Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Anna Christie
Théâtre de l'Atelier  (Paris)  janvier 2015

Comédie dramatique de Eugene O'Neill, mise en scène de Jean-Louis Martinelli, avec Mélanie Thierry, Stanley Weber, Féodor Atkine et Charlotte Maury-Sentier.

Prix Nobel de littérature, père d'Oona, qu'il ne revît jamais après son mariage avec Charlie Chaplin, voilà ce qu'il reste plus ou moins dans la mémoire collective quand on évoque le nom d'Eugene O'Neill, auteur réaliste incarné par Jack Nicholson dans "Reds" le film de Warren Beatty, et dont les œuvres ne sont plus guère lues ou jouées.

Les cinéphiles se souviennent aussi que Greta Garbo incarna le personnage central de sa pièce "Anna Christie" dans le film de Clarence Brown, son premier film parlant.

C'est donc ce mélo maritime qu'ont ressuscité Jean-Louis Martinelli et Jean-Claude Carrière. Ce dernier a épuré ce drame en en faisant un affrontement intense entre Anna, son père Chris, et son soupirant, Matt. Mais ce trio est face à un adversaire redoutable, surhumain : la mer.

Comme Marius, le héros de la trilogie de Marcel Pagnol qui date de la même époque, le père d'Anna est attiré, hypnotisé, par cette maîtresse cruelle, plus envoûtante que tout, au point d'en oublier, à la mort de sa femme, l'existence de sa fille unique, Anna. Et ce qui devait arriver, advint : celle-ci, qu'il confia ou plutôt abandonna à des membres lointains de sa famille peu scrupuleux, prit le mauvais chemin, celui qui conduit à une mauvaise vie.

Luttant pour s'en extraire, Anna revient à New York pour retrouver son père. Mais la fatalité, évidemment la poursuit : elle tombe amoureux d'un marin qui veut l'épouser et doit lui avouer son passé...

Ce qui, aujourd'hui, ne poserait pas trop de problème, est en ces temps puritains où tout baigne dans un lourd climat de culpabilité judéo-chrétienne, un obstacle mélodramatique majeur pour des personnages frustes, monolithiques, "bruts de décoffrage".

Jean-Claude Carrière a bien compris que pour donner un sens moderne à ce drame, il fallait mettre l'accent sur ses personnages plutôt que sur son intrigue. Ainsi, il insiste sur le père d'Anna, parfaitement incarné par Féodor Atkine, alcoolique en plein remords, cherchant à gagner l'amour de cette fille qu'il n'a jamais connu.

Face à lui, Mélanie Thierry déploie un caractère bien trempé. Avec une pointe de gouaille, une belle énergie, un courage sans borne, elle emporte la conviction et domine ses deux "mâles" durs dans leurs corps mais dont les esprits sont amollis par la vie en mer.

Peut-être que Stanley Weber, trop beau, trop lisse, n'est pas assez cabossé pour renvoyer l'image d'un jeune marin totalement désemparé quand il apprend que celle qu'il aime est pareille à ces femmes qu'il possède dans chaque port.

Pourtant, le trio fonctionne et fait oublier un canevas narratif trivial. En se gardant de toute grandiloquence dans sa mise en scène, Jean-Louis Martinelli, avec en fond de scène une toile peinte évoquant le port de New York et ses gratte-ciels, travaille avec une simplicité presque ascétique cette histoire populaire.

Avec Jean-Claude Carrière, il cherche à travailler autant les cœurs que les âmes et y parvient dans une scène finale elliptique où il sait provoquer une belle émotion en se défiant du pathos partout présent dans ce mélo daté.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=