Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Affabulazione
Théâtre de la Colline  (Paris)  mai 2015

Comédie dramatique de Pier Paolo Pasolini, mise en scène de Stanislas Nordey, avec Marie Cariès, Raoul Fernandez, Thomas Gonzalez, Olivier Mellano, Anaïs Muller, Stanislas Nordey, Véronique Nordey et Thierry Paret.

Comment Stanislas Nordey, qui le connaît pourtant si bien, a-t-il pu oublier que Pier Paolo Pasolini était autant un homme de mots qu'un homme d'images ?

Le poète hérétique, le polémiste à la langue acérée, était aussi l'extraordinaire visionnaire de "Théorème" et de "Salo", comme celui qui transforma Callas en Médée, illustra l'Évangile de Saint Matthieu et donna vie aux "petits oiseaux" du bon Saint d'Assise.

Dans l'âpreté du décor austère d'Emmanuel Clolus, qui évoque un palais viscontien, seulement perturbé par un rêve plus kitsch que fellinien dans lequel intervient une

Il crie, il hurle, il se casse la voix, joue de ses longues mains et de son corps torse nu. Entre prière et exhortation, il charge la poésie pasolinienne jusqu'au désespoir. Quelques trop rares fois, une goutte d'humour lui échappe, presque malgré lui, comme s'il ignorait qu'à la même époque qu' "Affabulazione", Pasolini s'amusait avec Toto, celui qui faisait rire l'Italie des sous-prolétaires et l'associait avec son lutin sautillant et frisé, Ninetto Davoli.

Certes, la voix sud-américaine de Raoul Fernandez, en ombre de Sophocle qui introduit le récit et vient parfois le perturber, apporte une distance amusante, mais Nordey la tire du côté d'un "pirandellisme" qui tombe à plat. Certes, le fils porte une perruque blonde bouclée qui lui donne une franche parenté avec Ninetto Davoli, mais jamais il n'est dans la feinte et dans la joie.

Et pourtant, rien qu'au titre, il faut comprendre que l'esprit de sérieux ne doit pas guider "cette tragédie qui n'a pas de début mais qui aura une fin".

Ce combat d'un père incarnant tous les pères contre un fils qu'il force à être rebelle pour avoir des raisons bourgeoises de le tuer est forcément tragi-comique. Le fils qui obéit à son père qui lui demande de le tuer symboliquement, donnant ainsi à ce père de bonnes raisons de pratiquer un réel infanticide, c'est forcément une situation qui n'engendre pas la mélancolie et qui, par ailleurs, est très chargée politiquement.

Pasolini le marxiste "orthodoxe" fustige ici les gauchistes, idiots utiles d'une bourgeoisie à bout de souffle qui va bientôt les manipuler, quitte à s'en débarrasser. Le père incarne le pouvoir et il fera tout pour le garder et pas seulement des meurtres familiaux.

Contrairement à ce que propose Stanislas Nordey, ce père ne gémit pas, ne se plaint pas : il affabule. Il se fait passer pour ce qu'il n'est pas. Il n'a pas besoin d'être accompagné par un inutile "guitar hero" comme Olivier Mellano. Car, autre contresens de Stanislas Nordey, il est tout sauf rock'n'roll. Il ne faut pas croire ses larmes : ce personnage machiavélique qui n'a pas les faveurs de Pasolini, contrairement à ce qu'on pourrait croire dans cette version, parvient à ses fins à la fin de la pièce.

Sans doute, "Affabulazione" tenait trop à cœur de l'acteur-metteur en scène. Il le pousse vers une performance physique qui force l'admiration. Malheureusement, toute cette énergie dépensée ne saurait cacher que l'âme de Pier Paolo Pasolini, qui n'aimait pas le pathos ni l'affectation, mais la vraie tragédie où les rires se mêlent aux pleurs, n'est pas au rendez-vous.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=