Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gertrud
Monfort Théâtre  (Paris)  décembre 2014

Comédie dramatique d'après la pièce éponyme de Hjalmar Söderberg, mise en scène de Jean-Pierre Baro, avec Jacques Allaire, Cécile Coustillac, Elios Noël, Tonin Palazzotto et Michèle Simonnet.

Auteur de nombreuses ouvrages, le dramaturge suédois Hjalmar Söderberg (1869-1941) n'est connu en France que pour sa pièce majeure "Gertrud" et pour son roman monologué, "Docteur Glas" objet l'an passé d'une adaptation théâtrale très réussie d'Hélène Darche à la Manufacture des Abbesses.

Mais c'est surtout la version cinématographique de "Gertrud" qui reste dans les mémoires. Dans cet ultime film de Carl T. Dreyer, salué par Jean-Luc Godard comme l'un des meilleurs films de tous les temps, Gertrud est une héroïne inoubliable, une figure excessive dans ce qu'il n'est pas interdit de considérer comme un sur-mélo romantique d'une beauté crépusculaire.

Dès lors, il faut beaucoup de courage pour tenter de faire revenir "Gertrud" sur scène et a fortiori pour l'incarner.

Relevant le défi avec élégance, Jean-Pierre Baro ne peut cependant pas lutter contre Dreyer. Car, le cinéma a un avantage sur le théâtre : il peut pousser la fausseté jusqu'à faire croire qu'il "est" du théâtre. Ainsi, "Gertrud" est filmé comme une pièce et peut être fier d'être du grand "théâtre filmé", cette expression ordinairement péjorative. Dreyer cumule le beurre et l'argent du beurre : ses acteurs jouent vraiment la pièce mais sans les inconvénients du théâtre, c'est-à-dire sans les changements, sans les impossibles ellipses qui permettent d'éviter toute déperdition.

Maître du temps cinématographique, Dreyer peut même se permettre un rythme d'une extrême lenteur : son temps qui s'écoule comme il le souhaite maintient de toute manière le spectateur davantage dans l'intrigue qu'au théâtre.

Quand on est devant un texte aussi dense que celui de Söderberg, il est important de pouvoir tout comprendre, tout recevoir et tout ressentir immédiatement dans sa complexité. Gertrud est face à trois hommes qu'elle a aimés, trois hommes apparemment différents mais en fait semblables puisqu'ils préfèrent leur réussite à son amour absolu. Elle a beau être une femme intelligente, belle, aimante, "ses" hommes ne sont que des arrivistes, des profiteurs, des prétentieux qui préfèrent le paraître à l'être.

Jean-Pierre Baro réussit à reconstituer sans contresens la problématique de Söderberg. Pourtant, même si son travail est cohérent, soigné, plein d'allant, il se heurte à la difficulté de ce théâtre très "intellectuel", qui nécessite une attention de tous les instants, une attention tellement concentrée qu'elle se perd sur une trop grand scène.

On lui saura gré d'avoir trouvé en Cécile Coustillac une "Gertrud" fougueuse, sensuelle, crédible dans sa colère face à des hommes, des "mâles" qui ne la méritent pas. Peut-être aurait-il fallu qu'il fasse appel à des acteurs plus âgés pour que les mots précis de Söderberg prennent plus de densité, mais aucun de ceux qu'il a choisis n'est à blâmer.

Les spectateurs venus sans avoir la mémoire du film de Dreyer suivront sans problème cette version très romanesque et trouveront bien des correspondances entre la haute société suédoise du début du vingtième siècle et la nôtre. Peut-être faut-il faire d'une pierre deux coups : voir d'abord "Gertrud" montée par Jean-Pierre Baro puis découvrir le chef d'oeuvre du 7ème art de Carl T. Dreyer.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mai 2022 : Culture et vous - A vos agendas !

Il fait beau, il fait chaud, mais il n'y pas que les terrasses dans la vie. La culture bat son plein et, avant que le ciel ne nous tombe sur la tête, il est temps de se montrer curieux pour découvrir les nouveautés de la semaine de la musique et du spectacle vivant ainsi que du cinéma, de la lecture et des expositions.

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antoine et Cléopâtre" aux Ateliers Berthier
"Feel Good" à la Manufacture des Abesses
"Double Je" au Théo Théâtre
"Tous les marins sont des chanteurs" au Théâtre du Rond-Point
"Cry me a river" au Monfort Théâtre
"Carmen ou presque" au Théâtre Trévise
une reprise avec "Mister Paul" au Théâtre du Petit Montparnasse
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Monnaies & Merveilles" à la Monnaie de Paris
dernière ligne droite pour :
"Aux frontières de l'Humain" au Musée de l'Homme
"Maurice Denis - Le Bonheur rêvé" au Musée Maurice Denis
"Le Monde de Steve McCurry" au Musée Maillol
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"Juste la fin du monde" de Xavier Dolan
"La belle époque" de Nicolas Bedos
"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven
"Les Eternels" de Zhangke Jia

"Le Traître" de Marco Bellocchio
"It must be heaven" de Elia Suleiman
en salle pour les cinéphiles : "Les Femmes des autres" de Damiano Damiani

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=