Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Discrète amoureuse
Théâtre 13/Seine  (Paris)  mars 2015

Comédie de Felix Lope de Vega, mise en scène de Justine Heynemann, avec Eléonore Arnaud, Florian Choquart, Pablo Penamaria, Jean-Philippe Puymartin, Anne-Clotilde Rampon, Thomas Soliveres et Françoise Thuries.

L’œuvre pourtant foisonnante de Felix Lope de Vega, auteur du siècle d'or espagnol et considéré comme le Shakespeare ibérique, est peu connue en France.

Ainsi "La Discrète amoureuse" n'avait jamais était traduite dans la langue de Molière. Injustice réparée puisque Justine Heynemann qui, avec sa Compagnie Soy Creation, s'attache à remettre sur le devant de la scène des pièces classiques méconnues du grand public, co-signe avec Benjamin Penamaria une traduction et une adaptation à la fois moderne et dynamique de cette comédie vive, malicieuse, empreinte de passion et de féminisme et dont l'intrigue aux multiples rebondissements entraîne le spectateur dans les méandres d'un tortueux imbroglio amoureux.

Fénisa, jeune fille sage et vertueuse cloîtrée par sa mère Bélisa jusqu'au mariage, est secrètement éprise de son voisin le jeune et beau Lucindo dont les faveurs vont plutôt à Girarda, une danseuse sulfureuse aussi belle que jalouse.

Mais le capitaine Bernardo, père de Lucindo, et dont les charmes ne laissent pas Bélisa indifférente, décide d'épouser Fénisa. Cette dernière qui ne l'entend pas de cette oreille va donc prendre les choses en main et mettre en place un stratagème des plus habiles.

Travestissement, manipulation, rebondissement, trahison, réconciliation et mariage heureux sont au rendez-vous de cette pièce dont l'énergie porte la fougue d'une jeunesse qui n'a plus peur d'être maître de son propre destin et l'ironie douce-amère d'une génération plus mûre et qui craint de vieillir.

Justine Heynemann mène tambour battant et en musique (de Pablo Penamaria) l'intrigue alambiquée de Felix Lope de Vega grâce à une distribution de qualité, jeune, fraîche et surtout très dynamique.

Le bondissant et épatant Thomas Soliverés, en Lucindo, toujours juste, toujours dans le bon tempo, manie comme personne l'art de la mimique, de la pose, de la rupture et insuffle à lui seul un rythme entraînant au spectacle, secondé à merveille par Florian Choquart qui n'hésite pas à donner de sa personne dans le rôle du valet Hernando.

Avec Anne-Clotilde Rampon, douce et déterminée Fénisa, ils forment un couple gracile et pétillant, dont le pendant « ancienne génération » est impeccablement incarné par Françoise Thuries (Bélisa) et Jean-Philippe Puymartin (Capitaine Bernardo). Si la part belle est faite au jeu, de nombreuses séquences musicales chantées et dansées viennent agrémenter le spectacle, sur des accords envoûtants de guitare andalouse.

La scénographie simple et ingénieuse de Camille Duchemin et la maîtrise des lumières de Rémi Nicolas permettent, sans débauche d'accessoires, des changements d'ambiance nombreux et rapides évitant ainsi tout temps mort. Les scènes de transition, imaginées par Justine Heynemann en lieu de place des entre-actes, apportent une touche onirique et graphique à cette pièce artistiquement aboutie et homogène.

Seule réserve, la prononciation des comédiens qui écorchent les courts passages volontairement laissés en espagnol, dont des extraits de poèmes de Félix Lope de Vega, ce qui pèche à recréer par ce biais l'esprit ibérique qui imprègne le texte original. Les acteurs choisissent cependant eux-même de s'en moquer, prenant ainsi le contre-pied de cette critique au demeurant mineure, en accord avec le ton irrévérencieux et malicieux qui est de mise tout au long du spectacle.

Enlevée, ingénieuse, moderne et fantasque, "La Discrète amoureuse" mise en scène par Justine Heynemann est donc une vraie réussite absolument recommandable.

 

Cécile B.B.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=