Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Vincent
Ciné XIII Théâtre  (Paris)  mars 2015

Monologue dramatique de Leonard Nimoy dit par Jean-Michel Richaud dans une mise en scène de Paul Stein.

Le décor et le costume sont attendus et sans importance : ils symbolisent le temps où vivait Vincent. Seul un écran avec un tableau détonne un peu.

L'homme qui gagne la scène est lui aussi attendu : c'est Théo, le frère. Barbu comme Vincent, il ressemble assez à ses autoportraits. Tiens, d'ailleurs, une question vient en tête : a-t-il été peint par son illustre cadet ?

La pièce de Leonard Nimoy ne le dira pas et quand Théo commence à parler sur le ton de la confidence plutôt que sur celui de la conférence, il semble que tout ce qu'il va dire sera attendu. Et si ce sera le cas pour tous les spectateurs qui ont la connaissance de tout le monde sur le génial impressionniste, cela n'aura pas beaucoup d'importance.

Car "Vincent" a l'immense qualité de surprendre avec tout ce qu'on sait, tout ce qu'on attend. Avec une grande simplicité teintée de pudeur, Théo va en effet peindre son frère tel qu'il le voit, tel qu'il l'aimait. Son portrait sera loin de la légende, du mythe de l'artiste maudit. Il ne s'agit pour Théo d'un plaidoyer pour rétablir la vérité puisque la pièce se déroulant quelques jours après le drame d'Auvers, Van Gogh n'est encore qu'un peintre inconnu.

Ce qu'il montre et démontre pendant une heure, c'est qu'un homme épris d'idéal, rêvant de beauté et d'humanité, vient de disparaître. Il ne cache pas que cet homme était malade, souffrait cruellement d'une raison pouvant défaillir à chaque instant.

L'essentiel est là : Van Gogh était un grand artiste que la folie perturbait et pas un fou que sa maladie rendait génial. C'est presque sacrilège pour ceux qui aiment la thèse construite après, celle d'un bohème victime de l'incompréhension des bourgeois, ces philistins qui haïssent les artistes. Pierre Bourdieu, entre autres, a montré comment cette théorie radicale, faussement "anti bourgeoise" servait les marchands, ceux qui feront de Vincent un produit spéculatif.

Jean-Michel Richaud, mis en scène par Paul Stein, compose un Théo qui ne s'emporte pas, sauf peut-être contre Paul Gauguin qu'il estime le mauvais ange de son frère. Il dit avec assurance qui était Vincent Van Gogh. Il y a parfois en lui de la compassion et une forme de tristesse pudique. "C'était un homme, c'était mon frère".

C'est avec une émotion retenue mais réelle qu'il fait passer le message que voulait faire passer Leonard Nimoy, qui vient de disparaître il y a quelques semaines. Celui qui se révèle avec ce texte adapté de la pièce "Van Gogh" de Philip Stevens, comme enfin autre chose que Mr Spock, le Vénusien de Star Trek, réussit donc à convaincre chaque spectateur, quel qu'il soit, qu'il y a en lui quelque chose de Van Gogh et que celui-ci peignait pour lui, pour tous ses frères humains.

Une réussite qui grandit le cœur et l'âme.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=