Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nos serments
Théâtre de la Colline  (Paris)  janvier 2015

Comédie dramatique de Guy-Patrick Sainderichin et Julie Duclos, mise en scène Julie Duclos, avec Maëlia Gentil, David Houri, Yohan Lopez, Magdalena Malin et Alix Riemer.

Si l'on regarde "Nos serments" comme un spectacle purement théâtral, on sera forcément déçu par son "histoire absolument basique", comme la revendique Julie Duclos qui l'a co-écrite et mise en scène. François est un barbu qui ne fait rien, a une voix douce peu portée à la colère, mais arrive quand même à séduire des femmes.

Pendant plus de deux heures, "Nos serments" montrera trois moments de sa vie amoureuse, marquée par une dialectique floue, hésitante, consistant à ne pas savoir s'il doit être sur le plateau ou s'il faut qu'il le quitte pour être ailleurs, un ailleurs matérialisé par cet écran vidéo que l'on connaît désormais très bien au théâtre, et qui est situé en retrait au milieu de la scène.

Prétendant s'inspirer de Jean Eustache, et de son film "La maman et la putain", "Nos serments^ est en fait plus près d'un "Plus belle la vie" qui aurait les mêmes prétentions à déconstruire qu'un film d'Arnaud Desplechin et lorgnerait sur l'univers de Philippe Garrel.

Ceux qui vont aimer devraient s'amuser du personnage de François, totalement coupé de toute réalité sociologique, qui ressemble au spectre du personnage d'Alexandre incarné par Jean-Pierre Léaud dans le film cité de Jean Eustache. Sauf qu'Alexandre était bavard, lunaire, brillant, marginal mais de son temps, alors que François est une construction d'hier plaqué sur aujourd'hui.

Ainsi si Paquita Milville, la scénographe, a placé, çà et là, dans son décor unique, beaucoup de livres pour faire intérieur d'intello, jamais quelqu'un n'a l'idée d'en ouvrir un. Pareillement, l'électrophone d'Alexandre, qui lui permettait d'écouter Fréhel et Zarah Leander, et de les commenter finement, a été remplacé par un MP3 où les musiques, toujours zappées, se succèdent presque avec indifférence.

Si la littérature et la musique ne sont plus que des éléments décoratifs, le théâtre lui même n'est pas premier comme il l'était paradoxalement dans le film d'Eustache.

Ce n'est pas faire injure à Guy-Patrick Sainderichin, le co-auteur du texte, de le qualifier de "vieux routier" en matière de scénario, lui qui a collaboré avec Godard et mis son talent à un grand nombre de séries télés. Il pousse donc naturellement "Nos serments" du côté du cinéma en utilisant, par exemple, une "voix-off" aussi explicative que dans les films de Truffaut.

Cela a pour effet de casser toute émotion théâtrale. Au lieu d'entendre Esther user de sa voix d'actrice de théâtre pour se plaindre de l'absence de François, c'est sa voix enregistrée qui le fait pour elle.

De même, les retrouvailles lelouchiennes entre François et Oliwia (avec un "w") sont l'objet d'un "court-métrage" en forme de très long plan fixe sur le fameux écran central plutôt que d'une scène théâtralisée.

"Nos serments" de Julie Duclos et Guy-Patrick Sainderichin est donc une tentative d'entre-deux arts, d'entre-deux temps aussi, qui n'est pas inintéressante mais pourra laisser de marbre ceux qui préfèrent l'évidence de l'art théâtral au théorique d'un travail qui cherche autre chose avec un matériel trop riche en références, trop pauvre en contenu et en audace.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mai 2022 : Culture et vous - A vos agendas !

Il fait beau, il fait chaud, mais il n'y pas que les terrasses dans la vie. La culture bat son plein et, avant que le ciel ne nous tombe sur la tête, il est temps de se montrer curieux pour découvrir les nouveautés de la semaine de la musique et du spectacle vivant ainsi que du cinéma, de la lecture et des expositions.

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antoine et Cléopâtre" aux Ateliers Berthier
"Feel Good" à la Manufacture des Abesses
"Double Je" au Théo Théâtre
"Tous les marins sont des chanteurs" au Théâtre du Rond-Point
"Cry me a river" au Monfort Théâtre
"Carmen ou presque" au Théâtre Trévise
une reprise avec "Mister Paul" au Théâtre du Petit Montparnasse
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Monnaies & Merveilles" à la Monnaie de Paris
dernière ligne droite pour :
"Aux frontières de l'Humain" au Musée de l'Homme
"Maurice Denis - Le Bonheur rêvé" au Musée Maurice Denis
"Le Monde de Steve McCurry" au Musée Maillol
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"Juste la fin du monde" de Xavier Dolan
"La belle époque" de Nicolas Bedos
"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven
"Les Eternels" de Zhangke Jia

"Le Traître" de Marco Bellocchio
"It must be heaven" de Elia Suleiman
en salle pour les cinéphiles : "Les Femmes des autres" de Damiano Damiani

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=