Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La ville
Théâtre de la Colline  (Paris)  novembre 2014

Comédie dramatique de Martin Crimp, mise en scène de Rémy Barché, avec Marion Barché, Myrtille Bordier, Louise Dupuis et Alexandre Pallu.

Double actualité parisienne pour le dramaturge anglais Martin Crimp et deux propositions radicalement différentes, aux antipodes formelles l'une de l'autre, ce qui, a priori, n'est pas fondamentalement aberrant compte tenu de l'hétérogénéité de ses partitions.

Mais si la création de son dernier opus en date "Dans la République du bonheur" par le collectif d'acteurs le Théâtre des Lucioles bénéficie de l'exubérance de la mise en scène parodique, performative et musicale de Marcial Di Fonzo Bo et Elise Vigier, l'ascétisme conceptuel guide Rémy Barché dont les parti-pris de mise en scène de "La ville" rendent incompréhensible une partition absconse pour qui n'en connaît pas les dernières répliques.

Ecrite en 2007, cette pièce devenue un classique crimpien s'ouvre par une scène conventionnelle, en l'occurrence un couple qui évoque les événements de leur journée, mais de manière singulière puisque narrativisée : le couple n'échange pas mais rapporte des conversations échangées avec des tiers.

Les scènes suivantes qui semblent s'inscrire dans un quotidien et une linéarité chronologique sont subverties par la survenance d'étrangetés, un peu à la manière pintérienne, dans la teneur des propos ou l'immixion de personnages inattendus voire incongrus, qui va progressivement désagréger la situation et saborder l'illusion théâtrale pour pointer la vraie thématique.

De plus, le thème du délitement du couple n'est qu'un leurre. Martin Crimp ne s'intéresse pas ni aux individus ni à leurs petites histoires. "La ville" ne concerne pas des êtres vivants mais l'acte d'écriture et le processus de création fictionnelle et l'opus se présente comme la représentation du paysage mental du personnage principal, une arlésienne, qui est l'auteur dans une déclinaison pirandellienne symétrique.

Car ce ne sont pas les personnages qui sont en quête d'auteur mais l'auteur qui est en quête de personnages de papier pour peupler "sa ville" terme symbolique pour désigner l'oeuvre en cours d'écriture et ce qui se passe sur le plateau représente le paysage mental de l'auteur.

Or, avec la collaboration de Adèle Chaniolleau, Rémy Barché opte pour un contrepoint dramaturgique dès les premières répliques, avec un jeu d'acteur anti-naturaliste et anti-réaliste avec une gestuelle et une scansion distanciées qui ressortissent à l'étrangeté, l'absurde et l'irréalité, et qu'il surligne ensuite de manière appuyée par des éléments scénographiques - tels des objets à l'échelle modifiée, l'emploi de fumigènes, une fistule géologique et même le "truc" de la chaise invisible.

Le processus ainsi désamorcé, et nonobstant l'investissement des jeunes comédiens de la troupe de la Comédie de Reims, Marion Barché, Alexandre Pallu, Louise Dupuis et Myrtille Bordier, la sollicitation intellectuelle vite émoussée se mue en attentisme devant ce surenchérissement dans l'absurde qui dure près de deux heures avant le pseudo-dénouement.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours

Les grenouilles prennent la route d'Avignon et nous vous livrerons nos chroniques quasiment au jour le jour exceptionnelement ! En attendant, voici le programme de la semaine. Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y serons avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
et toujours :
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=