Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce D'où va-t-on ?
Théâtre Le Lucernaire  (Paris)  janvier 2015

Monologue dramatique écrit et interprété par Clémentine Yelnik avec la collaboration à la mise en scène de Clélia Pires.

"D’où va-t’on ?". C’est une très bonne question et il faut remercier Clémentine Yelnik, alias Victoire Coschmick, de l’avoir enfin posé après les événements que l’on a vécu et qui, sans faire aucune polémique et ne risquer de froisser personne, remonte à ce jour d’avant le premier jour où le premier bonjour est sorti d’une bouche humaine.

D’habitude, quand un personnage inhabituel perturbe les habitudes des spectateurs qui s’attendaient à voir quelqu’un de différent, il est commode d’écrire qu’il possède son univers personnel. Un univers tellement personnel qu’il suffit d’un jeu de lumière ou d’une grimace pour que tout le public y pénètre, ce qui est quand même bizarre pour quelque chose qu’on présente comme hors du commun.

Quand elle surgit en Victoire Coschmick, Clémentine, elle, n’a pas la prétention de faire semblant d’être ailleurs et, quinze secondes plus tard, de donner des gages en gags faciles pour que le public la suive commodément dans son univers. Ce qu’elle cherche et recherche, sac au dos, dans son beau manteau bleu qui ressemble à celui d’un Petit Prince qui serait en route pour les tranchées, c’est à montrer qu’ici et ailleurs, c’est la même chose.

Que ce qui passe par sa tête peut aussi passer par la tête des spectateurs. Qu’il ne s’agit pas de rire à rire fixe toutes les trente secondes mais de partager des mots, des idées, des impressions avant qu’ils s’envolent. Au rire facile du « one man show », elle préfère attraper les sourires bienveillants.

Car, désolé Bergson, chez elle, le rire n’est pas une mécanique plaquée sur du vivant, mais une poétique partagée. C’est peut-être pour cela qu’elle a sur la tête un casque en cuir d’aviateur casse-cou. Car, Victoire vole au-dessus d’un nid de coucou, dans un territoire réservé à l’enfance, cette enfance cruelle et justicière où les chiens qui mordent les facteurs explosent comme dans les "cartoons".

Attention ! Si "D’où va-t-on ?" n’est pas un "one-woman-show", ce n’est pas non plus un "seule-en-scène". Car, jamais la scène n’a été plus peuplée qu’au moment où elle l’arpente : Louis de Neandertal, Cro-Magnon, Galilée, Napoléon et tous les humains depuis le premier matin du monde sont à ses côtés.

Et puis, il y a la voix-off, celle du Dieu journaliste qui l’interroge inlassablement depuis la nuit des temps et tous les jeudis. Belle voix-off, douce et légèrement sudiste, qu’elle a confié à un anartiste, un anti-journaliste qui pourrait reprendre Radioscopie, Robert André Robert.

C’est Pierre Carles qui se prête au jeu : spécialisé dans les interviews de "monstres sacrés" du journalisme qui ne veulent jamais dire la vérité, le voilà ici enfin atteignant ses fins : Victoire Coschmick ne ment jamais. Sa vérité est aussi aimante que désarmante. C’est celle d’un clown défroqué au nez bleu et au cœur rouge.

Bien entendu, tout ça est à prendre ou à laisser. Il y aura ceux qui rentreront sans clé dans ce studio de radio éternel et puis ceux qui, malgré leurs efforts, resteront devant le paillasson de ce drôle d’univers.

A ces derniers, on conseillera de ne pas faire d’efforts  ne pas rire avec Victoire Coschmick, c’est un plaisir plus fort que de rire avec tant d’autres. Et puis, ils auront, malgré tout, pu découvrir en Clémentine Yelnik une actrice singulière et un petit bout de femme peu commun.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=