Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Dos rouge
Antoine Barraud  avril 2015

Réalisé par Antoine Barraud. France. Comédie dramatique. 2h07 (Sortie le 22 avril 2015). Avec Bertrand Bonello, Jeanne Balibar, Géraldine Pailhas, Joana Preiss, Barbet Schroeder, Pascal Greggory, Valérie Dréville, Nicolas Maury, Alex Descas, Isild Le Besco et Natalie Boutefeu.

Mauvaise semaine pour Arnaud Desplechin, le plus surfait des cinéastes français et le plus adulé d'une certaine critique pour qui ses films sont faits.

Après avoir raté pour la énième fois la sélection officielle (même si, au dernier moment, on n'est pas à la merci d'une surprise due à l'entregent d'Arnaud), voilà qu'Antoine Barraud emprunte ses plate-bandes.

En effet, même si pour tromper son monde, il fait jouer le cinéaste héros de son film par Bertrand Bonello, le modèle de son personnage - comme de son cinéma - est évidemment Arnaud Desplechin, le cinéaste prétendument intellectuel, prétendument séducteur, prétendument porteur d'un univers.

Comme les films du ci-devant nommé, "Le Dos rouge" d'Antoine Barraud est donc un film compliqué dans sa facture, maniéré dans sa réalisation et fondé sur une pléiade d'acteurs peu connus pour leur popularité réelle, mais qui sont ici, à la différence de leurs prestations dans les films d'Arnaud, souvent bien dirigés.

Ainsi Jeanne Balibar, enfin de retour sur les écrans, est parfaite en "spécialiste" de la peinture à la recherche du tableau dont Bertrand, le cinéaste, a besoin pour illustrer la monstruosité à l'écran.

Sans rien révéler du film, dont le suspense n'est pas le but premier - même si on peut trouver passionnant cette quête chantournée et labyrinthique de l'oeuvre idéale -, on sera un peu frustré de voir Jeanne se transformer en Géraldine (Pailhas), elle aussi formidable dans le rôle.

Presque constamment à l'écran, Bertrand Bonello clivera peut-être encore plus. On pourra le trouver un peu faiblard dans les scènes avec ses partenaires diverses, comme on pourra le trouver excellent dans son rôle d'artiste malade de sa difficulté à créer.

Accumulant les scènes improbables, comme celle se passant à la Cinémathèque française où l'on voit un extrait d'un film tout aussi improbable supposé tourné par Bertrand, et pour la mise en abyme, réellement tourné par Bonello, Antoine Barraud s'expose à des hauts et des bas dans sa narration déconstruite.

Au final, pourtant, on s'apercevra qu'on s'est laissé guider avec plus de plaisir que d'irritation dans ce dédale qu'est peut-être le cerveau d'un cinéaste en train de fabriquer son film. Sans doute, Barraud eut-il pu attendre d'avoir déjà une œuvre derrière lui pour réaliser son "Huit et demie" ou son "Stardust Memories".

À son crédit, on mettra tout à la fois sa manière de convoquer sur l'écran autant de belles œuvres picturales que celle qu'il a de provoquer des scènes hilarantes avec Nicolas Maury, acteur qu'on a déjà beaucoup aimé dans "Let's my people go" et "Les rendez-vous d'après minuit". Avoir pensé à lui, prouve qu'Antoine Barraud, dont il faut répéter les qualités de directeur d'acteurs, a de l'avenir.

On l'attend au tournant, en espérant qu'il saura s'émanciper des références cul-de-sac à Arnaud Desplechin. Et puis quelqu'un dont le chemin aboutit devant les extraordinaires tableaux de Léon Spilliaert ne peut qu'être prometteur.

"Le Dos rouge" fait partie de ces films qui ne font pas l'unanimité. Certains s'y ennuieront ferme, mais d'autres y sentiront passer le vent de l'époque, ce qui est devenu rarissime dans le cinéma français. Qui ne tente rien, n'a rien. Les curieux qui auront tenté savent qu'au moins "Le Dos rouge" d'Antoine Barraud les préservera de la mollesse et de la tiédeur de tant de films consensuels.

>
 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=