Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Il faut toujours terminer qu’est-ce qu’on a commencé (Le Mépris)
Théâtre de la Colline  (Paris)  mars 2015

Spectacle conçu et mis en scène par Nicolas Liautard, avec Jean-Yves Broustail, Jean-Charles Delaume, Aurélie Nuzillard, Fabrice Pierre, Wolfgang Pissors et Marion Suzanne.

"Le cinéma", disait André Bazin, "substitue à notre regard un monde qui s'accorde à nos désirs. "Le Mépris" est l'histoire de ce monde".

Est-ce que, même en se proclamant prudemment "librement inspiré" par le film de Jean-Luc Godard et le roman d'Alberto Moravia, tout en utilisant pratiquement tout son dialogue, Nicolas Liautard pourrait en dire autant du théâtre, de son théâtre ?

Alors qu'il commence son spectacle par un simulacre de combat de boxe féminin, croit-il que le théâtre réduit à s'inspirer d'un film, peut combattre dans la même catégorie que l'une des plus grandes œuvres du septième art ?

Il y a quelques semaines, au même endroit, "Nos Serments" de Guy-Patrick Sainderichin et Julia Duclos prétendaient revisiter "La Maman et la putain" de Jean Eustache, autre monument cinématographique.

Le pari était déjà audacieux, voire périlleux, mais s'accompagnait d'une volonté de parler de la modernité d'aujourd'hui avec un matériau utopique d'hier, de chercher des correspondances et des différences entre les intellectuels post soixante-huitards et leurs ersatz de 2015.

Dans "Il faut toujours terminer qu'est-ce qu'on a commencé", avec la meilleure bonne volonté du monde, on cherchera en vain en quoi des variations sur "Le Mépris" peuvent concerner les hommes et les femmes du 21ème siècle.

Nicolas Liautard s'appesantit, par exemple, sur les discussions entre le scénariste et le cinéaste sur la nature du retour d'Ulysse à Ithaque. Si l'on a vu "Le Mépris", on se souvient que ces échanges entre Michel Piccoli et Fritz Lang s'accompagnaient d'images de statues grecques ou se déroulaient dans des lieux aussi magiques que la villa de Malaparte à Capri.

Et, surtout, sur le fond, il ne fallait pas les prendre totalement au sérieux. Tissu d'hypothèses abracadabrantes, ces discussions quasi idiotes meublaient le désœuvrement des deux hommes, dont l'un était soumis à des problèmes de couple.

Qu'un Godard, "ennemi" du scénario, ait pris pour héros un scénariste aurait dû mettre la puce à l'oreille à Nicolas Liautard. Confronté pour la première fois à une "super production", Godard s'amuse dans "Le Mépris" avec tout ce qu'il méprise : star, producteur, scénario, et les utilise au mieux pour signer un film sur le cinéma répondant à la définition bazinienne déjà citée.

Outre ses contresens sur ce que "Le Mépris" signifie, Nicolas Liautard commet une autre erreur : il a choisi de réduire la scène à un rectangle entouré dans la longueur de spectateurs se faisant face. Ses acteurs sont donc le plus souvent statiques sur une scène vide, et sans possibilité de mouvements, alors que dans le film, ils virevoltaient sans cesse dans un appartement hyper moderne.

Comme la prose du "Mépris" s'inspirait d'Alberto Moravia, spécialiste de l'étude des mœurs de la bourgeoisie italienne d'après-guerre, déjà sérieusement datée en 1963, la dispute entre Paul et Béatrice, qui n'est plus Camille comme chez Godard, paraît factice. Tout, dans le film et dans le livre reposait sur une interrogation : qu'est-ce qui fait naître ce mépris rédhibitoire chez une femme que son mari déçoit.

Godard disséquait ce monde bourgeois suranné, Nicolas Liautard est finalement obligé de le reconstituer pour le faire comprendre au spectateur de 2015.

Dommage qu'il n'ait pas réussi à se démarquer plus du chef d'oeuvre de Godard, car quand il s'autorise quelques facéties, comme ces séances "sous-marines" dans le noir, il installe enfin son théâtre. Hélas, une fois de retour dans "Le Mépris", il est de nouveau piégé par la mécanique godardienne.

Ainsi, quelle nécessité y avait-il à reprendre le personnage de la traductrice ? Dans le film, il s'agissait de montrer que Cinecitta était comme Hollywood une Babel du cinéma où l'on passait de l'anglais au français, de l'allemand à l'italien... Godard installait un systématisme des traductions qui rythmait les scènes, ici, cela conduit à les alourdir sans densifier le propos.

Evidemment, si l'on ignore le film et le livre, on trouvera à ce spectacle des touches absurdes dans un monde incongru qui, hors de toutes références, peuvent amuser. D'autant que les acteurs se donnent à fond et qu'il n'y a pas beaucoup de temps mort.

Cependant, on ne pourra que regretter que le titre choisi, "Il faut terminer qu'est-ce qu'on a commencé", perde son sens puisque la célèbre phrase est prononcé par Fritz Lang, l'un des génies d'un art qu'il a contribué à faire devenir un art, alors qu'ici son alter ego n'est plus qu'un fade cinéaste dénommé Wolfgang.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=