a pris sa place au Panthéon des héros tragiques.

Curieusement, dans "Wake in fright" ("Réveil dans la terreur"), on retrouve le même thème que dans "Rambo", celui d'un homme seul jeté dans un milieu hostile, un homme qui croyait à des valeurs et que les circonstances entraînent dans un univers primitif où il n'y en a plus aucune.

John Grant, instituteur au fin fond de l'Australie perdue, voit le bout d'une année scolaire ennuyeuse. Dans son beau costume blanc d'été, il arrive dans la petite ville minière de Bundanyabba que tous ont l'habitude d'appeler plus simplement "Yabba". Lieu de transit où il lui faut passer une nuit, il se trouve confronté à une population barbare, jouant fiévreusement à "Pile" ou "Face", collectionnant les dégénérés et les pervers sexuels, sortant les fusils pour chasser le kangourou...

Venant après "Délivrance", "Wake in fright" plonge une nouvelle fois un "civilisé" en milieu hostile, là où viol, inceste, actes contre nature, ne sont pas des tabous. En quelques heures, le mauvais rêve de John Grant devient un cauchemar sans fin. Comme Rambo, il va devoir surmonter ses peurs, court-circuité l'hostilité générale, s'inventer son propre code d'honneur pour sortit intact de l'épreuve.

À la même époque que Ted Kotcheff, un autre cinéaste, Nicola Roeg, cette fois-ci anglais, tourne aussi en Australie un film écrasé de soleil. Cette fois, il ne s'agit pas d'un homme seul face à une communauté, mais d'enfants qui vont devoir suivre un aborigène pour échapper à une mort annoncée.

Aussi écrasé de soleil, aussi peu indulgent pour les Australiens d'origine anglo-saxonne, le film de Nicolas Roeg met en avant la culture ancestrale des Australiens de toujours comme viatique pour que la société australienne reconquiert ses racines. Pour Kotcheff, il n'y a même pas cette solution. Bundanyabba est un dépotoir sans avenir. Il faut fuir l'endroit coûte que coûte - et surtout ne pas y revenir en croyant s'en échapper - comme cela arrive à John Grant.

Comme toujours, Donald Pleasance incarne le mal sous des dehors bonasses d'angoissé inoffensif. Dans l'enfer de Bundanyabba, il fixe les règles mouvantes d'un monde dont on ne sait pas vraiment s'il est un fantasme ou une horreur réelle. Quand John Grant atteindra son but, et sans ira rejoindre le bled où il croyait s'encroûter mais, où, en comparaison avec les bacchanales de Yabba, il vivait dans un vrai paradis, Pleasance lui adressera sous sa barbe un sourire amical, un vrai sourire plein de menaces non mises à exécution...

Ted Kotcheff réussit à créer un climat vraiment étrange avec des éléments du quotidien qui n'ont en commun que leur médiocrité. Quarante ans après sa réalisation, le film n'a pas vieilli, n'a pas perdu de sa force. On reste fasciné par cette plongée imprévue dans Bundanyabba, qu'on pourrait définir comme le trou du cul de la banalité du mal. Tout part d'une horreur diffuse pour en devenir la quintessence.

Pour une fois, sa réputation n'était pas usurpée : "Wake in fright" de Ted Kotcheff est vraiment un film culte.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mai 2022 : Culture et vous - A vos agendas !

Il fait beau, il fait chaud, mais il n'y pas que les terrasses dans la vie. La culture bat son plein et, avant que le ciel ne nous tombe sur la tête, il est temps de se montrer curieux pour découvrir les nouveautés de la semaine de la musique et du spectacle vivant ainsi que du cinéma, de la lecture et des expositions.

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antoine et Cléopâtre" aux Ateliers Berthier
"Feel Good" à la Manufacture des Abesses
"Double Je" au Théo Théâtre
"Tous les marins sont des chanteurs" au Théâtre du Rond-Point
"Cry me a river" au Monfort Théâtre
"Carmen ou presque" au Théâtre Trévise
une reprise avec "Mister Paul" au Théâtre du Petit Montparnasse
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Monnaies & Merveilles" à la Monnaie de Paris
dernière ligne droite pour :
"Aux frontières de l'Humain" au Musée de l'Homme
"Maurice Denis - Le Bonheur rêvé" au Musée Maurice Denis
"Le Monde de Steve McCurry" au Musée Maillol
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"Juste la fin du monde" de Xavier Dolan
"La belle époque" de Nicolas Bedos
"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven
"Les Eternels" de Zhangke Jia

"Le Traître" de Marco Bellocchio
"It must be heaven" de Elia Suleiman
en salle pour les cinéphiles : "Les Femmes des autres" de Damiano Damiani

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=