Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Beaux Esprits #2 : Camille Saillant - Geneviève Morissette - Garance
Dame de Canton  (Paris)  jeudi 19 février 2015

C'était la seconde soirée Chanson Française organisée par Les Beaux Esprits à la Dame de Canton.

Les Beaux Esprits, c'est d'abord un collectif d'artistes qui défendent la chanson française sous ses différentes formes, mais c'est aussi un état d'esprit. Loin du cirque médiatique, en marge de leurs tournées et de leurs projets respectifs, c'est un assemblage de personnalités qui ont décidé de se soutenir mutuellement, de travailler ensemble, d'initier des collaborations afin de mieux se surprendre les uns les autres, de provoquer des accidents, mais aussi de s'amuser. C'est d'ailleurs pour cela qu'on croise dans la salle quelques autres visages connus des amateurs de chansons comme Rosie Marie ou Patrice Mercier, et même Michael Wookey.

Ce soir-là, c'est Camille Saillant qui entre en scène en premier. La jeune femme au look garçonne et au timbre de voix légèrement voilé sort son premier EP le 10 mars prochain. Accompagnée par un nouveau guitariste, Thomas Hammje, ses chansons pensives et sensibles ont de quoi séduire. Parmi celles-ci, on retiendra "Acerola" avec lequel elle commence son spectacle, ainsi que le plus enjoué "Tu rouilles". Peut-être n'avait-elle pas encore trouvé les marques avec son nouveau guitariste, mais même si Camille Saillant semblait encore un peu empruntée sur cette date de la Dame de Canton, dans l'ensemble son set est solide et la voix bien posée. La soirée est lancée avec élégance.

C'est ensuite la québécoise Geneviève Morissette, qu'on connaît et suit depuis son passage au Festival International de la Chanson à Granby en 2012, qui poursuit ce co-plateau. Accompagnée par Emilie Marsh à la guitare, son show prend des couleurs rock. Dans une version résolument accrocheuse et âpre de "M'acheter un jet", les deux jeunes femmes, qui se sont rencontrées lors des rencontres d'Astaffort deux ans plus tôt, montrent une vraie complicité artistique. La voix et la folie de Geneviève Morissette est portée par l'énergie électrique déployée par Emilie Marsh. "Crise de nerfs" ou "La femme en beige" cueillent le public tant pour la tension musicale que pour les paroles savoureusement ironiques.

Geneviève et Emilie échangent, conversent, jouent ensemble. Autre résident d'Astafford en 2013, Oldelaf, pourtant en pleine tournée française, vient interpréter avec Geneviève leur duo enregistré trois semaines auparavant à Paris : "Comme dans un film". Les téléphones portables sont de sortie pour cette première en live parce que Oldelaf joue désormais à Paris dans des salles autrement plus grandes que la Dame de Canton. Après cette chanson d'amour et d'humour en franco-québécois, adoubée par le public, Geneviève Morissette termine son spectacle sur les chapeaux de roue. La québécoise, véritable tourbillon d'excentricité et d'authenticité, quitte la scène visiblement heureuse de l'accueil qui lui a été réservé.

Après un petit entracte, c'est l'artiste principale de la soirée, Garance qui clôture ce co-plateau. D'abord seule en scène avec sa guitare sèche, c'est de manière très sobre qu'elle défend les titres de son dernier EP, Les idées rock. Le ton est juste dans ces chansons qu'elle raconte comme des histoires, "Gare du Nord" ou "Mes cheveux blancs". Dans la philosophie des Beaux Esprits, elle est bientôt rejointe par la guitare électrique de Tomislav, chanteur et bluesman dans la langue de Molière. Cette guitare électrique donne un souffle bienvenu aux chansons de Garance, un peu trop sages en début de set. Puis c'est un duo inattendu avec Florent Nouvel, sur "Les gens qui doutent", qui se déroule sur scène. L'effet visuel est très réussi entre le chanteur comique de deux mètres et la frêle jeune femme. Garance a visiblement un public fidèle qui la suit et la soutiendra sans aucun doute lors du prochain Prix Moustaki, prix de l'album de chansons françaises autoproduit de l'année, pour lequel elle est finaliste.

Afin de terminer en beauté cette soirée, les trois chanteuses se retrouvent pour interpréter ensemble une version de "Quoi ma gueule" de Johnny Hallyday, une version qui ne se prend pas au sérieux mais réalisée avec professionnalisme en particulier dans les harmonies vocales. Puis vient le salut final, où tous les artistes qui ont participé à la soirée viennent saluer ensemble. Les Beaux Esprits montrent ainsi que, à côté des caméras de télévision, il existe une scène française riche, foisonnant d'idées, où les artistes s'entraident et sont solidaires.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Me V'là de Geneviève Morissette
Geneviève Morissette en concert au Festival international de la chanson de Granby 2012 (44ème édition) - samedi 15 septembre
Geneviève Morissette en concert au Festival international de la chanson de Granby 2013 (45ème édition) - samedi 14 septembre
Geneviève Morissette en concert au Festival Only French #22 (édition 2015) - Jeudi 3 décembre
Geneviève Morissette en concert au Café de la Danse (samedi 7 mai 2016)
La chronique de l'album Les idées rock de Garance

En savoir plus :
Le site officiel de Camille Saillant
Le Facebook de Camille Saillant
Le site officiel de Geneviève Morissette
Le Soundcloud de Geneviève Morissette
Le Facebook de Geneviève Morissette
Le site officiel de Garance
Le Soundcloud de Garance
Le Facebook de Garance


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Geneviève Morissette (17 juin 2014)


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=