Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jack
Edward Berger  avril 2015

Réalisé par Edward Berger. Allemagne. Drame. 1h43 (Sortie le 8 avril 2015). Avec Ivo Pietzcker, Georg Arms, Luise Heyer, Nele Mueller-Stöfen, Vincent Redetzki, Jacob Matschenz, Sebastian Stielkeet Odine Johne.

Le cinéma allemand parle rarement d'enfants. Il est à l'image d'une société sans enfants, une société qui, en définitive, n'aime pas les enfants.

Dans "Jack" d'Edward Berger, si l'on excepte le personnel du foyer d'accueil qui fait métier de s'occuper des enfants, tous les autres personnages s'en désintéressent ou ne leur montrent aucune affection.

Jack est un cousin germain d'Antoine Doisnel, un cousin lointain et moderne des petits nordistes de "l'Enfance nue". Comme Doisnel, il aime sa mère et sa mère ne lui rend guère cet amour, comme les orphelins de Pialat, il pourrait être entraîner à la violence si la malchance se mêlait à sa vie pourrie.

Mais, à la différence de ces "cousins français", Jack n'est pas seul face aux adultes : il est en plus en charge de son petit frère, Manuel. C'est donc un "enfant courage" qu'Edward Berger suit d'une caméra attentive, minutieuse et prête à l'aider pour trouver les bons chemins de la survie, voire de la vie. Des chemins où l'amour maternel n'est peut-être pas au rendez-vous mais où la fraternité a un sens.

Presque constamment à l'écran, Ivo Pietzsker compose avec aisance un Jack débrouillard, décidé, jamais vraiment parcouru par l'idée de renoncer, conservant malgré toutes les épreuves qu'il traverse le rêve de revivre un jour avec sa mère et son petit frère.

Projet bien irréaliste qui va se heurter à l'inconséquence de sa mère qu'Edward Berger ne juge pas et qu'il met sur le compte de son extrême jeunesse. Faire des enfants dans cette société où ils ne sont pas rois, cela induit d'être sans cervelle ou marginale, en tout cas pas vraiment guidée par la construction d'un foyer familial.

En contrepartie, s'il est là malgré tout, l'enfant, à l'image de Jack, ne peut qu'être tenace, solide... et exigeant face à des adultes démissionnaires ou indifférents.

"Jack" d'Edward Berger est un film qui fonctionne bien, grâce à la vitalité de ces deux jeunes héros laissés à eux-mêmes. Sans trop en dire sur le film, on remerciera aussi le réalisateur de n'avoir pas céder aux sirènes du mélodrame et de n'avoir pas précipiter Jack et Manuel dans des périls trop grands ni angoissants.

De toute façon, avec son récit parcours d'un jeune combattant, Edward Berger tient un bon scénario et signe un film efficace, émouvant et toujours tenu. Sans être d'une ambition excessive, il peut se comparer aux œuvres citées de François Truffaut et de Maurice Pialat.

"Jack" d'Edward Berger est un film sensible qui pourra être vu avec intérêt par un public de collégiens, voire d'enfants fréquentant encore l'école élémentaire. Ils devraient être conquis par l'énergie déployée par Jack et Manuel pour se construire dans un univers bien défavorable.

Plus largement, tout le monde n'aura de cesse de leur donner un coup de main "symbolique" dans leur quête de ce tout petit bonheur digne de leur grand cœur.

 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=