Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La toilette - Naissance de l'intime
Musée Marmottan-Monet  (Paris)  Du 12 février au 5 juillet 2015

Avec "La toilette - Naissance de l'intime", le Musée Marmottan-Monet propose propose une excellente et pertinente exposition qui va au-delà de la simple monstration sur le nu féminin ordonnée autour des thématiques picturales intemporelles de la femme à la toilette et de la baigneuse.

En effet, les commissaires, Georges Vigarello, directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, et Nadeije Laneyrie-Dagen, professeure d’histoire de l’art à l’Ecole normale supérieure, ont croisé l'histoire de l'art avec l'histoire de l'hygiène et l'histoire de la culture, et procèdé à une approche analytique et critique de la représentation artistique, et donc du regard.

Appliqué du 16ème au 20ème siècle, ce protocole révèle, à partir d'un florilège exemplaire d'oeuvres, peintures, sculptures, estampes et photographies, présentées de manière didactiques grâce à de bienvenus, et discrets, cartels explicatifs, la synergie entre l'évolution des rituels corporels, l'apparition d'un espace dédié à la toilette et la naissance de l'intime qui conduit de la présentation à la représentation du corps.

La toilette : de la présentation de soi à la représentation de l'intime

L'exposition se déroule naturellement selon un parcours chronologique qui constitue également un passionnant voyage au coeur de la chair dévoilée, du désir et de l'érotisme, pour lequel les commissaires ont remonté le fil du temps en plaçant le curseur à la période de la Renaissance qui marque une rupture avec le bain pratiqué au Moyen-Age.

Entre réalisme et symbolisme, le 16ème siècle réinvente le nu en le dotant d'un érotisme délicat selon deux déclinaisons, le bain mythologique et le bain amoureux.

Celle de "la dame au bain" en apparat dans l'univers extérieur de la maison dévoilant une chair idéalisée qui renoue avec le corps de la baigneuse allégorique (tapisserie "Le Bain, tenture de la vie seigneuriale").

Et celle de "la dame à la toilette" dans le cadre d'une toilette en appartement qui célèbre un contexte sensuel ('peinture de l'Ecole de Fontainebleau, variation du portrait de Gabrielle d’Estrées et de la duchesse de Villars au bainn François Clouet "Diane de Poitiers au bain"). Toutes deux sont caractérisées par l'absence de représentation de l'élément aquatique et du geste d'ablution qui existent en réalité.

En revanche, au 17ème siècle la pratique de la toilette "sèche" qui induit une toilette sans nudité mise en scène dans les représentations de "femme au miroir" fastueusement habillée (François Boucher "La mouche", Nicolas Régnier "Jeune fille à la toilette").

Pour les femmes du peuple, les représentations sont plus prosaïques (Salomon de Bray "Jeune femme", Van Everdinger "Jeune femme se coiffant") comme celle de Georges de la Tour au siècle précédent ("La femme à la puce").

Le 18ème siècle connait le retour progressif de l'eau. Pour l'élite sociale la toilette conserve son rôle social mais se double d'ablutions privées.

La toilette féminine, avec un corps partiellement déshabillé mais jamais nu, incite à une représentation libertine de l'intimité et le peintre se positionne en voyeur indiscret avec des scènes grivoises et licencisues qui vont constituer un sous-genre pictural de celui des "fêtes galantes" dont le maître le plus connu est sans doute François Boucher.

A cet égard, l'exposition présente les "Ovales Randon de Boisset", deux paires de tableaux "couverts-découverts", la même scène en deux versions dont celle anodine, nonobstant un érotisme largement présent mais métaphorisé, recouvrait la version libertine "La Gimblette" et "L'oeil indiscret", "L'enfant gâté" et "La jupe relevée").

Au 19ème siècle, avec la création de lieu dédié à la toilette et la pratique de la toilette quotidienne, le rite de la toilette sort du champ du paraître, du prémisse à la séduction et du libertinage pour devenir un rite hygiénique.

La thématique de la toilette perdure avec l'avant-garde artistique qui procède à une novation radicale en rompant avec le nu académique pour y substituer la représentation réaliste voire prosaïque du quotidien.

Un panoptique de toiles de Manet, Berthe Morisot, Toykouse-Lautrec et Maxumilien Luce permet de prendre la mesure de cette révolution qui privilégié le vérisme de l'incarnation et l'authenticité de la gestuelle pour approcher l'essence de l'être.

Si la représentation n'a plus une vocation libidinale, elle n'est toutefois pas exempte de sensualité avec la thématique de la femme nue peignant ses cheveux notamment traitée par Degas de manière naturaliste.

Quelques années plus tard, avec l'art moderne, le nu s'inscrit dans la recherche purement formelle.

Le corps féminin devient un motif détaché de toute connotation érotique (Picasso "Femme à la montre", Fernand Léger "Les femmes à la toilette", Frantisek Kupka "Le rouge à lèvres").

L'exposition se clôt sur l'art post-moderne pour lequel les commissaires ont réuni des oeuvres qui leur paraissent refléter une double évolution : celle de l'ouverture de la pièce, et donc de l'intime, et le changement du rapport triangulaire entre le sujet représenté, le peintre et le spectateur : dorénavant le modèle est conscient du regard posé sur lui et regarde les regardeurs.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée Marmottan-Monet

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée Marmottan-Monet


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2024 : Le plein de news avant l'été

L'été approche et avec lui la pénurie de sorties en tout genre mais d'ici là, on fait le plein !.
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché
et toujours :
"Following the sun" de Alexis Valet
"Batist & the 73'" de Batist & The 73'
"El magnifico" de Ed Harcourt
"Big anonymous" de El Perro Del Mar
Petit coup d'oeil sur le Festival Paysage Pop #2
"Until now" de Gabriel Pierre
"A kingdom in a cul-de-sac" de Ha The Unclear
"Dysphorie" de Intrusive Thoughts
"Family affair" de Kokopeli
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"Korzéam" de Thibaut Wolf
"Folk tales of today" de Two Magnets

Au théâtre :

les nouveautés :

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
et toujours :
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Tout l'or du monde" au Théâtre Clavel
"Dans ton coeur" au Théâtre du Rond Point
"Du pain et des jeux" au Théâtre 13 Bibliothèque
"Vernon Subutex" au Théâtre des 2 Rives
"37 heures" au Théâtre la Flèche
"Fantasmes" au Théâtre La Croisée des Chemins
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=