Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ez3kiel - Dorian and the dawn riders
L'Aéronef  (Lille)  samedi 29 novembre 2014

Avides d’images de contes et de rêveries, goûter à l’imaginaire d’Ez3kiel assouvit gargantuesque-ment ce genre d’appétits.

Ez3kiel, de retour à l’Aéronef de Lille, ne m’a pas beaucoup donné à réfléchir pour revenir à leur écoute. J’étais curieuse de connaître la nouvelle formule, surtout après la sortie récente de leur album Lux. Je m’imaginais déjà les nouvelles créations sorties de l’esprit ingénieux et fou de Yann Nguema. Outre l’efficacité trip-hop du groupe, c’est bien l’ambiance graphique et la recherche d’une symbiose parfaite avec la musique qui reste encore ancrées aujourd’hui dans l’esprit des connaisseurs du groupe. Des personnages féériques et froids. Ambiance d’automne, nostalgique. Des images, des atmosphères, des corps animés par le jeu des musiciens. Voilà ce qu’était encore pour moi Ez3kiel, une marque de fabrique peut-être un peu trop accrochée dont ils voulaient se défaire...

Avant que le concert ne débute, j’en ai eu quelques indices. D’abord, j’aperçois Yann Nguema hors scène. Tellement passionné par la dimension visuelle, il a raccroché la basse pour se consacrer aux manettes et à la programmation. La scène est, quant à elle, beaucoup plus aérée en instruments, laissant place à un trio de musiciens. Et, dans l’ombre, une masse de projecteurs nous surveillent. 48 au total que le groupe à nommer le "Magic-Screen". Je commence à réaliser le virage du groupe et son Lux.

Et voilà que la musique démarre. Le son est retentissant. Après avoir été aussi méticuleux avec le Naphtaline Orchestra, j’imagine que le groupe a voulu se lâcher pour exploser littéralement. Comme si une crise d’adolescence avait éclaté ou comment se libérer du carcan Ez3kiel. Disparu la finesse musicale – certes, il y avait eu Ez3kiel et Hint et encore, il y avait de doux passages – si ce n’est dans les introductions et les passages énigmatiques de crissements et de doux xylophone, place à une artillerie lourde : une batterie brutale, une guitare saturée et principalement, des infrabasses à gogo. Le jeu est simple et surtout efficace. Il n’y pas à dire, les spectateurs sont en transe, limite headbanging quand ils le peuvent. Mais peut-être que c’est un peu trop fort, un peu trop intense.

Du reste, le spectacle visuel est toujours aussi travaillé. Mais là, j’ai envie de dire que Jean-Michel Jarre a été largement précurseur ! C’est bien un jeu de projecteurs et de lasers ultra perfectionnés que nous offre le groupe et qui accompagne sauvagement le jeu des musiciens. J’imagine que derrière cette représentation, un travail monumental de programmation a dû être réalisé.

Chaque projecteur est articulé, produisant des effets impressionnants : sphères, vagues, nappes de lumières, sans compter ces multitudes de faisceaux lasers qui voyageaient dans toute la salle. Je me suis crue plusieurs fois dans un spectacle de science-fiction, Star Wars 2014. Parfois, les projecteurs reconstituaient un puzzle d’images dignes de leurs univers d’autrefois, féériques et froids. Clin d’œil nostalgique.

J’ai peut-être trop projeté ce qu’allait être cette nouvelle rencontre avec Ez3kiel. Habituée à une diversité de configurations de musiciens et d’ambiances sonores, je ne m’attendais pas à ce que le groupe fasse le choix de la simplification à l’extrême. C’est pour autant une forme d’originalité et un désir de changer. C’est courageux. Cette nouvelle configuration est sans conteste une prouesse de travail et de recherche. Mais j’avoue avoir moins bien accroché. Amateur de spectacle "sons et lumières", je suis sûre, pour autant, que vous n’en sortirez pas déçus.

En première partie, Dorian and the dawn riders. Timide homme-orchestre au look de cowboy, je me suis faite la réflexion que l’homme ne devait pas être très à l’aise avec la scène. Le premier morceau n’était pas une grande réussite et on ne sentait que trop fortement son approche fragile. De morceau en morceau, l’ambiance plus marquée et travaillée s’est finalement déployée. Seul, Dorian s’accompagne d’ambiances pré-enregistrées qu’il lance depuis son clavier. Il y pose alors sa voix qui, du reste crée des ambiances intéressantes entre graves et aigus. Parfois, il s’accompagne de sa guitare. Derrière lui, des images saturées racontent leur histoire. C’est une atmosphère lente et inquiétante qui s’en dégage, entre Interpol et Wood kid.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Lux Live de EZ3kiel
La chronique de l'album La Mémoire du Feu de Ez3kiel
Ez3kiel en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Ez3kiel en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Samedi)
Ez3kiel en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Ez3kiel en concert au Grand Mix (dimanche 4 avril 2010)
L'interview de Ez3kiel (mars 2005)

En savoir plus :
Le site officiel de Ez3kiel
Le Soundcloud de Ez3kiel
Le Myspace de Ez3kiel
Le Facebook de Ez3kiel
Le site officiel de Dorian and the dawn riders
Le Soundcloud de Dorian and the dawn riders
Le Facebook de Dorian and the dawn riders

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Rachel Debrincat         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 26 mai 2024 : On prépare le summer brain

Le summer brain, c'est comme le summer body mais pour les gens qui préfèrent en avoir dans la caboches plutôt qu'épater la galerie avec leurs pectoraux. Chez Froggy's on essaie de fournir de la matière grise depuis plus de 20 ans ! et n'oublez pas, vendredi 26 c'est la MAG #86 en direct sur notre TV !
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"L'écho des brasiers" de Arbas
"Can't kill me twice" de Blue Deal
"Pasticcio, Paris 1801" de Ensemble Hexaméron
"Venta rumba" de Ezéchiel Pailhès
"I wanna be like you" de Florian Noack
"Le futur est génial" de Jules & Jo
"Bach - Cello suites" de Thomas Jarry
La saison des festivals commencent :
- More Women On Stage #3 avec Jeanne Added, Venin Carmin, Fallen Lillies...
- Rock In The Barn #15 avec Unschooling, JC Satan, Johnnie Carwash ...
et toujours :
"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché

Au théâtre :

les nouveautés :

"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon
et toujours :
"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Du cinéma avec :

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=