Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Taxi Téhéran
Jafar Panahi  avril 2015

Réalisé par Jafar Panahi. Iran. Comédie. 1h22 (Sortie le 15 avril 2015). Avec Jafar Panahi.

A la lecture du court synopsis de "Taxi Téhéran", que résume radicalement son titre, on pouvait craindre que Jafar Panahi ne s'inscrive une nouvelle fois dans les pas de son "maître" et mentor Abbas Kiarostami.

Celui-ci avait, en effet, réalisé en 2002 un film intitulé "Ten", entièrement tourné à l'intérieur d'une voiture, dans lequel on suivait dix conversations entre la conductrice et ses différents passagers.

Dans "Taxi Téhéran", malgré la parenté de principe, l'enjeu est très différent. Il ne s'agit pas à première vue d'une fiction, mais d'un film "documentaire" dans lequel un cinéaste dissident discute dans son "taxi" avec des Iraniens pris au hasard, qui ont hélé son véhicule et se le partagent.

Apparemment, le film est une "mini" coupe sociologique de la société iranienne. Jafar Panahi filme clandestinement des gens divers exprimant des points de vue divergents, le tout permettant d'en savoir un peu plus sur un pays dit fermé.

Peu à peu, il faut être très naïf, autant que ceux qui prennent Jafar Panahi pour un Rushdie ou un Sakharov, pour croire que le film n'est pas une "auto-fiction", voire dans le cas présent une "taxi-fiction".

Même les scènes prétendument prises sur le vif, comme le moment où monte un blessé dans le véhicule, contiennent des incohérences qui laissent à penser que les personnages de la scène sont des comparses.

Et puis, c'est quand même se faire un grand honneur à soi-même que de montrer autant de personnes "anonymes" connaissant le cinéaste Jafar Panahi...

Ce film jubilatoire est ainsi un film-piège qui attirera tous les gogos anti-iraniens, prêts à hurler contre le régime de Téhéran en approuvant de leurs bonnes critiques le film "Argo" de Ben Affleck, montrant un Iran composés uniquement de barbus hystériques.

Comment dès lors, justifier toute cette "joie de vivre", cette propension persane à la dispute et à la tchatche ? Les parangons d'un Occident magnifiquement "démocratique" face à un Iran terriblement théocratique devraient bien regarder tout ce qui a d'insidieux dans le film soi-disant "volé", tourné à l'arrache et à la barbe des mollahs.

Comment peut-on obtenir autant de scènes "fluides" et compliquées dans leurs mises en place (comme la scène avec les mariés filmés par la nièce précocement cinéaste de Jafar) si le pays est si cerné par la police et les milices ?

Si un cinéaste avait voulu faire "Taxi-Paris" sans autorisations, combien de temps aurait-il tenu dans sa voiture arrêtée en discussion filmée avec quelqu'un avant que ne surgisse une voiture de policiers français ? Si l'on est objectif, aucune des scènes tournées en plein jour par Jafar dans Téhéran n'aurait été possible dans Paris.

Que Jafar Panahi, jadis chouchou du régime, soit devenu un méchant dissident, c'est possible. Mais alors, comment aurait-il pu réussir une entreprise aussi complexe derrière son apparente simplicité ? Ne "bénéficiait"-il pas d'une "protection" très renforcé qui l'aurait empêché de filmer aussi "librement" ?

À moins bien sûr, que l'on souscrive au schématisme étasunien qui pense que les Iraniens sont tous des "imbéciles" assoiffés de tchadors et de châtiments contre tous les déviants. Dès lors, on comprend mal pourquoi ils ont peur "d'être roulés dans la farine" dans les discussions sur le nucléaire.

Bref, "Taxi Téhéran" de Jafar Panahi est une œuvre paradoxale, à la facture si simple qu'elle pose des questions. Une œuvre "rigolarde", pleine de malice et de mystère (type Cluedo), totalement libre, qui enchantera les uns et les autres. D'autant plus, si les "uns" n'ont pas de sens critique et... encore d'autant plus si les "autres" doutent de la "vérité officielle", de la légende dorée de Jafar contre ces ayatollahs qui l'ont nourri si longtemps...

"Taxi Téhéran" de Jafar Panahi a bien mérité son "Ours d'or" de la bien-pensance berlinoise. Mais il ne faut pas pour cela en faire un mauvais film sous prétexte qu'il sert la guerre idéologique des pays occidentaux contre les pays émergents.

Si le gouvernement iranien était un peu plus malin, il ne chercherait pas des poux à Jafar Panahi mais, au contraire, le féliciterait d'avoir montré que le manichéisme occidental bat à plate-couture celui que l'on reproche à la République Islamique d'Iran.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=