Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Le Printemps de Bourges #39 - Edition 2015
Vianney - Hyphen Hyphen - Perez - Balthazar - They Call Me Rico - Erotic Market - Caspian Pool - Poil - Rouge Congo - Milan - Vilain - By The Fall - Last Train - The Wanton Bishops - Christine and The Queens  (Bourges)  du 24 au 29 avril 2015

Vendredi 24 avril : Vianney

Même si le succès phénoménal de Vianney a sans doute quelques connivences obscures avec les bonnes vieilles recettes supra-commerciales de notre cher 21ème siècle, on ne pourra pas reprocher cependant au petit chanteur de ne pas avoir assuré avec brio l’ouverture de ce Printemps de Bourges (il faut dire que Vianney a déjà fait quelques premières parties prestigieuses, et n’en est pas a son premier coup d’essai). Énergique, souriant et brillant, Vianney déroule avec simplicité un set efficace et sérieux, visiblement touché par les fans déjà connaisseuses des paroles de ses chansons - notamment "Je te déteste". Ce sont, bien entendu, les titres de son premier album, Idées blanches, qui sont majoritairement joués, mais la réalité du live les fait sortir de leurs arrangements coquets et lisses pour les insérer dans une logique acoustique bienheureuse – Vianney est seul sur scène et maîtrise cela avec, une fois encore, beaucoup de sincérité. C’est, personnellement, une reprise (risquée) d’un titre de Rihanna - "Man Down", qui a chassé définitivement mes doutes sur les talents de Vianney... Attendons donc un deuxième album qui viendra confirmer ou infirmer nos intuitions.

Samedi 25 avril : Hyphen Hyphen

Voilà sans doute la première grosse déception de ce Printemps de Bourges. Pour "ouvrir" la soirée Rock’N’Beat, les Hyphen Hyphen étaient fort espérés par une troupe de jeunes fidèles. Honnêtement, c’est l’exaspération (musicale et scénique) qui m’étreint avant même la moitié du set – et cet insipide "We light the Sunshine"... Pourtant, on me souffle à l’oreillette qu’Hyphen Hyphen est le groupe de l’année 2015, mais que ce succès (dont on ne peut nier la pérennité) est parfois ressenti comme usurpé. Là encore, l’album Times, à venir, m’aidera peut-être à revoir ma copie.

Dimanche 26 avril : Perez, Balthazar, They Call Me Rico, Erotic Market, Caspian Pool et Poil

Au théâtre Jacques Cœur, je contemple avec une surprise certaine tous ces spectateurs rigoureusement assis. J’ignore complètement ce qui m’attend ici en terme musical. Perez, pour être honnête, doit être de ces gens qui agacent ou séduisent sans demi mesure – dans l’attitude, la voix, la chemise à fleurs, et la prise de parole entre les morceaux. Mais on lutte peu contre cette image de dandy moderne qui n’a pas encore complètement sombré : Perez fait honneur à ceux (nombreux) qui le comparent à Bashung – même si sa musique ne peut se "réduire" à cela ! –, et on aime cette tension vocale toujours à la limite du chanté et du parlé. Certains titres ("Une autre fois") prouvent également que sa culture peut être empreinte d’esprit et de finesse. N’est-ce pas là l’essentiel ? Quant à Balthazar... Avouons que j’ai été conquise dès les premières notes par ce rock belge fin et travaillé sans être lisse pour autant. Un peu surprise voire déçue cependant par l’écart – sans doute voulu – entre ce que le groupe dégage et la configuration de la salle...

Pour ce seul jour de pluie du Printemps, j’opte avec audace pour une scène extérieure, le Printemps des Régions. Tout commence avec They Call Me Rico : tout droit venu du Canada (indice : un accent à couper au couteau), il joue seul avec sa gratte et son bottleneck, et se transforme, entre deux explications biographiques à fort taux romanesque, en slider incroyable – on tape du pied sans concession sur de la "bonne" country, du bon blues, avec la voix qui va bien et l’énergie concentrée du one man band. Le public, d’ailleurs, ne s’y trompe pas.

Erotic Market change complètement la donne musicale et, malheureusement, surprend sans plaire. Le métissage musical hautement revendiqué par le groupe reste difficile à cerner et à apprécier dans les conditions spéciales du set – de l’acoustique à la pluie t(r)ombante.

