Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Petit Eyolf
Théâtre des Abbesses  (Paris)  février 2015

Comédie dramatique adaptée de l'oeuvre éponyme de Henrik Ibsen, mise en scène de Julie Berès, avec Valentine Alaqui, Sharif Andoura, Béatrice Burley, Anne-Lise Heimburger, Julie Pilod et Gérard Watkins.

Si la mort d'un enfant n'est jamais une mort comme une autre, sa représentation n'est pas non plus une simple représentation. Est-ce d'ailleurs "décemment" possible de le faire ? N'y a-t-il pas une impossibilité qui dépasse toutes les règles de l'art ?

Quand meurt le "Petit Eyolf", cet enfant handicapé qu'Ibsen n'invente que pour mieux le faire disparaître, revient en tête la phrase de Sartre : "Face à la mort d'un enfant, La Nausée ne fait pas le poids".

Mot terriblement lucide qui explique pourquoi les "grands écrivains" ont réservé ce type de drame aux auteurs de mélo et n'ont pas souvent usé du pouvoir divin de l'écriture, celui qui permet de donner et de reprendre la vie des innocents. Henrik Ibsen a osé et il n'a pas forcément bien fait.

D'ailleurs, il a compris qu'il était en pleine transgression et pour la rendre possible, il est passé par la voie commode du "conte". La mort de l'enfant est précédé d'une intervention mystérieuse, prémonitoire : celle de la "femme aux rats". Figure nordique porteuse de mauvaises nouvelles, elle crée un climat d'irréalité qui pourra faire douter de la "réalité" de l'enfant. N'est-il pas, en fait, qu'un "fantasme" qui cristallise les rancoeurs du couple Alfred et Rita Allmers ?

Dans un espace scénique très ouvert et lumineux qui contraste avec le cube vitré dans lequel est installé Eyolf dans un monde multicolore de jouets lumineux, Julie Berès construit pas à pas le drame qui se prépare.

Enfant prodige enfermé dans sa solitude d'handicapé, père prodigue perdu dans le prétexte de son œuvre, mère reléguée à jouer les mères et plus les femmes, chacun joue son rôle en attendant le tour de passe-passe du destin.

Toute cette première partie est brillante et convaincante, mais survient la noyade d'Eyolf et la pièce bascule soudain dans un huis-clos plus hermétique entre le père et la mère de l'enfant-mort.

Tout cet espace ouvert - où le fantôme de l'enfant rôde désormais - devient superflu, contreproductif. Anne-Lise Heimburger et Gérard Watkins se cherchent sans jamais se trouver à la bonne distance.

Dans ce lieu immense, ils hésitent entre l'hystérie et la retenue et perdent peu à peu toute force de conviction. L'émotion, qui avait saisi le spectateur à l'annonce de la disparition d'Eyolf par des "arrêts sur images", comme ce visage rouge sang collé contre la vitre du cube de la chambre de l'enfant, ne reviendra jamais.

Ne reste plus que ce sentiment de malaise et d'incompréhension qui saisit devant l'obscénité de la mort d'un enfant, même si on se rassure comme on peut en la sachant virtuelle.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mai 2022 : Culture et vous - A vos agendas !

Il fait beau, il fait chaud, mais il n'y pas que les terrasses dans la vie. La culture bat son plein et, avant que le ciel ne nous tombe sur la tête, il est temps de se montrer curieux pour découvrir les nouveautés de la semaine de la musique et du spectacle vivant ainsi que du cinéma, de la lecture et des expositions.

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antoine et Cléopâtre" aux Ateliers Berthier
"Feel Good" à la Manufacture des Abesses
"Double Je" au Théo Théâtre
"Tous les marins sont des chanteurs" au Théâtre du Rond-Point
"Cry me a river" au Monfort Théâtre
"Carmen ou presque" au Théâtre Trévise
une reprise avec "Mister Paul" au Théâtre du Petit Montparnasse
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Monnaies & Merveilles" à la Monnaie de Paris
dernière ligne droite pour :
"Aux frontières de l'Humain" au Musée de l'Homme
"Maurice Denis - Le Bonheur rêvé" au Musée Maurice Denis
"Le Monde de Steve McCurry" au Musée Maillol
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"Juste la fin du monde" de Xavier Dolan
"La belle époque" de Nicolas Bedos
"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven
"Les Eternels" de Zhangke Jia

"Le Traître" de Marco Bellocchio
"It must be heaven" de Elia Suleiman
en salle pour les cinéphiles : "Les Femmes des autres" de Damiano Damiani

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=