Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Silence de Molière
Théâtre de l'Ouest Parisien  (Boulogne-Billancourt)  mai 2015

Monologue de Giovanni Macchia dit par Ariane Ascaride, avec la participation de Loïc Morbihan et Michel Bouquet, dans une mise en scène de Marc Paquien.

Giovanni Macchia, écrivain italien francophile et grand connaisseur de la littérature française, n'ignorait pas que Molière avait eu une fille avec Armande Béjart, Esprit-Madeleine Poquelin. Quand son père meurt, elle n'a que huit ans.

On ne sait pas grand-chose de son existence, mais Giovanni Macchia imagine dans "Le Silence de Molière" qu'elle a suscité la curiosité de ses contemporains. En l'occurrence d'un tout jeune homme qui décide de venir la questionner sur son illustre géniteur et qui, par la même occasion, va lui permettre de raconter son existence, évidemment marquée à jamais par l'immense ombre de son génial père.

Texte didactique qui n'a pour but que de fournir à Giovanni Macchia les preuves de son admiration pour l'auteur du "Tartuffe", "Le Silence de Molière" est surtout le prétexte pour une actrice d'interpréter un quasi-monologue et de montrer tout le registre de son jeu.

Dans une robe blanche immaculée, Ariane Ascaride arpente une scène ascétique avec pour seul élément de décor une chaise et, posée à même le sol, une radio-cassette d'où sort parfois la voix magistrale de Michel Bouquet.

Cette intrusion incongrue d'un élément de modernité n'est cependant pas vraiment un problème. Tout comme la présence de Loïc Mohiban, "intervieweur" osant poser des questions "douloureuses" à Esprit-Madeleine.

On est ici dans une convention théâtrale pseudo-réaliste dont Eric-Emmanuel Schmitt a usé abondamment depuis un quart de siècle et qui plaît à un large public. Nul besoin, par exemple, de perdre de précieuses minutes en rendant crédible la possibilité que Mademoiselle Molière, présentée pourtant comme une espèce d'Alceste au féminin, accepte de s'épancher avec un jeune homme peu psychologue dans ses interventions.

Dès lors, la machine est lancée, parfois entrecoupée de tirades off de Michel Bouquet, dont les propos incontestables sur le théâtre n'appellent aucun commentaire. Ariane Ascaride monte en puissance et raconte son père, ses déboires, son sort tragique. Tout ce qu'elle dit est souvent connu mais mérite d'être répété, surtout avec de l'émotion, de la flamme, de l'emphase.

Si l'on apprécie ce genre théâtral qu'on pourrait qualifier de biographique, on acceptera volontiers le parti-pris que Esprit-Madeleine Poquelin n'est "que" la fille de Molière. Dès lors, on écoutera avec intérêt sa longue confession, jamais perturbée par des éléments de sa propre existence, qui, par convention, est fantomatique.

Mais ceux qui trouveront ce procédé artificiel et schématique dénonceront du coup l'interprétation souvent forcée d'Ariane Ascaride, qui, pour nourrir son personnage, doit automatiquement en faire beaucoup. En effet, on est loin du naturalisme bon enfant des films de Robert Guédiguian. L'interprète de "Marius et Jeannette" est prisonnière des "scènes d'anthologie" que doit nécessairement conter Esprit-Madeleine et qui la poussent aux cris ou à la grandiloquence.

Nonobstant ces réserves, on peut dire que la mise en scène de Marc Paquien sert efficacement le récit de Giovanni Macchia dont la comédienne fait son miel pour convaincre un public acquis de l'intérêt de son beau numéro d'actrice en roue libre.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=