Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Leopardi, il giovane favoloso
Mario Martone  avril 2015

Réalisé par Mario Martone. Italie. Biopic. 2h15 (Sortie le 8 avril 2015). Avec Elio Germano, Michele Riondino, Massimo Popolizio, Anna Mouglalis, Valerio Binasco, Paolo Graziosi, Iaia Forte et Sandro Lombardi.

Après Turner ("Mr Turner" de Mike Leigh), Tchekhov ("Anton Tchekhov 1890" de René Féret), c'est au tour d'un autre "grand artiste" européen, Giacomo Leopardi, de faire l'objet d'une "biographie filmée" et d'ainsi de légitimer de ce côté-ci de l'Atlantique un genre au départ purement étasunien.

Pour les Italiens, Leopardi est un grand poète et un essayiste incontournable. Il n'en est, hélas, pas de même pour les autres Européens.

"Leopardi, il giovane favoloso", le film de Mario Martone, s'il n'était pas une œuvre de grande qualité, aurait déjà eu au moins le mérite de le faire connaître. Car il trace le parcours douloureux d'un être exceptionnel dont le génie devait constamment composer avec la maladie. Vie brève, vie intense, que la vie de cet homme à la recherche de la lumière pour réchauffer son corps et illuminer son âme.

Pour retracer la vie du poète rendu "bossu" par son mal, Mario Martone, dont certains n'auront pas oublié "Mort d'un mathématicien napolitain" son film le plus célèbre, a eu la très bonne idée de s'attacher les services de Renato Berta, pour une photographie exceptionnelle, et d'Elio Germano, pour une incarnation qui va jusqu'à l'abnégation de l'auteur des "Chants".

Traversée Nord-Sud de l'Italie vers le soleil et loin de l'ire que peut susciter ses écrits, la vie de Leopardi se décline parfaitement dans la palette savante des lumières de Renato Berta.

De la douce Toscane pastel au sud napolitain où explose, comme le Vésuve, les couleurs vives, aucun plan n'est pas signifiant de beauté. Rarement dans le cinéma contemporain, l'écrin formel n'aura été aussi important pour faire comprendre l'intérieur d'un personnage, pour montrer combien Leopardi, si fragile si délicat, rayonnait intensément à la fois par son être et par sa pensée.

Elio Germano, sans aucune outrance, passe du jeune homme prometteur, à qui tout aurait pu sourire des choses de l'esprit aux plaisirs de la chair, au précoce moribond difforme. Particulièrement saisissante dans sa cruauté sombrement carminée, sera la scène où il hante les bas-fonds napolitains, avec ses bordels troglodytes et ses prostituées qui renvoient toujours au "Satyricon" fellinien

Martone s'inscrit alors dans la tradition perdue du grand cinéma italien. Le climat de Naples en plein choléra n'est pas sans analogie avec celui créé par Visconti pour l'épidémie de "Mort à Venise".

Ce qui n'aurait pu être qu'une vision intimiste de Leopardi, centrée sur son amitié avec Antonio Ranieri et leurs passions romantiques pour de belles femmes délicates, gagne en ampleur. C'est tout le bruissement d'une Italie en devenir parcourant l'oeuvre du poète qui se lit dans ce film vraiment réussi, un film qui dégage une sérénité émouvante qu'il fait bon partager.

 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=