Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Marilyn Manson
The Pale Emperor  (Hell Etc / Cooking Vinyl Limited)  janvier 2015

Avec un pied ancré dans la quarantaine et l'autre fermement campé dans les années qui ont fait son succès, Marilyn Manson sort un neuvième opus, au titre - encore une fois - équivoque.

Après une série d'albums ayant difficilement remporté le succès commercial et critique qui fut le sien au début de sa carrière, le musicien aborde sa musique avec un souffle nouveau, s'apparentant à une épiphanie stylistique.

Du coup, le Manson 2015 débarque avec un style vestimentaire moins flamboyant et d'une blancheur angélique. Mais comme l'apparence demeure souvent trompeuse, le nouvel opus garde un indice probant de la personnalité retorse de l'artiste : il faut dire que chez Manson l'image a toujours été manipulée et utilisée à des fins marketing et commerciales, une marque de fabrique puisant tant dans la provocation que l'édification, à la fois artisans de sa célébrité et de sa mauvaise réputation.

De fait, The Pale Emperor se construit en partie comme tous les albums précédents de Marilyn Manson et flirte langoureusement sur des notions dichotomiques propres à notre société. Un exercice typique à l'artiste qui ici se personnifie avec évidence dans des paroles contradictoires ("Mephistopheles of Los Angeles") voire carrément opposées ("We're killing strangers so we don't kill the ones that we love").

La voix plus tendue que jamais, les développements rugueux et passionnés du chant de l'artiste singent un apaisement trompeur, renforcé par une avalanche de guitares sèches ("Fated, Faithful, Fatal"). Un duo presque improbable, au regard de l'individu et des lourdes guitares qui ont longtemps constitué son attelage.

Pourtant, The Pale Emperor convainc avec ce lustre lisse, imprimé par le vernis vocal d'un Manson maître de son organe comme jamais auparavant. Produit aux côtés de Tyler Bates, l’album s’offre des développements épiques, presque délicats et surtout très humains. Si Manson a toujours su chanter les sentiments avec une douloureuse précision, les productions lancinantes de Bates remplacent avec efficacité celles jadis plus nerveuses d’un Twiggy Ramirez et offrent ainsi un visage plus acceptable au chanteur.

Pour autant, n’allez pas croire que The Pale Emperor est un album plus sage que ses prédécesseurs, mentions bibliques, amour, haine, violence et hypocrisie sont toujours fidèle au rendez-vous. Faire du neuf avec du vieux ? C’est à peu près cela, à l’exception près que Manson signe ici son meilleur album depuis presque une décennie.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Golden Age of Grotesque de Marilyn Manson
La chronique de l'album Eat me, drink me de Marilyn Manson
Marilyn Manson parmi une sélection de singles (septembre 2007)
La chronique de l'album Heaven Upside Down de Marilyn Manson
Marilyn Manson en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (vendredi)
Marilyn Manson en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2007 (Samedi et dimanche)
Marilyn Manson en concert à Sonisphere Festival - France 2012 - 2ème édition
Marilyn Manson en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018)
Marilyn Manson en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018) - dimanche 24 juin

En savoir plus :
Le site officiel de Marilyn Manson
Le Myspace de Marilyn Manson
Le Facebook de Marilyn Manson


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=