Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Romain Humeau
L'éternité de l'instant  (Labels)  mars 2005

Après une longue tournée de plus d'un an, après un beau succès pour le dernier album Le quart d'heure des ahuris et un joli double live pour conclure, Eiffel s'est mis en vacances.

Eiffel, c'est le groupe français qui a su s'émanciper de ses pairs tel Noir Désir et d'injecter dans le rock francophone (comprendre "qui chante en français") un nouveau souffle venu d'outre Atlantique, Pixies en tête (influences revendiquée plutôt deux fois qu'une par Romain).

Pas de split donc pour ce groupe plus soudé qu'il n'en a l'air mais un peu d'oxygène pour chacun de ses membres papillonnants de ci de là sur divers projets solo ou au sein d'autres groupes (Luke pour le bassiste par exemple).

Avec L'éternité de l'instant, Romain Humeau, leader incontesté et compositeur officiel du groupe, a choisi l'option solo. Un projet parallèle à Eiffel donc dans lequel Romain joue quasiment le même rôle mais en assumant d'autant plus ses chansons qu'il nous les offre sous son propre nom.

Même force, même détermination, même façon de chanter. Dès le départ nous sommes en terres connues. Pourtant Romain prend des libertés et va plus loin dans les arrangements et la composition. Cordes , électro, hip hop, tout y passe sur ce disque sans compter les petits clins d'oeils ça et là, comme ce petit gimmick de guitare sur "Prend ma main" pas très loin du "Man who sold the world" de Bowie ou encore l'intro de "S'enflammer" que tout fan de Pixies reconnaitra immédiatement.

Si "Prend ma main" ou "Beauté du diable" pourraient sortir tout droit du répertoire de Eiffel, "Sans faire exprès" ou "Toi" sont plus personnelles. Des chansons qui parlent d'amour et que l'on imagine mal dans le répertoire du groupe. "Toi" est une sorte de ballade intimiste chantée d'une voix pleine d'émotion dont Romain a le secret. Le secret de cette voix changeante et qui fait mouche à chaque fois.

Même "Je m'en irai toujours" tape dans le mille. Exercice de style pourtant difficile autour d'une sorte de hip hop déchaîné alourdi de guitares mêlées à de l'électro à la façon des Beastie Boys. Rappelant un peu "Hype" dans le style, ce titre est d'une force incroyable et ce n'est pas le solo de saxo déchaîné à la fin qui nous empêchera de revenir l'écouter souvent.

"S'enflammer" est aussi un bel exemple des qualités de chant et d'écriture de Romain Humeau, passant tour à tour d'une voix calme et posée pour partir en cris parfaitement contrôlés sur le refrain, imparable !

Romain se permet aussi quelques fantaisies sur l'atypique "L'éternité de l'instant" qui tout au long de ses 7 minutes déroule un fil sur lequel sont accrochées de multiples ambiances (bruits, cordes, chant en sourdine) pour finir sur une superbe mélodie faite de cordes et d'un chant quasi déclamatoire.

Entouré de quelques uns de ses amis, Romain a, comme à son habitude, réalisé le disque seul de l'écriture au mixage et c'est avec plaisir que nous retrouverons Emiliano Turi (batteur de Eiffel) sur la plupart des morceaux, mais également Philipe Uminski, Joe Doherty ou Jean Paul Roy.

Hors de la famille Eiffel , le projet solo de Romain Humeau n'en reste pas moins une affaire d'hommes et d'amitié et c'est ce qui en fait aussi la force.

Un disque qui peut apparaître un peu hétérogène de prime abord mais qui, au final, prouve que Romain est réellement un surdoué de la scène musicale française.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Vendredi ou les limbes du Pacifique de Romain Humeau
La chronique de l'album Amour de Romain Humeau
La chronique de l'album Mousquetaire #1 de Romain Humeau
La chronique de l'album Mousquetaire #2 de Romain Humeau
Une 2ème chronique de l'album Mousquetaire #2 de Romain Humeau
Romain Humeau en concert à Mains D'Oeuvres (7 décembre 2004)
Romain Humeau en concert à Run Ar Puns (2 avril 2005)
Romain Humeau en concert au Festival Halloween 2005
Romain Humeau en concert au Bataclan (23 novembre 2005)
Romain Humeau en concert au Tremplin (24 février 2006)
Romain Humeau en concert à l'Ubu (vendredi 4 novembre 2016)
Romain Humeau en concert à l'Elysée Montmartre (mercredi 23 novembre 2016)
L'interview de Romain Humeau (lundi 29 juin 2015 )
L'interview de Romain Humeau (mercredi 28 septembre 2016)
L'interview de Romain Humeau (janvier 2018)

En savoir plus :
Le site officiel de Romain Humeau
Le Soundcloud de Romain Humeau
Le Facebook de Romain Humeau


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Romain Humeau (28 septembre 2016)


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Et si on ne se mentait plus ?" à la Scène Parisienne
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"G.R.AI.N. - Histoire de fous" à la Manufacture des Abbesses
"Evita - Le destin fou d'Evita Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=