Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Titli, une chronique indienne
Kanu Behl  mai 2015

Réalisé par Kanu Behl. Inde. Drame. 2h07 (Sortie le 7 mai 2015). Avec Shashank Arora, Shivani Raghuvanshi, Ranvir Shorey, Amit Sial, Lalit Behl et Prashant Singh

L'année dernière, "The Lunchbox" de Ritesh Batra avait montré la voie à un cinéma indien, qui, sans se renier, pouvait emprunter une forme plus occidentale que le cinéma bollywoodien, pour gagner en universalité.

"Titli, une chronique indienne" de Kanu Behl confirme cette possibilité, cette fois-ci sur un terrain moins romantique.

Pour sa première fiction, le cinéaste, qui vient du documentaire, s'est appuyé sur ce qu'on pourrait appeler un "thriller social", décrivant la désagrégation d'une famille de petits malfrats, pour donner à voir une société indienne dont la dureté semble exacerbée par les bouleversements nés du vertigineux décollage économique actuel.

Kanu Behl montre avec précision la dualité d'un monde où les personnages vivent dans un quotidien archaïque, notamment dans des maisons déglinguées qu'on aurait pu voir dans certains films naturalistes d'antan, et se retrouvent, en quelques minutes de motocyclette, dans des décors urbains modernes de la banlieue de Delhi.

Titli, le héros du film, est lui-même dans cette presque schizophrénie : respectant les usages du clan familial, acceptant un mariage forcé, il n'a pour rêve qu'un ailleurs qui prend la forme de places de parking à acheter dans un building de standing en construction.

Portant le film sur ses épaules, Shashank Arora, le jeune acteur qui joue Titli, a une présence étonnante. On a peine à croire qu'il fait, tout comme sa partenaire Shivani Raghuvanshi, ses grands débuts à l'écran. Sa capacité à ne pas parler mais à regarder, ses expressions plus ou moins contrôlées, ses paroles qui surgissent de son désert de mots, la manière qu'il a de recevoir en silence les coups qui pleuvent sur lui, le classent d'emblée du côté des jeunes acteurs "Actor's Studio".

Cela pourra paraître saugrenu, il y a en lui quelque chose de Pacino et l'on reconnaît dans sa quête obsessionnelle de se sortir coûte que coûte de cette famille qui porte malheur, même au prix de la plus terrible des trahison, des similitude avec des héros de Scorsese.

Car la famille de Titli, dont le prénom signifie "Papillon" est un condensé de poisse et de violence, de bêtise et d'abjection. Comment celui qui incarne la légèreté dans ce monde de brutes épaisses peut-il avoir encore l'envie, voire la simple idée, de vouloir s'en échapper ? C'est l'essentielle question d'un film qui accumule les moments forts.

Les deux frères et le père de Titli, acteurs aguerris, poussent leurs scènes vers une tension extrême. Rarement, on aura vu un acteur qui sait faire passer une telle sauvagerie sur son visage que Ranvir Shorey. En contrepoint, le père, joué - est-ce le fruit du hasard ? - par le père du cinéaste, s'est construit des traits d'une mollesse malsaine qui exprime avec vertige le dégoût de soi. La scène de "rupture" entre lui et Titli est d'une force peu commune.

Si le film porte une part d'ombre et décrit à l'indienne cette atroce médiocrité que l'on trouve dans les romans de Simenon, il cherche cependant à trouver une sortie dans la lumière. C'est l'objet de la rencontre impossible entre Titli et Neelu. On quitte alors le roman très noir pour un roman anglais, entre Dickens et Thomas Hardy. C'est aussi toute la force de "Titli" de Kanu Behl de proposer de vrais ruptures de ton au gré des vies montrées ou démontées.

Au bout du compte, hors de la résolution en presque "happy end" de cette tragédie grecque en hindi, "Titli" de Kanu Behl est un film qui ne concède rien. Ce parcours dans un monde bruyant, dangereux, injuste, corrompu est un portrait d'une Inde en fusion, dont le cinéma ne peut que tirer un grand parti.

 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours

Les grenouilles prennent la route d'Avignon et nous vous livrerons nos chroniques quasiment au jour le jour exceptionnelement ! En attendant, voici le programme de la semaine. Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y serons avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
et toujours :
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=