Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce D'où va-t-on ?
Théâtre Le Lucernaire  (Paris)  janvier 2015

Monologue dramatique écrit et interprété par Clémentine Yelnik avec la collaboration à la mise en scène de Clélia Pires.

"D’où va-t’on ?". C’est une très bonne question et il faut remercier Clémentine Yelnik, alias Victoire Coschmick, de l’avoir enfin posé après les événements que l’on a vécu et qui, sans faire aucune polémique et ne risquer de froisser personne, remonte à ce jour d’avant le premier jour où le premier bonjour est sorti d’une bouche humaine.

D’habitude, quand un personnage inhabituel perturbe les habitudes des spectateurs qui s’attendaient à voir quelqu’un de différent, il est commode d’écrire qu’il possède son univers personnel. Un univers tellement personnel qu’il suffit d’un jeu de lumière ou d’une grimace pour que tout le public y pénètre, ce qui est quand même bizarre pour quelque chose qu’on présente comme hors du commun.

Quand elle surgit en Victoire Coschmick, Clémentine, elle, n’a pas la prétention de faire semblant d’être ailleurs et, quinze secondes plus tard, de donner des gages en gags faciles pour que le public la suive commodément dans son univers. Ce qu’elle cherche et recherche, sac au dos, dans son beau manteau bleu qui ressemble à celui d’un Petit Prince qui serait en route pour les tranchées, c’est à montrer qu’ici et ailleurs, c’est la même chose.

Que ce qui passe par sa tête peut aussi passer par la tête des spectateurs. Qu’il ne s’agit pas de rire à rire fixe toutes les trente secondes mais de partager des mots, des idées, des impressions avant qu’ils s’envolent. Au rire facile du « one man show », elle préfère attraper les sourires bienveillants.

Car, désolé Bergson, chez elle, le rire n’est pas une mécanique plaquée sur du vivant, mais une poétique partagée. C’est peut-être pour cela qu’elle a sur la tête un casque en cuir d’aviateur casse-cou. Car, Victoire vole au-dessus d’un nid de coucou, dans un territoire réservé à l’enfance, cette enfance cruelle et justicière où les chiens qui mordent les facteurs explosent comme dans les "cartoons".

Attention ! Si "D’où va-t-on ?" n’est pas un "one-woman-show", ce n’est pas non plus un "seule-en-scène". Car, jamais la scène n’a été plus peuplée qu’au moment où elle l’arpente : Louis de Neandertal, Cro-Magnon, Galilée, Napoléon et tous les humains depuis le premier matin du monde sont à ses côtés.

Et puis, il y a la voix-off, celle du Dieu journaliste qui l’interroge inlassablement depuis la nuit des temps et tous les jeudis. Belle voix-off, douce et légèrement sudiste, qu’elle a confié à un anartiste, un anti-journaliste qui pourrait reprendre Radioscopie, Robert André Robert.

C’est Pierre Carles qui se prête au jeu : spécialisé dans les interviews de "monstres sacrés" du journalisme qui ne veulent jamais dire la vérité, le voilà ici enfin atteignant ses fins : Victoire Coschmick ne ment jamais. Sa vérité est aussi aimante que désarmante. C’est celle d’un clown défroqué au nez bleu et au cœur rouge.

Bien entendu, tout ça est à prendre ou à laisser. Il y aura ceux qui rentreront sans clé dans ce studio de radio éternel et puis ceux qui, malgré leurs efforts, resteront devant le paillasson de ce drôle d’univers.

A ces derniers, on conseillera de ne pas faire d’efforts  ne pas rire avec Victoire Coschmick, c’est un plaisir plus fort que de rire avec tant d’autres. Et puis, ils auront, malgré tout, pu découvrir en Clémentine Yelnik une actrice singulière et un petit bout de femme peu commun.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=