Le duo Caspian Pool est sans doute le délire musical le plus cohérent et le plus intéressant que j’ai pu voir ces derniers temps. Coachés par un certain Philippe Prohom (!), habillés comme d’ex-sportifs d’ex-RDA, se déhanchant avec force au point de sembler se désarticuler, les Caspian Pool oscillent entre l’italo disco et David Bowie – mais pas que.

Tout bonnement génial. Pour terminer cette soirée dans la plus grande et espiègle des bizarreries, arrive Poil. A ce stade de la soirée, après autant d’efforts pour supporter la pluie et lutter contre la fermeture d’esprit, le groupe se révèle pourtant... inécoutable, même si m’arrivent, par touches, dans l’oreille, de lointains échos de Zappa et de Mister Bungle...

Lundi 27 avril : Rouge Congo et Milan

Le 22, cette année, n’aura pas désempli – la faute aux Inouïs ! Cet après-midi là, si le groupe Rouge Congo, aux fans souples et très enthousiastes, me semble un peu trop surfer sur la vague de la pop acidulée, scintillante, synthétique et fraîche, voire toujours de bonne humeur (comment voulez-vous que ça colle avec moi !), c’est Milan qui retient plus précisément mon attention, tant la performance de ce duo voix / melodica / batterie est primale et intense, mêlant rock et électronica. Indéniablement, un groupe à découvrir et à suivre...

Mardi 28 avril : Vilain, By The Fall, Last Train et The Wanton Bishops

C’est essentiellement au 22 que je passerai cette (longue, très longue) journée du mardi. Si Vilain se présente bien plus fade et bien moins juste en live qu’à l’écoute (un grand dommage, tout de même), le duo de By The Fall instaure en quelques minutes une atmosphère chaleureuse et triste à la fois, avec des mélodies intimistes, pleines de mélancolie et de justesse (je les remercie pour le CD, d’ailleurs, que j’écoute en boucle depuis trois jours).

Mais... Ce sont les Last Train qui laissent le public sous le charme de leur set déjanté, sexy, puissant, violent. On jette au loin les guitares, les pédales, tout, on hurle ses tripes avec une énergie rare et pure. A se demander si les petits n’en font pas trop, si l’excès est sens profond de leur musique ou pose pensée. Cela dit, ma première idée est : "Voici enfin un vrai groupe de rock au Printemps". Et je ne suis pas peu fière d’avoir eu cette intuition, puisque les Last Train ont gagné les Inouïs et repartent avec le prix "Printemps de Bourges". Mathias Malzieu, président du jury dont la présence forte n’a échappé à personne au 22 pendant ces six jours de festival, précisera bien le lendemain, lors de l’annonce des prix, que, devant tous ces groupes "bons élèves", Last Train avait séduit par son côté "mauvais garçon qui prend des risques".

The Wanton Bishops : ça sent le pétrole texan, le blues gras, le rock primitif. Ironie du sort, cela est né à Beyrouth en 2011. Magnifique prestation, menée par un leader de feu, entraînant une foule suante et conquise. Dernière véritable découverte de ce Printemps de Bourges, The Wanton Bishops séduisent à force de tatouages et de gros riffs rythmés à grands coups de pieds par terre. Espérons que ce groupe, ayant déjà fait des premières parties prestigieuses, soit programmé à droite à gauche ces prochains mois, tellement leur live est, à mon sens, à voir et à vivre.

Mercredi 29 avril : Adella, Jagas et Christine and The Queens

Dans l’après-midi, on se réjouit d’être invitée à quelques petits concerts privés. Le principe du "Rock In Loft" (organisé par 25h43 Productions) est simple : faire jouer des groupes émergents dans des appartements de particuliers. J’arrive donc à destination (non sans mal) mais l’accueil est tellement convivial qu’on en oublie le reste. La première à se jeter à l’eau se nomme Adella : il ne faut pas, visiblement, se fier à sa discrétion toute collégienne, puisque la petite a déjà de nombreuses et impressionnantes cordes à son arc. Le set est court et gracieux, convaincant mais perfectible sous quelques aspects (le texte, toujours le texte...).

