Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Casting sauvage
Galaad Hemsi  février 2015

Réalisé par Galaad Hemsi. France. Comédie. 1h15 (Sortie le 11 février 2015). Avec Soufiane Adjadji, Johnny Amaro, Michaël Bernadat, Sébastien Bidault, Régis Bocquet, Yannis Bougeard, Virginie Bracet Mike Brouche.

Voilà un film que l'on peut qualifier de "film expérimental populaire". Galaad Hemsi et ses co-auteurs Raphaël Delétang et Clément Vieu ont eu une idée originale qui, pour une fois, ne souffre pas d'être qualifiée d'originale : celui d'une fiction où toutes les scènes qui s'enchaînent sont des castings.

Ayant auditionné 300 acteurs, ils en ont gardé 80 pour interpréter les mêmes personnages à différentes périodes du film. Ainsi, il y a 35 acteurs qui jouent successivement Rémi, le héros du film.

Bien entendu, le spectateur lambda, celui qui n'aura pas lu le dossier de presse, ne comprendra pas tout de suite le principe. Il se peut même qu'il ne le comprenne jamais car s'ils s'imposent certaines contraintes, les auteurs du projet se permettent parfois de ne pas les respecter.

Ainsi, au départ, chaque scène est joué par "beaucoup" de Rémi et l'on se croit vraiment dans un casting et l'on s'imagine que l'on va voir peu à peu leur nombre décroitre. Et puis, comme dans une émission de téléréalité, on suppose qu'il ne devrait rester que quelques "finalistes". On peut penser qu'à ce moment du film vont apparaître les "casteurs", soit sur l'écran, soit en voix-off sur des essais, et qu'ils expliqueront alors ce qui motive leurs choix.

Mais, ce n'est pas ce qui se passe... Les castings se succèdent, toujours dans le même endroit, une espèce de grand hangar à l'intérieur duquel il n'y a pas vraiment de décors et peu d'objets, mais les acteurs jouent d'autres scènes.

Il faudra un certain nombre de ces scènes pour découvrir qu'elles sont tournées, même si elles se répètent plusieurs fois, dans l'ordre chronologique du film pour lequel a lieu le casting. Jamais, par exemple, on ne revient sur une scène après qu'on soit passé à la suivante.

Reste encore à comprendre que l'on va ainsi voir, casting après casting, le film dans son entier.

"Casting sauvage" de Galaad Hemsi nécessite donc d'avoir l'esprit joueur et il perd un peu d'intérêt quand le jeu est compris et ne se renouvelle plus assez.

Conçu par des jeunes gens qui ont pratiqué les castings, à la fois comme acteurs ou comme casteurs, le film cherche aussi, peut-être plus timidement, à s'interroger sur le pouvoir de celui qui peut faire rentrer ou pas dans le monde soit-disant magique des images, sur ce qu'un acteur peut ou non accepter pour avoir le rôle.

Une des belles scènes de casting du film repose sur l'éternelle question, qui ne se pose hélas la plupart du temps que pour les filles : faut-il ou non accepter de se déshabiller...

Dans "Casting sauvage", la scène est ambigüe jusqu'au bout : on ne sait pas si l'apprentie actrice est au courant de la problématique qu'on lui soumet ou si elle ne l'apprend qu'au moment où on l'y soumet.

Cet exercice de style complexe, cette mise en abyme sur le cinéma dans le cinéma, le casting dans le casting, n'est pas très convaincant. C'est sans doute une autre limite du film : il pose des problèmes que de jeunes cinéastes ou de jeunes acteurs ou actrices ne se poseront, et a fortiori ne résoudront, qu'après une longue expérience chez les professionnels de la profession cinématographique.

Qu'importe. "Casting sauvage" de Galaad Hemsi a du cran, du toupet. Que ce film qu'il faut aller voir ne soit pas totalement réussi est aussi le gage de sa sincérité.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=