Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Marilyn Manson
The Pale Emperor  (Hell Etc / Cooking Vinyl Limited)  janvier 2015

Avec un pied ancré dans la quarantaine et l'autre fermement campé dans les années qui ont fait son succès, Marilyn Manson sort un neuvième opus, au titre - encore une fois - équivoque.

Après une série d'albums ayant difficilement remporté le succès commercial et critique qui fut le sien au début de sa carrière, le musicien aborde sa musique avec un souffle nouveau, s'apparentant à une épiphanie stylistique.

Du coup, le Manson 2015 débarque avec un style vestimentaire moins flamboyant et d'une blancheur angélique. Mais comme l'apparence demeure souvent trompeuse, le nouvel opus garde un indice probant de la personnalité retorse de l'artiste : il faut dire que chez Manson l'image a toujours été manipulée et utilisée à des fins marketing et commerciales, une marque de fabrique puisant tant dans la provocation que l'édification, à la fois artisans de sa célébrité et de sa mauvaise réputation.

De fait, The Pale Emperor se construit en partie comme tous les albums précédents de Marilyn Manson et flirte langoureusement sur des notions dichotomiques propres à notre société. Un exercice typique à l'artiste qui ici se personnifie avec évidence dans des paroles contradictoires ("Mephistopheles of Los Angeles") voire carrément opposées ("We're killing strangers so we don't kill the ones that we love").

La voix plus tendue que jamais, les développements rugueux et passionnés du chant de l'artiste singent un apaisement trompeur, renforcé par une avalanche de guitares sèches ("Fated, Faithful, Fatal"). Un duo presque improbable, au regard de l'individu et des lourdes guitares qui ont longtemps constitué son attelage.

Pourtant, The Pale Emperor convainc avec ce lustre lisse, imprimé par le vernis vocal d'un Manson maître de son organe comme jamais auparavant. Produit aux côtés de Tyler Bates, l’album s’offre des développements épiques, presque délicats et surtout très humains. Si Manson a toujours su chanter les sentiments avec une douloureuse précision, les productions lancinantes de Bates remplacent avec efficacité celles jadis plus nerveuses d’un Twiggy Ramirez et offrent ainsi un visage plus acceptable au chanteur.

Pour autant, n’allez pas croire que The Pale Emperor est un album plus sage que ses prédécesseurs, mentions bibliques, amour, haine, violence et hypocrisie sont toujours fidèle au rendez-vous. Faire du neuf avec du vieux ? C’est à peu près cela, à l’exception près que Manson signe ici son meilleur album depuis presque une décennie.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Golden Age of Grotesque de Marilyn Manson
La chronique de l'album Eat me, drink me de Marilyn Manson
Marilyn Manson parmi une sélection de singles (septembre 2007)
La chronique de l'album Heaven Upside Down de Marilyn Manson
Marilyn Manson en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (vendredi)
Marilyn Manson en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2007 (Samedi et dimanche)
Marilyn Manson en concert à Sonisphere Festival - France 2012 - 2ème édition
Marilyn Manson en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018)
Marilyn Manson en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018) - dimanche 24 juin

En savoir plus :
Le site officiel de Marilyn Manson
Le Myspace de Marilyn Manson
Le Facebook de Marilyn Manson


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=