Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nosfell
Interview  (Paris)  lundi 23 février 2015

A peine un an après la sortie de son quatrième album, le premier en français, Nosfell se fend d’un jubilé bien mérité. Cela fait en effet 10 ans que l’artiste à l’univers unique nous abreuve de rythmes et de contes enchanteurs. Porté par une sensibilité et un professionnalisme à tout épreuve, l’artiste présente un nouveau spectacle aux côtés de l’ineffable Philippe Découflé et investit le Trianon le temps d’une unique date, le 4 mars, à l’allure de Triomphe. Véritable célébration populaire, Nosfell nous a une nouvelle fois conviés à découvrir son univers, rencontre.

Amour Massif est sorti il y a maintenant un an, comment a été l’aventure live qui a entouré l’album ?

Nosfell : Super bien, on va continuer encore un petit peu après le 4 mars. C’est un réel plaisir de retrouver les gens. Je me disais que pour la tournée, on ferait les choses tranquillement, j’y ai pris beaucoup de plaisir.

C’est aussi ton premier live en français, sachant que tu considérais Amour Massif comme un moyen de résoudre la boucle narrative de tes trois premiers albums, est-ce que ce bagage a eu une incidence sur ton live ?

Nosfell : Cela me fait toujours peur de présenter des nouvelles choses, mais j’ai également besoin de me mettre en danger, de me sentir fragile, sinon il n’y aurait aucune utilité à monter sur scène. En revanche, l’équipe était super, les musiciens, les éclairagistes… Bref, je me suis bien amusé.

L’Amour Massif, il y a un an, c’était un sentiment immense et impressionnant, parfois écrasant que tu comparais volontiers à La Montagne romantique de Thomas Mann. Est-ce qu’aujourd’hui, face à ce sentiment, tu te considères alpiniste chevronné ?

Nosfell : (Rire) Je vais commencer à faire de l’escalade justement ! Je crois que ma musique m’a permis d’aller plus facilement vers l’audience. Je me suis plus ouvert et j’ai eu tendance à aller vers des accords plus lumineux, sans me tirer une balle dans le pied comme cela arrivait auparavant. C’est principalement l’intention que j’ai voulu y mettre, il y a donc eu des moments sur scène où j’ai réellement senti une communion avec le public. Je nous ai sentis ensemble, alors qu’auparavant il m’est arrivé de m’être senti observer en train de faire ma musique.

Tu penses que cela est dû aux langages ? (NDLR : Nosfell chante de façon régulière sur ses trois premiers albums en Klokobetz)

Nosfell : Non, je pense que c’est juste un état d’esprit et j’ai dû passer par une autre forme d’écriture. J’ai même interprété les textes que d’autres ont écrit pour moi. Mais je joue quand même aussi certaines de mes vielles chansons et lors de celles-ci, je sens également que je suis plus ouvert, plus tendu vers le public.

"Contact", c’est ton nouveau projet avec Pierre Le Bourgeois et Philippe Découflé, une équipe que tu connais bien, à quoi va ressembler ce nouveau projet ?

Nosfell : Super excitant. C’est une espèce de grande fresque un peu baroque en forme de comédie musicale mais un peu foutraque. Un collage de Philippe Découflé qui se positionne ici comme un directeur artistique, parce que le travail d’écriture est très collégial. On est très nombreux, donc c’est un exercice un peu difficile pour moi qui suit un solitaire, mais c’est un exercice dont j’ai besoin. Avec Pierre, on est parti puiser dans des choses très intimes, très direct, Philipe aime bien que l’on travaille dans l’urgence. Souvent on sort un motif, on l’améliore, on le rend audible, les danseurs sont là, on modifie selon leurs mouvements, bref, ça fuse dans tous les sens. Je m’y éclate, je change de costumes, je joue le rôle d’une sorte de Méphistophélès et ma langue est celle d’un dieu un peu ésotérique. Musicalement, avec Pierre on va vers des choses plus électroniques, que l’on avait vaguement abordé sur Octopus. On est contre la virtuosité, on veut être en phase avec ce que l’on sait faire, mais c’est très intéressant de se lancer dans quelque chose que l’on ne maîtrise pas forcément, ça offre des résultats inattendus.

10 ans de carrière, une date inédite au Trianon, c’est un jubilé presque, si tu ne devais retenir qu’un seul moment marquant sur ses dix dernières années, lequel serait-ce ?

Nosfell : Un seul moment, c’est vachement dur ! J’ai eu une véritable joie enfantine quand on a fini le Lac aux Vélies. Quand on a fini le bouquin et le disque. Je me souviens m’avoir revu dans ma cuisine à 15 ans avec mon vieux pote Edouard Bonan, avec qui on a fait pas mal de choses. Et on finit par jouer avec un orchestre !

Et qu’est-ce que dirait le Nosfell d’il y a 10 ans à celui d’aujourd’hui ?

Nosfell : "Mec, tu ne fais pas la tournée des Zéniths, qu’est-ce que tu branles ?" (Rire) Il me dirait que j’ai tenu la barre, et celui d’aujourd’hui dirait à celui d’hier de se détendre un peu !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album pomaïe Klokochazia balek de Nosfell
La chronique de l'album Kälin bla lemsnit dünefl labyanit de Nosfell
La chronique de l'album Troisème album de Nosfell
La chronique de l'album Amour Massif de Nosfell
La chronique de l'album Echo Zulu de Nosfell
Nosfell en concert au Festival Les Transmusicales de Rennes 2004 (vendredi)
Nosfell en concert à L'Européen (21 mars 2005)
Nosfell en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (jeudi)
Nosfell en concert au Festival Art Rock 2005 (Vendredi)
Nosfell en concert au Festival des Vieilles Charrues 2005 (dimanche)
Nosfell en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Nosfell en concert à La Cigale (25 octobre 2005)
Nosfell en concert au Centre Pompidou (9 décembre 2006)
Nosfell en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (mardi)
Nosfell en concert au Festival Europavox 2007
Nosfell en concert au Poste à Galène (26 juin 2007)
Nosfell en concert au Festival Le rock dans tous ses Etats 2007 (vendredi)
Nosfell en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Nosfell en concert à L'Alhambra (vendredi 11 décembre2009)
Nosfell en concert au Festival Des Printemps Hurlants 2010
Nosfell en concert au Trianon (mercredi 4 mars 2015)
L'interview de Nosfell - Pierre Lebourgeois (1er novembre 2006)
L'interview de Nosfell (2 juin 2009)
L'interview de Nosfell & Pierre Lebourgeois (3 mars 2011)
L'interview de Nosfell (vendredi 31 janvier 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de Nosfell
Le Myspace de Nosfell
Le Facebook de Nosfell

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Nosfell (31 janvier 2014)
Nosfell (3 mars 2011)
Nosfell (2 juin 2009)


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=