Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un pigeon penché sur une branche philosophait sur l'existence
Roy Andersson  avril 2015

Réalisé par Roy Andersson. Suède/Norvège/France/Allemagne. Comédie dramatique. 1h40 (Sortie le 29 avril 2015). Avec Holger Andersson, Nils Westblom, Charlotta Larsson, Viktor Gyllenbergn, Lotti Törnros, Jonas Gerholm, Ola Stensson, Oscar Salomonsson et Roger Olsen Likvern.

Les Transalpins ne s'y sont pas trompés : ce pigeon valait bien un Lion d'or. Le trop rare Roy Andersson, cinq long-métrages en 45 ans, est sans conteste l'un des plus singuliers réalisateurs de l'ère cinématographique moderne.

Vague héritier du Bunuel de "Viridiana" ou du "Fantôme de la liberté", possible Tati triste et nordique, Andersson est porteur d'un univers vraiment à lui.

Des personnages habillés souvent dans des teintes oscillant entre le grisâtre et le bleuâtre, la plupart du temps arborant des visages plâtreux, légèrement farineux comme des clowns blancs tristes, évoluent dans des décors savamment géométriques et ne contenant que quelques éléments signifiants de médiocrité.

Adepte du plan fixe, pratiquant du plan séquence, Andersson est avare de dialogues et travaille la bande-son avec une grande précision.

C'est dire qu'on est face à un formaliste comme il y en a peu. Comme cette forme ne tourne jamais en rond et à vide, on n'hésitera pas à franchir le pas : Roy Andersson est un des seuls stylistes que le dit septième art ait connu. Il sculpte l'espace et le temps, il peint des situations, il raconte l'humanité.

Dans son "Pigeon", il a senti le besoin d'être un peu plus "clair" que dans ses précédentes grandes œuvres, "Chansons du second étage " (2000), "Nous les vivants" (2007). Son principe habituel, suivre une infinité de personnages dont les vies banales se croisent ou se décroisent, fait place - mais pas totalement - à la mise en avant de deux marchands ambulants de farces et attrapes.

Des vendeurs minimalistes qui n'ont rien à vendre que trois misérables produits, des dents de vampire, un "sac à rires" et un masque hideux. Pitoyables, malheureux, à bout de course, ils traversent l'univers cohérent de Roy Andersson pour être témoins des plus singulières anomalies qui l'ébranlent.

Ils seront ainsi présents quand les troupes à cheval du roi Charles XII dans un bistro suédois contemporain. Belle séquence où l'on verra s'effondrer en un aller glorieux et en un retour pathétique le rêve de la grande Suède vaincue par l'ennemi russe. Ils ne seront pas loin quand quelqu'un racontera l'histoire de "Lotta la boîteuse" dans une taverne stylisée ou quand Roy Andersson imaginera une bien curieuse machine coloniale, une monstrueuse machine à "génocider" les peuples noirs...

On pourra avoir une petite réticence devant ses deux personnages reprenant le vieux poncif du "clown triste", mais c'est peut-être le prix à payer pour qu'un plus grand nombre de spectateurs entre dans ce cinéma hors du commun. Car "Un pigeon perché sur une branche philosophait sur l'existence" de Roy Andersson est tout simplement un film comme on en a peu vu et comme il risque de ne pas y en avoir beaucoup d'autres à voir.

Les yeux écarquillés, on sera saisi par l'imagination de Roy Andersson, par sa tranquille assurance à proclamer que le cinéma peut être ce qu'on a envie d'en faire, qu'il peut prendre des formes inouïes et inédites. Roy Andersson réveille Méliès.

Oui, le cinéma peut être une lanterne magique, surtout si, comme le génial Suédois, elle sert à raconter la grande histoire du monde, tissu d'horreurs et de peines dans lequel se cache parfois un petit moment éphémère de grâce ineffable.

 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours

Les grenouilles prennent la route d'Avignon et nous vous livrerons nos chroniques quasiment au jour le jour exceptionnelement ! En attendant, voici le programme de la semaine. Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y serons avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
et toujours :
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=