Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Peïo & The Mermaids
I NI CE  (Altraiz 64)  mars 2015

Peïo, c’est le nom de scène de ce poète un peu rêveur, un peu voyageur. L’histoire raconte qu’il n’a pas pu assurer l’entière promotion de son premier album, d’où un succès mitigé (ne cherche pas d’excuse, ils n’y connaissent rien, voilà tout… et ce monde est impitoyable, oui).

Peïo ne baisse pas les bras, Peïo est têtu comme un gaulois, pas à pas, Peïo se replonge dans les délices de la création et nous offre un second album, tout en délicatesse et en ondulations tribales : I NI CE. Et en mélancolie, douce et amère.

Le malheur a ça de bon qu’il nous fait reconnaître nos amis, et les amis de Peïo sont musiciens, une joyeuse bande de Mermaids (Alex Tolub, Toma Milteau, Pierre Sangra, Gabriel Druot, Julien Lefevre, Gaëtan Boudy et Julien Simiand… je crois que je n’ai oublié personne), certainement rieurs et rêveurs. Avec un certain talent pour tâter de la corde également. C’est grâce et avec eux qu’il a enregistré cet album composé de toutes parts par ses petites mains pleines de doigts et ses oreilles affutées comme un vent salé.

I NI CE veut dire merci en bambara. Et c’est peu de dire que l’album entier respire la douceur sensible que seuls les détenteurs d’une âme peuvent inspirer. Car Peïo est l’heureux détenteur d’un prix pour poète, et soyez certain qu’il ne l’a pas volé. Et peu importe que ce prix date un peu, sa poésie n’a rien d’obsolète. Elle penche plutôt vers l’intemporel et l’universel.

Au-delà de la musique africano-malienne, franco-raffinée, poético-bienveillante, en cordes et en cordelettes, la musique de Peïo est l’invitation au voyage, au-delà des mers, plus haut, plus loin, de la balade dominicale autour du lac au cheminement intérieur, I NI CE est une évasion, un regard tourné vers l’horizon. Un bel horizon, un coin de ciel sans nuage, un apaisement entre les tourments, une paix de l’âme réconciliée. Et ça fait du bien. Sans la culpabilité d’avoir avalé des mauvaises calories avant le twiki-beki-bikini.

Sans naïveté ni mièvrerie, Peïo sait concilier mélancolie passéiste et désir d’avancer. Et ça, c’est diablement sexy. Chanté en français et joué en africain avec un N’goni, "instrument aérien doté d’une âme", l’album lace le lien du beau et du douloureux.

Un instant, s’adonner à la contemplation positive :"Je reste émerveillé de ces paysages subtils, je reste émerveillé de la force de la vie, de ce souffle qui suffit" ("Je reste émerveillé") ; se laisser aller à une triste mélancolie pour faire revivre les disparus dont l’absence nous creuse chaque minute : "son sourire enfouira mon cœur sous des cendres brûlantes, rejoindre les étoiles au plus près de toi" ("Libre").

Le destin, la tristesse de la séparation, le deuil, l’acceptation, le goût qui reste, les souvenirs qui flottent comme un monde où se réfugier… C’est la vie dans tous ces états que nous conte Peïo, de ce qu’elle a de plus cruel à ce qu’elle déploie comme subterfuge pour nous faire l’aimer passionnément.

Dans cet album, j’ai trouvé une douce ambiguïté entre la vie et la mort, là où la perte est relativisée par ceux qui restent, mais non moins douloureuse. J’ai trouvé une douceur de vivre au contact d’éléments aussi ancestraux que le vent ou les montagnes sculptées dans le temps. J’ai trouvé une forme d’apaisement face à la culpabilité, un arrêt sur tendre image. Un album qu’on récolterait sur le chemin du mieux, une sagesse gagnée au fil de la vieillesse.

En toute mélancolie.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album L'Ombre et la Lumière de Peïo

En savoir plus :
Le site officiel de Peïo & The Mermaids
Le Soundcloud de Peïo & The Mermaids
Le Facebook de Peïo & The Mermaids


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=