Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Herman Düne
Mash Concrete metal mushroom.  (autoproduit)  novembre 2003

Sortis à quelques mois d’intervalle, voilà deux excellents albums inattendus. D’Herman Düne, on connaissait les prestations scéniques avant même les disques. Schéma classique des groupes en quête de reconnaissance ? Pas vraiment, puisque d’une part le groupe a acquis sa notoriété (une presse unanime voire dithyrambique, tant outre-atlantique, outre-manche que dans l’hexagone, ce qui relève de l’exploit médiatique), puisque d’autre part le groupe n’a pas acquis la reconnaissance publique. Alors qu’il suffit d’un article enthousiaste pour faire décoller tel groupe ressortissant le rock des années 1970, Herman Düne n’est pas (encore) sur toutes les lèvres.

Et pourtant…Leur premier album Turn off the (bright ?) light, hesitant entre une folk lo-fi classique et une pop-rock plus électrique, les fait entrer dans la cour des grands, celle de Jeffrey Lewis, Lou Barlow… Avec Switzerland Heritage, le groupe assume justement son héritage, mais c’est de l’héritage folk dont il est question.

Le groupe enchaîne les concerts, en Europe et aux Etats-Unis.David Ivar Herman Düne et son frère André Herman Düne en profitent pour élargir leur répertoire. Herman Düne, dit-on, possèderait (déjà) un répertoire de 400 chansons originales. Et personne pour les signer ? !!! Et bien si, tout de même, le groupe est repéré aux Etats-unis par le label américain Shrimper, qui signe entre autres Yo la tengo et Lou Barlow. On leur demande de sortir un album de raretés et inédits.

Adulé par John Peel, les frères franco-suédois sont invités à enregistrer leur Peel Session.

Ces évènements les écartent de l’enregistrement studio, et deux années s’écoulent avant que ne sortent, non pas un, mais deux disques simultanément. Preuve de leur propension à composer. Mas Cambios et Mash Concrete Metal Mushroom sont deux frères jumeaux, qui auraient pu faire partie d’un double cd, l’un étant la face sombre de l’autre, un envers et un endroit.

Frères jumeaux, car on ressent à l’écoute de ces deux album la même impression de sincérité, de générosité, de spontanéité dans l’écriture. A vrai dire, les yeux fermés, on se retrouve volontiers autour d’un feu, sur une plage un soir d’automne. Vision un peu idéaliste de la musique, mais la musique d’Herman Düne, lo-fi, est d’une réelle fraîcheur.

Sur Mas Cambios , pas de fioritures. Guitare, batterie légère, chœurs chanté-parlé, et mélodies légères. La petite flûte de "Red Blue Eyes" impose un ton frivole, comme si Bob Dylan enregistrait au Pérou. Triste sur certaines pistes ("In the summer camp", "Winner Lose", "so not I wanted"), le groupe ne sombre jamais dans la mélancolie gratuite et se reprend avec des balades drôles ("In Auguste") et vecteurs de bonne humeur ("At your Luau Night", "Sunny Sunny Cold Cold day").

De retour en France, le groupe se passe le disque en boucle et en ressent le caractère un tantinet déprimant. Le groupe se replonge en studio pour accoucher d’une nouvelle bizarrerie, Mash Concrete Metal Mushroom, où dès l’intro l’harmonica et le rythme donnent envire de basculer sa tête d’avant en arrière avec un grand sourire. La magnifique chanson "On the Knick", avec toute sa retenue vocale et son riff de guitare proche de la mandoline en accompagnement, fait penser à du Neil Young ayant découvert la joie de la simplicité des arrangements.

D’autres chansons relèvent du pur délire : "Monkey Song" ("I wish my girlfriend was a monkey, I would have her on a linch climbing up the tree, an she could steal o lot of things for me”), "Metal Mash". En fait, ce qui distingue Herman Düne des autres groupes folk lo-fi, c’est leur légèreté, qui permet de faire passer des balades déprimées et déprimantes pour de véritables professions de foi, une foi au bonheur. La dimensions religieuse d’Herman Dûne n’est pas anodine : de temps en temps, le chœur ressemble à celui d’une Eglise, et on se croirait membre des Polyphonic Spree.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Giant de Herman Düne
La chronique de l'album Mariage à Mendoza de Herman Dune
Herman Düne en concert au Festival Antifolk 2003
Herman Düne en concert au Festival Antifolk 2003 - 2ème
Herman Düne en concert au Festival Mo'Fo 2003
Herman Düne en concert à Pizzeria du Soleil (2 février 2004)
Herman Düne en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (jeudi)
Herman Düne en concert au Trabendo (26 novembre 2005)
Herman Düne en concert à La Cigale (4 novembre 2006)
Herman Düne en concert à Angers (22 novembre 2006)
Herman Düne en concert au Festival Les Nuits Parisiennes 2006
Herman Düne en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (samedi)
Herman Düne en concert au Festival Primavera Sound 2007 (jeudi)
Herman Düne en concert au Festival des Vieilles Charrues 2007 (samedi)
Herman Düne en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
Herman Düne en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
Herman Düne en concert au Fil (9 avril 2009)
Herman Düne en concert à La Vapeur (15 avril 2009)
Herman Düne en concert au Festival Furia Sound 2009
Herman Düne en concert au Festival Les Nuits de l'Alligator 2010 (samedi 27)
Herman Düne en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Samedi
Herman Düne en concert au Festival International de Benicàssim #17 (vendredi 15 juillet 2011)
Herman Düne en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du vendredi
Herman Düne en concert au Festival Rock en Seine 2011 (vendredi 26 août 2011)
Herman Düne en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
Herman Düne en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012) - Dimanche 16 septembre
L'interview de Herman Düne (2 novembre 2006)
La conférence de presse de Herman Düne (15 août 2007)


Xavier         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=