Suivent les Jagas : la vie est ainsi faite que je les avais croisés, déjà, il y a six ou sept ans, dans un tremplin pour lequel j’étais juré. A l’époque, le feeling était déjà bon, mais brouillon. Là, la "bouteille" fait le reste : le set est prenant, vivant, fort (texte supra engagé, investissement physique du leader, bonne maîtrise technique), à tel point qu’on en oublie d’être dans le mouchoir de poche de cet appartement. Les Jagas jouent le jeu, font exactement comme s’ils étaient sur scène et cela fonctionne parfaitement. Merci à Carole et au Sancerre !

On m’avait dit tellement de mal de Christine and The Queens que j’appréhendais presque de mettre les pieds dans la fosse. En quelques titres pourtant, à force de danses précises et de jeux avec le public, à force de finesse dans l’attitude et de justesse dans la voix, j’avoue m’être laissée prendre avec plaisir dans les filets de la dame. Un doux duo imprévu avec Olivia Merilahti, la chanteuse de The Dø, une levée de briquets sur "Chaleur humaine" et le tour fut joué. Sans dire pour autant que Christine and The Queens est devenu mon groupe favori, j’admets que le spectacle total qu’elle offre à son public est de grande qualité. Une fin consensuelle peut-être, mais une belle fin pour mon premier Printemps...


 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Vianney en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - jeudi 21 juillet
Hyphen Hyphen en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du samedi
Hyphen Hyphen en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Dimanche
Hyphen Hyphen en concert à MJC Picaud (vendredi 20 mars 2015)
Hyphen Hyphen en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - vendredi 22 juillet
L'interview de Hyphen Hyphen (vendredi 20 mars 2015)
La chronique de l'album Sélection singles & EP de Bantam Lyons - Clara Néville - Jay-Jay Johanson - Nadéah - Matt Low - OMOH - Zebra - Perez
La chronique de l'album Vestida de nit de Silvia Pérez Cruz
Perez en concert au Festival Artrock 2015
La chronique de l'album Troy Von Balthazar EP de Troy Von Balthazar
La chronique de l'album eponyme de Troy Von Balthazar
La chronique de l'album How To Live On Nothing de Troy Von Balthazar
La chronique de l'album Applause de Balthazar
La chronique de l'album Rats de Balthazar
La chronique de l'album Thin Walls de Balthazar
Balthazar en concert à la Salle de la Cité (11 novembre 2004)
Balthazar en concert à La Guinguette Pirate (13 avril 2005)
Balthazar en concert à Balthazar (2 juin 2007)
Balthazar en concert au Fil (vendredi 8 avril 2011)
Balthazar en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi
Balthazar en concert au Grand Mix (samedi 23 mars 2013)
Balthazar en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Dimanche
Balthazar en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2015 - dimanche 26 avril
Balthazar en concert au Festival Art Rock 2016 - vendredi 13 mai
Balthazar en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - samedi 23 juillet
Balthazar en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019)
Balthazar en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Les Découvertes
Balthazar en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Vendredi 5 juillet
L'interview de Troy Von Balthazar (13 avril 2005)
L'interview de Troy Von Balthazar (28 juin 2010)
La chronique de l'album Sweet Exile de They Call me Rico & the Escape
La chronique de l'album Autopsie d'un poil rebelle de Marco Moustache
Rouge Congo en concert au Festival Le Cabaret Vert #11 (édition 2015) - samedi 22 août
La chronique de l'album Le sale gosse de Jules et le vilain orchestra
La chronique de l'album Vilain Coeur EP de Vilain Coeur
La chronique de l'album Kadavar - Pond - My Morning Jacket - Last Train - Hot Chip - Here we go magic - Tame Impala de Festival Rock en Seine 2015 - Dimanche 30 août
Last Train parmi une sélection de singles (janvier 2016 )
La chronique de l'album Last Train de Big Dez
Last Train en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2015 - mardi 28 avril
Last Train en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #28 (édition 2016) - samedi 2
Last Train en concert au Festival Cabaret Vert #13 (édition 2017) - Samedi 26 août
Christine and The Queens en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Samedi
Christine and The Queens en concert au Festival Le Cabaret Vert #11 (édition 2015) - Jeudi 20 août
Christine and The Queens en concert à Music Festival Reims La Magnifique Society #3 (édition 2019)

En savoir plus :
Le site officiel du Printemps de Bourges
Le Facebook du Printemps de Bourges

Crédits photos : Sophie Hébert


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Troy Von Balthazar (28 juin 2010)


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=