Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Vincent n'a pas d'écailles
Thomas Salvador  février 2015

Réalisé par Thomas Salvador. France. Comédie fantastique. 1h18 (Sortie le 18 février 2015). Avec Thomas Salvador, Vimala Pons, Youssef Hajdi, Nicolas Jaillet, Nina Meurisse, Louis-Emmanuel Blanc, Najim Sofalk et Paul Mondini.

Dans "Vincent n'a pas d'écailles" de Thomas Salvador, rien n'est commun, à commencer par son titre faussement énigmatique. Film d'une originalité folle, il a l'audace de ne pas vraiment laisser vivre son originalité.

Au contraire, et avec une grande intelligence, Thomas Salvador sait la brider, la contenir, l'empêcher de manger son film et de le réduire à cette idée.

Tout commence ici comme dans une banale production français d'auteur. Les premiers plans s'enchaînent sans que l'on puisse dire si le film va être bon ou mauvais. En fait, ils contiennent tous les éléments pour que l'on ne tranche jamais. Personnage solitaire, taiseux, en rupture de banc, Vincent part, sac au dos, vers un ailleurs rural qu'on suppose plein de petits boulots et de rencontres qui pourraient bouleverser sa vie et donner un sens aux quatre-vingts minutes que l'on va passer en sa compagnie.

Mais, premier accroc à cette "normalité narrative", Vincent nage. À peine arrivé à la campagne, il en profite pour piquer une tête dans une rivière sauvage. On n'y prêtera pas forcément attention et on n'y verra qu'un élément marquant la coupure entre sa vie d'avant et sa nouvelle. Pourtant, à y regarder de plus près, Vincent nage très bien, très très bien.

Il faudra cependant que les choses se précisent quelques minutes de film plus tard, pour qu'elles deviennent claires comme l'eau de roche des endroits magnifiques où il plonge : Vincent a des super-pouvoirs !

Dès que sa peau est en rapport avec le milieu aqueux, il décuple sa force et sa vitesse, pouvant abattre un mur d'un doigt ou envoyer en l'air une bétonnière.

Hosannah ! Le premier super-héros français est né ! Mais, et tant pis pour l'offense à l'immense Marcel Gotlib, il n'a rien à voir avec Superdupont.

Car, Vincent n'aime pas se servir de ses dons autrement que pour nager, que pour être libre. Le super héros à la française tranche sur son homologue américain par sa discrétion, son incapacité à résoudre sa vie au manichéen débat du combat du bien contre le mal.

Ce qui anime Vincent, c'est une autre question : doit-il vivre parmi les hommes, handicapé par ses ailes d'albatros à écailles, même s'il a en perspective de l'amour et de l'amitié, ou bien s'en détacher pour vivre à fond et ailleurs en fusion avec la nature, profitant des lacs et des étangs.

Rarement film a eu autant d'échos entre son fond et sa forme que "Vincent n'a pas d'écailles" de Thomas Salvador : alors que son sujet pourrait en faire un objet plein de bruit et de fureur, spectaculaire et saturé de péripéties, il le pousse plutôt du côté du documentaire.

Il faut préciser que les aventures de Vincent se résumeront à la poursuite pitoyable que les gendarmes du petit village où il s'est réfugié lui feront vivre. Poursuite métaphorique de la France d'aujourd'hui : pour une fois, qu'on a un super-héros, il est traité comme un voleur de poules qu'il faut empêcher de nuire.

Toute cette partie centrale du film donne l'occasion à Thomas Salvador de revisiter formidablement cette esthétique des séries B américaines où le héros traqué par la police finissait dans des usines désaffectées ou désertes, cherchant son salut en grimpant dans des silos ou se retrouvant tout en haut d'un château d'eau ou d'une cuve pleine de ciment... Sauf qu'ici, Vincent, fort de ses super pouvoirs n'a pas besoin de se défenestrer ou d'exploser avec la citerne de gaz.

On ne dévoilera pas la superbe dernière partie du film, presque muette, où Vincent n'est plus qu'un élément au milieu des éléments et fait corps avec cette nature dont son personnage vante la nécessité.

Encore une fois totalement symbolique, "Vincent n'a pas d'écailles" de Thomas Salvador répète que la France d'aujourd'hui n'est pas faite pour les gens différents, ceux qui ont des super ou des infra-pouvoirs. Travaillant sur des chantiers, aimant les gens simples, chantre de la nature, n'ayant jamais l'idée de monnayer ses dons prodigieux, Vincent est un Rom, un zadiste, un apôtre de la décroissance, un amoureux de la nature.

Évidemment, cela a un prix, celui de l'amour impossible. Car "Vincent n'a pas d'écailles", c'est aussi une belle histoire d'amour avec Lucie, la sympathique baba d'aujourd'hui.

On n'oubliera pas de dire que Thomas Salvador a bien fait de se donner le beau rôle, qu'il est parfait en homme fort et doux et qu'il a su peupler son parcours hors du commun avec de belles silhouettes comme celle de Vimala Pons, parfaite compagne, et de Youssef Hajdi, parfait ami.

"Vincent n'a pas d'écailles" de Thomas Salvador fait d'ores et déjà de 2015 une grande année cinématographique.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=