Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La belle jeunesse
Jaime Rosales  décembre 2014

Réalisé par Jaime Rosales. Espagne. Drame. 1h43 (Sortie le 10 décembre 2014). Avec Carlos Rodríguez (II), Inma Nieto, Fernando Barona, Ingrid García Jonssonn Juanma Calderón, Patricia Mendy et Miguel Guardiola.

Il y a un mystère Jaime Rosales. Si l'on s'adonne à la facilité de raconter le scénario, il suffira d'une ligne pour résumer celui de "La belle jeunesse" et les quelques mots jetés sur le papier risquent de décourager les spectateurs qui n'aiment pas que le cinéma soit plus déprimant que leur vie, qu'il soit "thinner than life".


Ceux qui ont vu, sur les conseils de Froggy's Delight, "Rêve et Silence" se souviennent certainement de ce film désespérant dans lequel un homme devait survivre à sa fille morte dans un accident dont il était responsable.

On avait, à l'époque, qualifié Jaime Rosales de "passeur de l'intime". Avec "La belle jeunesse", il poursuit sur la même route austère un cinéma apparemment clinique. Pourtant, Jaime Rosales, en véritable artiste, ne se contente pas de suivre des personnages au tréfonds de leur désarroi. Il sait que le constat est l'ennemi de l'art et quitte rapidement le terrain de la description pour partir dans l'inconnu à la recherche de l'informulé.

"La belle jeunesse" n'est donc pas seulement l'histoire attendue et sans solution d'une jeune femme qui ne trouve pas de boulot et qui tombe enceinte dans une Espagne en crise, elle même victime de son vain rêve de devenir la seconde puissance économique de l'Union européenne.

Les personnages de Jaime Rosales paraissent d'une banalité statistique affligeante, conformes en tous points aux addictions de leur génération, pareillement manipulés par l'environnement consumériste. Caractérisé par la trivialité de ses rapports sexuels, par l'absence de toute culture, par un vide existentiel qui n'est plus contrebalancé par une religion consolatrice, le couple formé par Natalia et Carlos est voué au marasme d'une vie morne.

"Heureusement", l'enfant non désiré apporte l'élément décisif pour briser cette routine mortelle : Natalia va se "bouger" sociologiquement. Jaime Rosales sait cette génération de jeunes Espagnols contrainte à une nouvelle émigration.

Qu'arrivera-t-il là-bas à Natalia, cette jeune femme qui feint encore d'avoir des illusions à usage d'un "skype" avec sa famille restée dans la désillusion espagnole ? Le rêve allemand ne sera-t-il que la poursuite par d'autres moyens du cauchemar espagnol ? "La belle jeunesse" de Jaime Rosales laisse la possibilité du possible, même si la pente empruntée par Natalia lui sera peut-être fatale.

Entomologiste pessimiste, qui ne désespère pas toujours des solidarités familiales et des fraternités générationnelles, Jaime Rosales a le mérite de vouloir ouvrir des yeux qui ne regardent plus rien, sauf des images strictement calculées où l'émotion ne dépasse pas la dose prescrite par la posologie libérale.

"La belle jeunesse" de Jaime Rosales est un film exigeant qui travaillera ceux qui vaincront leurs réticences face à un cinéma qui n'a pas pour but de divertir mais d'avertir.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=