Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Chebabs de Yarmouk
Axel Salvatori-Sinz  mars 2015

Réalisé par Axel Salvatori-Sinz. France. Documentaire. 1h18 (Sortie le 18 mars 2015).

Il y a quelques semaines, sortait un documentaire choc très contestable sur la Syrie, "Eau argentée", dont on s'était refusé à parler tant il posait des questions morales sur comment filmer la guerre et comment utiliser ces images pour, au final, ne nourrir que sa misérable "autofiction"

"Les Chebabs de Yarmouk" d'Axel Salvatori-Sinz a déjà le mérite de ne pas souffrir de ce soupçon de malhonnêteté intellectuelle qui pesait sur "Eau argentée".

Yarmouk, c'est - ou plutôt c'était - le plus grand camp de réfugiés palestiniens du Moyen-Orient. Situé en Syrie, il rassemblait plus de 500 000 habitants. Axel Salvatore-Sinz s'est intéressé à quelques garçons et filles qui vivaient dans ce camp jusqu'à sa quasi disparition en 2012.

Garçons et filles, âgés d'une vingtaine d'années, ils ont en commun de n'être pas forcément représentatifs de la jeunesse palestinienne du camp. Pour être anachronique, on pourrait les définir comme des "vitelloni". Préoccupés par "ne pas faire le service militaire", ces "chebabs" (au sens "mec" ou "nana"), avaient envie de devenir des artistes, de travailler pourquoi pas des cinéastes.

Filmés clandestinement à l'intérieur du camp, on ne les voit jamais en sortir, à l'image de pigeons qui vont et viennent au-dessus de leurs terrasses. Axel Salvatori-Sinz les surprend dans leur quotidien, quand ils aménagent leur petits intérieurs faits de bric et de broc, mais quand même très "home sweet home".

Car ce qu'on découvre dans ce documentaire hors norme, c'est que la vie dans un camp palestinien, tout au moins pour des jeunes gens assez cultivés et de milieu palestinien sans doute "bourgeois", ou pour le moins "évolué", a ses "charmes". Des charmes avec des guillemets et qui sont une manière de résister.

En contrepoint, on soulignera que ce petit groupe avec qui l'on sympathise rapidement est composé de fumeurs invétérés, ce qui a sans doute du sens comme révélateur d'angoisse et de mal être.

N'empêche qu'ici, à Yarmouk, on vit, on résiste en vivant et en passant du temps sur sa terrasse à refaire un monde sur lequel est en train de s'accumuler des nuages.

"Les Chebabs de Yarmouk" d'Alex Salvatore-Sinz montre tout le drame de la situation palestinienne, de cette population qui en a tant vécu depuis 1948 qu'elle mériterait de ne plus rien vivre qu'un bonheur tranquille. Quelle paradoxe, en effet, que ces jeunes gens qui ont déjà tiré des leçons de vie de leur non-vie et qui seraient, dans d'autres circonstances, moteur pour rendre combattifs les jeunesses occidentales numériques.

Sans savoir que ce qu'il filmait allait vite devenir la nostalgie d'un temps éphémère révolu, le cinéaste a décrit une certaine douceur de vivre et fixé sur l'écran la belle amitié qui réunissait un quintet mixte de Palestiniens.

Il faudra malheureusement revenir au réel en quelques cartons noirs comme la situation : la guerre civile syrienne n'a pas épargné Yarmouk. A l'heure actuelle, seulement quinze mille personnes survivent dans le camp dévasté. C'est donc presque 500 000 âmes qui ont été précipitées vers un nouvel exil, vers de nouveaux destins terribles.

Ces "Chebabs" que l'on avait adoptés ont été séparés non seulement par la vie mais également par la mort. Certains ne sont plus et ce film sans pathos, fort de ce qu'il dit et de ces non-dits tout aussi signifiants, est déjà un document pour l'Histoire.

"Les Chebabs de Yarmouk" d'Axel Salvatori-Sinz est un beau témoignage irréprochable qui, malgré tout, contient une petite flamme d'espoir qu'il ne faut pas laisser éteindre en allant voir le film.

 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 août 2022 : Only happy when it rains

Un peu de pluie, enfin ! C'est pour ainsi dire la tradition pendant le festival de La Route du Rock qui commence cette semaine ! Pour le reste voici notre petite sélection estivale hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Change" de Franz Robert Wild
retour sur le Hellfest 2022 avec Seth, Dog Eat Dog, Deftones, Suicidal Tendancies, Ghost etc.
"I started a garden" de Her Skin
Des petits festivals à venir avec La Guinguette Sonore et Engrenage Party
"Stereolab & Laetitia Sadier", nouvelle émission de Listen In Bed à écouter ici et toujours :
"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia..

Au théâtre :

les comédies de l'été :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
"Un cadeau particulier" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montartre
"La Ligne Rose" au Théâtre Lepic
"Dîner de famille" au Café de la Gare

et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :
'Christian Bérard - Bébé excentrique" au Nouveau Musée National de Monaco
la présentation du nouveau parcours des Collections du Musée d'Art Moderne de Paris en accès gratuit
la visite commentée par la commissaire de "Anne de France - Femme de pouvoir, princesse des arts" au Musée Anne-de-Beaujeu à Moulins
dernière ligne droite pour :
"Le Théâtre des émotions" au Musée Marmottan Monet

"Toyen - L'écart absolu" au Musée d'Art Moderne de Paris
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Silvio et les autres" de Paolo Sorrentino
"Two lovers" de James Gray
"Innocents" de Bernardo Bertolucci
"Gothika" de Mathieu Kassovitz
"Lina" de Michael Schaerer
et le cinéma indien en 6 films

Lecture avec :

La rentrée littéraire d'automne 2022
et toujours :
"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=