Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Things people do
Saar Klein  février 2015

Réalisé par Saar Klein. Etats Unis. Thriller. 1h50 (Sortie le 18 février 2015). Avec Wes Bentley , Jason Isaacs, Vinessa Shaw, Haley Bennett, Audrey Walters, Chad Brummett, Sam Trammell et Beth Bailey.

Monteur attitré de Terrence Malik, Saar Klein signe avec "Things people do" un premier film qui renoue avec une longue tradition un peu oublié du cinéma américain, celle qui s'intéresse à l'homme moyen américain, le montre dans son milieu et, quoi qu'il lui arrive socialement ou mentalement, ne le transforme pas en chauffeur de taxi assassin ou en pédophile décomplexé.

Saar Klein s'inscrit dans la lignée humaniste de Frank Capra et de George Cukor, pas dans celle transgressive de Todd Solondz ou des frères Coen.

Bill, bon père et bon mari, col-blanc consciencieux, préoccupé par la qualité de l'eau de sa piscine, est congédié du jour au lendemain. En dérive, genre "il ne rentre pas ce soir", il va tenter de préserver les apparences. Puis, peu à peu, il va se radicaliser en commettant des "braquages" plus maladroits les uns que les autres.

Wes Bentley, visage lisse, très expressif dans l'inexpressif, que l'on a vu récemment dans "Pioneer" d'Erik Skjoldjaetg, était idéal pour incarner ce "Monsieur tout-le-monde" qui découvre l'envers du rêve américain.

Avec son bas sur le visage et son pistolet en main, le voilà donc passant de l'autre côté du miroir. Criminel à la petite semaine, il ne revendique aucune vengeance sociale, mais justifie inconsciemment ses actes en s'en prenant à des "méchants", comme ce commerçant macho qui maltraite son employée. Bill ne remet pas en cause le fondement majeur de la société américaine, la question du "bien et du mal", mais en déplace la frontière.

Tout dans "Things people do" de Saar Klein est une exploration très aigüe des codes fondamentaux de la société américaine. On y observe ce qu'est un couple et comment les questions matérielles interfèrent dans sa solidité. On y perçoit comment l'argent, la position sociale, les apparences, oblitèrent le regard des uns sur les autres, à commencer par celui des enfants sur leurs parents.

Curieusement, Saar Klein et son co-scénariste Joe Conway laissent à penser que la valeur américaine la moins frelatée est l'amitié, mais avec un subtil distinguo entre la camaraderie héritée de la routine, comme ici Bill et ses copains de bowling, et celle qui naît d'une certaine fraternité dans les épreuves de la vie.

Si Bill continuera, malgré le chemin socialement suicidaire qu'il emprunte un moment, à rester dans le cercle dans lequel demeurent les "bons" américains, c'est grâce à son copain flic, superbement incarné par Jason Isaacs. Ce dernier, portant les stigmates d'un divorce qui l'a rendu alcoolique, lui apprendra même qu'il vaut mieux porter la culpabilité d'une injustice que de quitter ce cercle vertueux où Dieu bénit l'Amérique.

Riche en détails bien vus sur la classe moyenne américaine, "Things people do" de Saar Klein n'est pas une descente en flammes de "l'American way of life", mais il montre comment ce monde idéalisé jadis est pétri de contradictions qui vont peut-être en venir à bout. Il sous-entend aussi qu'il est désormais beaucoup plus facile d'en être exclu.

Formellement très réussi et maîtrisé, ce premier film sait osciller entre une description jamais schématique de ses personnages et un climat soudain menaçant, presque étrange, où tout pourrait arriver. Se refusant au pire, Saar Klein mène à bien cette étude sociale qui paraît modeste mais qui est, finalement, une des premières vraies incursions dans l'Amérique blanche de l'ère Obama.

Tout cela fait de "Things people do" de Saar Klein un film passionnant, à la fois épuré dans sa forme et foisonnant dans son contenu. Une réussite qui devrait conduire Saar Klein à délaisser le montage pour la réalisation.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=