Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Taxi Téhéran
Jafar Panahi  avril 2015

Réalisé par Jafar Panahi. Iran. Comédie. 1h22 (Sortie le 15 avril 2015). Avec Jafar Panahi.

A la lecture du court synopsis de "Taxi Téhéran", que résume radicalement son titre, on pouvait craindre que Jafar Panahi ne s'inscrive une nouvelle fois dans les pas de son "maître" et mentor Abbas Kiarostami.

Celui-ci avait, en effet, réalisé en 2002 un film intitulé "Ten", entièrement tourné à l'intérieur d'une voiture, dans lequel on suivait dix conversations entre la conductrice et ses différents passagers.

Dans "Taxi Téhéran", malgré la parenté de principe, l'enjeu est très différent. Il ne s'agit pas à première vue d'une fiction, mais d'un film "documentaire" dans lequel un cinéaste dissident discute dans son "taxi" avec des Iraniens pris au hasard, qui ont hélé son véhicule et se le partagent.

Apparemment, le film est une "mini" coupe sociologique de la société iranienne. Jafar Panahi filme clandestinement des gens divers exprimant des points de vue divergents, le tout permettant d'en savoir un peu plus sur un pays dit fermé.

Peu à peu, il faut être très naïf, autant que ceux qui prennent Jafar Panahi pour un Rushdie ou un Sakharov, pour croire que le film n'est pas une "auto-fiction", voire dans le cas présent une "taxi-fiction".

Même les scènes prétendument prises sur le vif, comme le moment où monte un blessé dans le véhicule, contiennent des incohérences qui laissent à penser que les personnages de la scène sont des comparses.

Et puis, c'est quand même se faire un grand honneur à soi-même que de montrer autant de personnes "anonymes" connaissant le cinéaste Jafar Panahi...

Ce film jubilatoire est ainsi un film-piège qui attirera tous les gogos anti-iraniens, prêts à hurler contre le régime de Téhéran en approuvant de leurs bonnes critiques le film "Argo" de Ben Affleck, montrant un Iran composés uniquement de barbus hystériques.

Comment dès lors, justifier toute cette "joie de vivre", cette propension persane à la dispute et à la tchatche ? Les parangons d'un Occident magnifiquement "démocratique" face à un Iran terriblement théocratique devraient bien regarder tout ce qui a d'insidieux dans le film soi-disant "volé", tourné à l'arrache et à la barbe des mollahs.

Comment peut-on obtenir autant de scènes "fluides" et compliquées dans leurs mises en place (comme la scène avec les mariés filmés par la nièce précocement cinéaste de Jafar) si le pays est si cerné par la police et les milices ?

Si un cinéaste avait voulu faire "Taxi-Paris" sans autorisations, combien de temps aurait-il tenu dans sa voiture arrêtée en discussion filmée avec quelqu'un avant que ne surgisse une voiture de policiers français ? Si l'on est objectif, aucune des scènes tournées en plein jour par Jafar dans Téhéran n'aurait été possible dans Paris.

Que Jafar Panahi, jadis chouchou du régime, soit devenu un méchant dissident, c'est possible. Mais alors, comment aurait-il pu réussir une entreprise aussi complexe derrière son apparente simplicité ? Ne "bénéficiait"-il pas d'une "protection" très renforcé qui l'aurait empêché de filmer aussi "librement" ?

À moins bien sûr, que l'on souscrive au schématisme étasunien qui pense que les Iraniens sont tous des "imbéciles" assoiffés de tchadors et de châtiments contre tous les déviants. Dès lors, on comprend mal pourquoi ils ont peur "d'être roulés dans la farine" dans les discussions sur le nucléaire.

Bref, "Taxi Téhéran" de Jafar Panahi est une œuvre paradoxale, à la facture si simple qu'elle pose des questions. Une œuvre "rigolarde", pleine de malice et de mystère (type Cluedo), totalement libre, qui enchantera les uns et les autres. D'autant plus, si les "uns" n'ont pas de sens critique et... encore d'autant plus si les "autres" doutent de la "vérité officielle", de la légende dorée de Jafar contre ces ayatollahs qui l'ont nourri si longtemps...

"Taxi Téhéran" de Jafar Panahi a bien mérité son "Ours d'or" de la bien-pensance berlinoise. Mais il ne faut pas pour cela en faire un mauvais film sous prétexte qu'il sert la guerre idéologique des pays occidentaux contre les pays émergents.

Si le gouvernement iranien était un peu plus malin, il ne chercherait pas des poux à Jafar Panahi mais, au contraire, le féliciterait d'avoir montré que le manichéisme occidental bat à plate-couture celui que l'on reproche à la République Islamique d'Iran.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=