Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Timeloss
Théâtre de la Bastille  (Paris)  novembre 2014

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Amir Reza Koohestani, avec Hassan Madjooni et Mahin Sadri.

Les coutumiers du cinéma iranien "officiel", celui que l'on voit dans les festivals, et dont les réalisateurs, une fois atteints un certain niveau de gloire international, sont obligés de devenir "dissidents" s'ils veulent tirer enfin profit de leur succès, ne seront pas dépaysés par ce spectacle.

Ils y retrouveront un formalisme typiquement persan, une utilisation subtile des contraintes qui aboutit à tourner pendant un certain temps autour du pot du sujet avant de le noyer dans un discours dont les affirmations et les contradictions ne sont que des nuances.

Dans "Timeloss", deux personnages sont assis derrière deux tables. Un peu en avant, il y a une jeune femme, les cheveux sagement rangés dans un foulard jaune conforme à la bienséance. Derrière elle, sur une autre table, muni d'un micro et d'écouteurs, il y a un homme barbu. Au-dessus d'eux, repose un écran dont la partie centrale a été recouverte de noir, et sur laquelle on a posé la barre réservée aux surtitres.

Sur les deux parties blanches, on découvre deux personnages assez en phase avec ceux qui lisent derrière leurs tables... puisque ceux-ci sont censés se post-synchroniser eux-mêmes.

Ce qu'ils disent est le contenu d'un précédent spectacle, "Dance on Glasses", qui va sortir en DVD et dont le son direct d'époque doit être refait... Pour rendre encore plus compliqué le dispositif de "Timeloss", les propos tenus dans "Dance on Glasses" reflètent la situation des protagonistes de "Timeloss"...

Enchevêtrement inextricable de niveaux de lecture, cette pièce est typique de l'Iran des Mollah où l'ésotérisme intellectuel est le meilleur moyen de ne pas risquer le bagne. Comme les Iraniens sont un peuple comprenant une minorité de lettrés bien plus large que dans les pays occidentaux dits démocratiques, il faut supposer que l'intrigue de "Timeloss" est à la portée de tous les spectateurs qui vont au théâtre à Téhéran.

Ce ne sera pas malheureusement pas le cas du Parisien de base, même de celui qui croit être malin parce qu'il a tout compris de "Pour un oui et pour un non", la pièce de Nathalie Sarraute.

Gêné par le surtitrage, difficile à suivre parce que "Timeloss" repose sur un jeu de questions-réponses souvent rapides, le spectateur français risque d'en perdre peu à peu le fil. Il s'accrochera à la musique des mots et des reproches que les deux post-synchronisateurs s'adressent sous prétexte de doublage.

Sans tout saisir, il sera ainsi sensible aux tons des voix d'Hassan Madjooni et de Mahin Sadri et regrettera de vivre dans un pays mollement contraignant et où il n'est pas - encore ? - obligé de décrypter chaque mot d'Amir Reza Koohestani et d'en peser toute l'importance pour le sens à donner à son œuvre.

Un théâtre à découvrir pour mieux comprendre la complexité d'un pays attachant bien loin de la vision manichéenne qu'en donnent nuit et jour les médias dominants.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=