Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce White God
Kornel Mundruczó  décembre 2014

Réalisé par Kornel Mundruczó. Hongrie/Allemagne/Suède. Drame. 1h59 (Sortie le 6 novembre 2014). Avec Zsófia Psotta, Sándor Zsótér, Lili Horváth, Szabolcs Thuróczy, Lili Monori, Gergely Bánki, Tamas Polgaret Orsolya Toth.

"Les loups sont entrés dans Paris", disait la chanson. Et si c'étaient plutôt les chiens... qui entraient dans Budapest ? Entraient ? C'est un mot un peu faible : non, dans "White God" de Kornél Mundruczo, ils déferlent, ils emportent tout sur leur passage, hurlent, aboient, déchirent les chairs, les crocs ivres de sang.

Le monde dans lequel arrive cette catastrophe "naturelle" est un pays qui ressemble fort à la Hongrie controversée de Viktor Orban et qui en donne la preuve puisque les chiens sans race, les bâtards, sont traqués pour favoriser la pureté de la race.

Métaphore d'un pays à la démocratie fluctuante, l'histoire contée par Kornél Mundruczo commence dans les abattoirs où l'on assiste très cliniquement au dépeçage d'une vache abattue. Dans ce climat lugubre garantie, on retrouve déjà les traces de ce fantastique très particulier qui nourrit la littérature et le cinéma de ce pays si singulier de l'Europe centrale.

Et ces traces ne vont cesser de croître jusqu'à ce que ce soit le sang humain qui coule et plus celui des bêtes.

À l'origine de ce renversement, Hansen, le chien de Lili, ado musicienne, cycliste et malheureuse parce que ses parents sont séparés et que sa mère partant à l'étranger, elle doit venir vivre chez son père. Celui-ci, qu'on a vu au début du film, certifier l'authenticité de la viande abattue, ne supporte pas le chien de Lili et va l'abandonner...

S'en suit un long calvaire pour ce pauvre toutou, dont on suivra toutes les étapes qui le mènent au bout de moultes épreuves dans un chenil surpeuplé. Et, soudain, ce chien perdu sans espoir de retour, tel un Monte-Cristo s'échappant du Château d'If, parvient à s'évader du chenil pour exercer une terrible vengeance sur tous ceux qui auront participé à sa persécution...

Et, bien entendu, ce "white dog", devenu un Dieu blanc à quatre pattes, ne s'évade pas seul, mais avec une horde sauvage d'animaux faussement domestiqués, eux aussi aboyant vengeance.

Certains verront dans "White God" de Kornél Mundruczo une parenté avec "Les Oiseaux". Mais, dans le film d'Hitchcok, c'est plus le sentiment d'absurde qui préside au carnage. Certes, on y évoque le sort des oiseaux en cage. Pourtant, il n'y a pas de dimension "politique". Les chiens hongrois, eux, ont conscience de leurs souffrances, de l'oppression qu'ils subissent et veulent, en anarchistes canins, mettre sans dessus dessous l'ordre humain acquis.

"Grand Prix" à Cannes dans la section "Un certain regard", "White God" n'est pas un simple film de genre dont il faut vanter la terrible efficacité. C'est une parabole sur le devenir humain : si l'homme moderne, imbu de sa domination sur la nature, oublie tout comportement moral, il réveillera des forces obscures, et pas seulement celles qui seront capables de le mordre et de le déchiqueter.

Reste une solution, une éternelle solution à laquelle on ne pense jamais assez : l'amour. "White God" de Kornél Mundruczo est aussi la belle histoire d'amour d'une jeune fille et d'un chien. On ne dira pas si l'amour est plus fort que la mort, si Lili et Hansen parviendront à s'accorder pour que tout ce sang cesse de couler...

Pour cela, il faudra aller voir ce grand film qui fera date dans les annales du "fantastique social".

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 mai 2022 : En mai cultive toi comme il te plaît

Après une belle soirée en compagnie de KATEL vendredi, le replay est ici, c'est reparti pour une semaine d'actualité culturelle vue par nos chroniqueurs en attendant la déjà 48eme Mare aux Grenouilles en direct samedi !

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Odyssée - Une histoire pour Hollywood" au Théâtre de la Colline
"Nous, l'Europe, banquet des peuples" au Théâtre de l'Atelier
"Penthésilé.e.s amazonomachie" au Théâtre de la Tempête
"Skylight" au Théâtre du Rond-Point
"Encore plus, tout le temps, partout" au Théâtre de la Bastille
"L'Epopée d'un buveur d'eau" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"La Maladie de la Famille M." au Théâtre de la Reine Blanche
"Montaigne - Les Essais" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Scum Rodéo" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Frustrées" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Guy Carlier" au Théâtre des Mathurins
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"HEY ! Le dessin" à la Halle Saint-Pierre
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"La femme de mon frère" de Monia Chokri

"Mutum" de Sandra Kogut
"Party Girl" de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis
"Naissance des pieuvres" de Céline Sciamma
"Tu mérites un amour" de Hafsia Herzi
et dans la série Oldies but goodies :
"La Passante du Sans-Souci" de Jacques Rouffio
"Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=