Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Queen and Country
John Boorman  janvier 2015

Réalisé par John Boorman. Grande Bretagne/Irlande/France/Roumanie. Comédie dramatique. 1h55 (Sortie le 6 janvier 2015). Avec Callum Turner, Landry Jones, Pat Shortt, David Thewlis, Richard E. Grant, Tamsin Egerton, Vanessa Kirby et Aimee-Ffion Edwards.

Une carrière cinématographique de 45 ans, ponctuée par des films aussi marquants que "Délivrance", "Excalibur" ou "La Forêt d’émeraude", ce n’est pas courant et l’on peut s’étonner que John Boorman, à l’instar d’un John Huston, ne soit pas considéré comme un grand metteur en scène, un "auteur" ayant construit une œuvre originale.

Avec "Queen and Country", ce mystère ne risque pas d’être élucidé. Dans son second film autobiographique, dix-huit ans après "Hope and Glory", le voilà encore en pleine recherche, prenant plaisir à bâtir un film qui va en dérouter plus d’un.

Le petit garçon de "Hope and Glory" est maintenant presque un adulte, mais s’accroche à son adolescence rêveuse dans un milieu bohème privilégié. Il va falloir un sérieux coup de pouce de l’Histoire, avec l’entrée en guerre de la Grande-Bretagne en Corée aux côtés des Etats-Unis, pour que sa mue s’accélère.

Boorman raconte donc ses deux années de service militaire en tant qu’instructeur dans un camp militaire. Deux années où il va perdre son innocence et découvrir la passion de sa vie, celle du cinéma.

Pour reconstituer cette période cruciale de son existence, le réalisateur n’a pas choisi une voie réaliste. On n’a jamais l’impression qu’il s’agit pour lui de restituer la vérité d’une époque, mais plutôt de la revisiter comme il la perçoit aujourd’hui, cinquante ans après les faits.

Alors, il n’hésite pas à idéaliser les jeunes femmes qui l’entouraient, comme la belle aristocrate qui semble sortir du Grand Meaulnes, ou au contraire à jouer à fond les stéréotypes attendus, comme celui de l’infirmière sensuelle et maternelle, avec qui il va inévitablement perdre sa virginité.

Quant aux militaires, ils ont l’air de sortir d’une comédie militaire, d’un film de "bidasses" des années 1950. Sauf qu’ici la lutte entre les pioupious et le petit chef chargé de les mater prend un tournant dramatique. Car John Boorman n’a aucun mal à naviguer sur plusieurs registres, alternant les "vrais" souvenirs et leur réinterprétation à l’âge où sa vie approche de sa fin.

Comme toujours chez lui, la férocité des hommes se confronte avec le vernis de civilisation qu’ils feignent d’avoir acquis, la beauté des choses côtoie la saloperie humaine et les deux finissent par s’équilibrer.

Film d’une élégance de chaque instant, "Queen and Country" de John Boorman paraît provenir d’un autre temps cinématographique, celui où l’effet n’était pas roi, celui où par petites touches successives le spectateur rentrait dans l’imaginaire du réalisateur.

En tout cas, l’émotion est là, prête à saisir les attentifs qui auront la patience de l’attendre avant qu’elle ne les submerge abondamment.

"Queen and Country" de John Boorman n’est peut-être pas un "pur" chef d’œuvre, mais, comme "Gens de Dublin" pour John Huston, il a le goût d’un dernier film réussi dans lequel passent toutes les leçons de vie d’un grand créateur sous-estimé.


 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=