Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La imaginacion del futuro
Théâtre des Abbesses  (Paris)  décembre 2014

Création de la Compagnie Teatro La Re-sentida, mise en scène de Marco Layera, avec Marcela Salinas, Carolina de la Maza, Benjamín Westfall, Rodolfo Pulgar, Pedro Muñoz, Diego Acuña, Benjamín Cortés et Sebastian Squella.

Prendre au sérieux ou ne pas prendre au sérieux "La Imaginacion del futuro" ? Là est la question théâtrale à quelques pesos.

Si l'on prend au sérieux cette potacherie postmoderne qui se joue des chronologies et mélange les repères historiques et idéologiques pour ne garder sur la scène que des personnages fantoches - le président Allende en tête dans son palais de la Moneda - manipulés par les techniques de communication actuelles aux mains de cyniques cocaïnés, on hurlera au "fascisme".

Marco Layera et sa troupe chilienne de La Re-Sentida ont donc créé leur spectacle iconoclaste sur la fin de Salvatore Allende au moment où l'on fêtait le quarantième "anniversaire" du coup d'État du 11 septembre 2013, un anniversaire qui a été l'occasion de voir ou de revoir des documentaires sur l'expérience du socialisme démocratique d'Allende au Chili.

On a alors beaucoup pleuré, serré les poings, en se remémorant la répression sauvage, l'oppression sanguinaire qui a accompagné l'arrivée de Pinochet au pouvoir. On ne savait pas encore qu'il y avait au Chili des petits rigolos révisionnistes qui allaient faire d'Allende un pantin dérisoire et de sa révolution une pantalonnade.

Si l'on a le courage d'assister au débat qui suit la pièce avec le metteur en scène, force sera de constater qu'il n'a pas vécu le même anniversaire que bien des Chiliens installés en France depuis ces années noires. Piètre connaisseur de sa propre histoire, il n'a pas l'air de voir ce qui choque quand il représente le peuple chilien par un acteur avec un masque de singe. Tout ça n'est bien sûr qu'humour et dérision.

Ce mépris du peuple, ce refus de tout "théâtre militant" pour une laborieuse farce plus proche des Branquignols que de Berthold Brecht, est peut-être une transgression vu du Chili. Vu de France, ce mode d'expression paraît s'inscrire dans la droite ligne d'un théâtre de constat qui se cache sous les habits de la "déconnade" ludique, fond de commerce des petits malins qui ont compris tout de leur époque.

Evidemment, on pourra s'amuser des sketchs distrayants orchestrés par la joyeuse bande de La Re-Sentida et qui font passer sans ennui ses quatre-vingt dix minutes de moquerie prétendument sans conséquence.

On ne pourra pas s'empêcher de sourire de l'inconstance - ou de l'habileté - de nos joyeux drilles chiliens qui, après avoir roulé le président Allende symboliquement dans la farine, finissent leur spectacle par un grand moment d'émotion en rejouant, caméra sur l'épaule pour la vidéo de service, sa mort sous les bombes des avions putschistes.

On pensera à tous les Chiliens dont on ne verra jamais en France le travail théâtral et qui doivent tenter de comprendre, sans les oripeaux faciles de la rigolade pré-pubère, ce que leur pays a vécu pendant toutes ces années volées.

Car on ne peut pas s'empêcher de tiquer quand Marco Layera a expliqué que la version de "La imaginacion del futuro" proposé ici n'est pas la même qu'au Chili. Ainsi précise-t-il que le président mexicain remplace le premier ministre israélien, le bon Bibi Netanyahu. Pourquoi donc le faire disparaître ? Y avait-il quelque danger en France à se moquer d'Israël sur le même ton badin qui lui permet de traiter gratuitement de "pédophile" le pape François ?

Bref, "La imaginacion del futuro" est une ratatouille idéologique plaisante qui pourra séduire ceux qui ne connaissent pas le contexte historique ou qui acceptent qu'on le dynamite au risque de faire objectivement le jeu théâtral du jamais cité et du jamais moqué, ce cher général Pinochet.

Au bout du compte, ce spectacle paradoxal devrait plaire autant aux fans d'Eric Zemmour qu'à ceux de Stéphane Guillon, et l'on frémira à l'idée qu'ils puissent être les mêmes...

Encore une fois, on s'interrogera sur la légitimité d'un théâtre qui n'a pas compris que la "confusion" est l’esthétique des ennemis de la cause théâtrale.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=