Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gertrud
Monfort Théâtre  (Paris)  décembre 2014

Comédie dramatique d'après la pièce éponyme de Hjalmar Söderberg, mise en scène de Jean-Pierre Baro, avec Jacques Allaire, Cécile Coustillac, Elios Noël, Tonin Palazzotto et Michèle Simonnet.

Auteur de nombreuses ouvrages, le dramaturge suédois Hjalmar Söderberg (1869-1941) n'est connu en France que pour sa pièce majeure "Gertrud" et pour son roman monologué, "Docteur Glas" objet l'an passé d'une adaptation théâtrale très réussie d'Hélène Darche à la Manufacture des Abbesses.

Mais c'est surtout la version cinématographique de "Gertrud" qui reste dans les mémoires. Dans cet ultime film de Carl T. Dreyer, salué par Jean-Luc Godard comme l'un des meilleurs films de tous les temps, Gertrud est une héroïne inoubliable, une figure excessive dans ce qu'il n'est pas interdit de considérer comme un sur-mélo romantique d'une beauté crépusculaire.

Dès lors, il faut beaucoup de courage pour tenter de faire revenir "Gertrud" sur scène et a fortiori pour l'incarner.

Relevant le défi avec élégance, Jean-Pierre Baro ne peut cependant pas lutter contre Dreyer. Car, le cinéma a un avantage sur le théâtre : il peut pousser la fausseté jusqu'à faire croire qu'il "est" du théâtre. Ainsi, "Gertrud" est filmé comme une pièce et peut être fier d'être du grand "théâtre filmé", cette expression ordinairement péjorative. Dreyer cumule le beurre et l'argent du beurre : ses acteurs jouent vraiment la pièce mais sans les inconvénients du théâtre, c'est-à-dire sans les changements, sans les impossibles ellipses qui permettent d'éviter toute déperdition.

Maître du temps cinématographique, Dreyer peut même se permettre un rythme d'une extrême lenteur : son temps qui s'écoule comme il le souhaite maintient de toute manière le spectateur davantage dans l'intrigue qu'au théâtre.

Quand on est devant un texte aussi dense que celui de Söderberg, il est important de pouvoir tout comprendre, tout recevoir et tout ressentir immédiatement dans sa complexité. Gertrud est face à trois hommes qu'elle a aimés, trois hommes apparemment différents mais en fait semblables puisqu'ils préfèrent leur réussite à son amour absolu. Elle a beau être une femme intelligente, belle, aimante, "ses" hommes ne sont que des arrivistes, des profiteurs, des prétentieux qui préfèrent le paraître à l'être.

Jean-Pierre Baro réussit à reconstituer sans contresens la problématique de Söderberg. Pourtant, même si son travail est cohérent, soigné, plein d'allant, il se heurte à la difficulté de ce théâtre très "intellectuel", qui nécessite une attention de tous les instants, une attention tellement concentrée qu'elle se perd sur une trop grand scène.

On lui saura gré d'avoir trouvé en Cécile Coustillac une "Gertrud" fougueuse, sensuelle, crédible dans sa colère face à des hommes, des "mâles" qui ne la méritent pas. Peut-être aurait-il fallu qu'il fasse appel à des acteurs plus âgés pour que les mots précis de Söderberg prennent plus de densité, mais aucun de ceux qu'il a choisis n'est à blâmer.

Les spectateurs venus sans avoir la mémoire du film de Dreyer suivront sans problème cette version très romanesque et trouveront bien des correspondances entre la haute société suédoise du début du vingtième siècle et la nôtre. Peut-être faut-il faire d'une pierre deux coups : voir d'abord "Gertrud" montée par Jean-Pierre Baro puis découvrir le chef d'oeuvre du 7ème art de Carl T. Dreyer.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=