Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Independence
Manufacture des Abbesses  (Paris)  avril 2015

Comédie dramatique de Lee Blessing, mis en scène de Joël Coté, avec Christiane Devaux, Hélène Gounot, Adèle Nicolas, Emaé Berlet, Eliane Bernard, Amélie Amilhau, Flavie Alaux et Iliana Boubekeur.

Si "Independence" de Lee Blessing est une pièce souvent jouée depuis sa création en 1984, c'est sans doute parce qu'en dessinant le portrait d'une mère et de ses trois filles, elle saisit mieux qu'une autre une certaine vérité de l'Amérique profonde.

C'est en effet au cœur de l'Iowa que se retrouve pour la première fois depuis quatre ans un quatuor féminin bien singulier. L'aînée des trois filles, celle qui revient, est une universitaire homosexuelle.

Elle répond à l'appel de sa cadette qui prétend que leur mère "a voulu la tuer" parce qu'elle est enceinte, elle, la presque déjà vieille fille soumise jusqu'à maintenant à cette mère tyrannique au passé psychiatrique. Pour compléter le tableau, il y a la troisième sœur, plus délurée, enceinte à quinze ans d'un enfant qu'elle a abandonné à sa naissance.

Le paradoxe de cette pièce faussement très américaine est d'aligner les stéréotypes dans un contexte au contraire très peu statistique, celui d'un monde sans hommes, d'un monde où l'homme n'a jamais été présent, ni pour la mère ni pour les filles. Ainsi, par la grâce d'un jeu de mot qui fonctionne en anglais comme en français, à Independence, les femmes sont "indépendantes".

Mais elles le paient au prix fort : celui d'une espèce de dépendance qui les lie entre elles. Si la situation change, par exemple, si la mère est réellement devenue ou, plutôt, redevenue folle, que va-t-il se passer ? Mettant leurs cœurs à nu, multipliant les rancoeurs, divulguant des non-dits, précisant des faits, les quatre membres de cette famille féminine exposent des vérités qui s'enchevêtrent et créent un climat fortement tendu.

Lee Blessing a réussi son coup : le spectateur, même le moins réceptif à ce théâtre calibré pour que les acteurs se glissent aisément dans leurs personnages schématiques, sera captivé et impatient de connaître comment les choses vont tourner.

Au milieu des années 1990, "Independence" avait été mise en scène par Béatrice Agenin, qui jouait aussi l'une des sœurs, avec Dominique Blanchar dans le rôle de la mère. Curieusement, la version d'alors, avec des moyens importants, paraissait céder au "côté très américain" du sujet et ne permettait pas de s'établir ou de se rétablir d'elle-même la vérité des choses.

Dans sa mise en scène, Joël Coté hume les êtres, leur laisse la chance et le temps de convaincre les spectateurs. Si, sans leur faire injure, les comédiennes sur le plateau n'ont pas la science du théâtre qu'avait Dominique Blanchar, elles ont une sincérité sans rouerie qui convient à une œuvre plus puissante qu'il n'y paraît. Une œuvre qui ne nécessite pas de pathos ni d'effets de manche.

En retrouvant la légèreté de l'anecdote, Joël Coté, servie par de belles figures d'actrices, respecte peut-être davantage le contexte de la pièce de Lee Blessing. Ni comédie, ni drame, elle constitue une plongée à l'instant "T dans la communauté américaine de base, la famille.

Évidemment, une famille bien spéciale et parfaite pour que l'on puisse vivre en direct, une belle tranche de 90 minutes de théâtre à l'anglo-saxonne, c'est-à-dire sans ennui et avec de l'analyse psychologique à tous les étages.

Il faut donc se rendre au plus vite à "Independence" voir une pièce éponyme qui, en trente ans, est devenue un vrai classique.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=