Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ode à la ligne 29 des autobus parisiens
Bus 29  (Paris)  mai 2015

Impromptu métropolitain déambulatoire de Jacques Roubaud mis en situation par Bertrand, Brossard avec Valentine Basse, Julie Cardile, Sophia Chebchoub, Théo Comby Lemaitre, Gregor Daronian, Morgan Defendente, Nina Durand Villanova, Fabien Gaertner, Marianna Granci, Florine Mullard, Paul Pascot, Thibault Pasquier et Laurent Robert.

Les amateurs d'évènements singuliers ne rateront pas cette balade en autobus parisien sur les "pas" de Jacques Roubaud et de son "Ode à la ligne 29 des autobus parisiens".

Pendant deux heures, assis dans un authentique bus de la RATP, ils écouteront toute une troupe d'élèves comédiens, ceux de l'ERAC (École Régionale des Acteurs de Cannes) leur déclamant les vers du poète en s'égayant à l'intérieur et à l'extérieur du véhicule.

Pour que le pléonasme soit complet, le bus sera lui aussi un 29 et suivra, station par station, le parcours du poème de Jacques Roubaud.

Bien entendu, comme cette œuvre quasi autobiographique, est un très long poème qui, pour être lu dans son intégralité, nécessiterait une bonne dizaine d'heures, il n'en sera lui ici qu'une partie déjà conséquente.

A priori sympathique, cette promenade originale ne peut cependant être considérée comme une véritable représentation théâtrale. Si l'on veut la ranger dans une catégorie, on devrait la qualifier de "happening" ou, selon un langage plus moderne, de "performance".

Car, bien que la douzaine de jeunes gens formant la troupe du 29 se démène astucieusement à l'intérieur du couloir central du bus, le "plateau" ne dégage aucun espace scénique. Bertrand Bossard, le metteur en scène, a résolu partiellement le problème en faisant descendre des comédiens çà et là, au gré des stations, et à charge pour eux de revenir par leurs propres moyens à un autre arrêt.

Mais cela ne résout pas vraiment le problème de déplacement des acteurs et, pour le spectateur, même s'il peut changer de place avec ses voisins, se pose aussi le problème de son champ de vision. Il n'y a pas de places a priori idéales, mais celui qui est dans le sens contraire de la marche se prépare un sévère torticolis.

Il faut admettre que la plupart des participants sont assez contents de leur sort et s'amusent particulièrement quand le bus roulant dans des rues étroites, type rue des Francs-Bourgeois, suscite la curiosité - allons jusqu’à "médusée" - des passants ou des clients des restaurants.

On sera moins indulgent sur le contenu du "spectacle". Le texte est du "Roubaix tardif", datant du milieu des années 2000, et l'on a parfois l'impression que la préciosité, la manière Oulipo, marque de fabrique de l'impétrant, tourne à vide. Par définition, l'Ode est un genre poétique daté où l'inversion de mots et de phrases est centrale. Ce qu'il raconte oscille entre l'anecdote un peu "moi moi moi" et la petite information historique "wikipédia". Répétitif, auto(bus)satisfait et complaisant, le texte ne dégage pas une sympathie véritable.

Est-ce pour cela que l'on trouvera déplaisant le ton employé par les jeunes comédiens pour le dire ? Ont-ils eu du mal à comprendre que Roubaud était un "précieux moderne" et que son ode cachait une "anthologie poétique" et qu'il fallait bien s'imprégner de toutes les formes textuelles qu'il emploie ?

En les écoutant, on se demande s'ils comprennent toujours ce qu'ils disent et, pour leur défense, on ajoutera qu'ils appartiennent à une époque où plus personne ne dit des poésies pour un large public. Aucun acteur ne travaille vraiment la scansion poétique et les spectacles où l'on interpréterait des poètes, sans les chanter, sont devenus rarissimes.

Reste que les élèves de 3e année de l'ERAC ne sont pas gâtés pour ce qui est un de leurs travaux de diplôme. Leurs voix mal posées pour l'exercice ont un son désagréable, une fausse jovialité chargée de cacher une absence d'esprit ou de point de vue sur ce qui est récité. Pas ou peu d'émotions, pas de modulation. On a vraiment l'impression d'entendre des apprenti-comédiens dont aucun n'a encore trouvé sa "voix".

Brouhaha ou bouillie de mots, chaque strophe qui s'enchaîne en changeant de "groupes" d'acteurs produit un effet comparable. Au bout d'un certain temps, on perd ainsi le fil de Roubaud ou l'on ne retient que la superficialité de son discours alors que l'on traverse des endroits où la population est bien éloignée de cette poésie bobo.

Après le terminus de la ligne, à l'étrangement nommée "Porte de Montempoivre", on reprend le périphérique pour "rentrer" au 104 et si l'on est attentif, on s'aperçoit que l'on passe devant "l'Hypercacher" où s'est déroulée la terrible tuerie de janvier 2015. En une seconde, la poésie de Roubaud s'envole, le spectacle de la rue étant bien plus fort... Et l'on comprend peut-être ainsi la nécessité d'être dans un espace clos, à l'abri du bruit du monde, pour pouvoir le reconstituer, le raconter, sans que son irruption ne ruine ce récit.

Ce rappel à l'ordre impromptu donne peut-être son sens à ce spectacle ludique sans vrai enjeu et donc bien d'aujourd'hui.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2024 : Le plein de news avant l'été

L'été approche et avec lui la pénurie de sorties en tout genre mais d'ici là, on fait le plein !.
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché
et toujours :
"Following the sun" de Alexis Valet
"Batist & the 73'" de Batist & The 73'
"El magnifico" de Ed Harcourt
"Big anonymous" de El Perro Del Mar
Petit coup d'oeil sur le Festival Paysage Pop #2
"Until now" de Gabriel Pierre
"A kingdom in a cul-de-sac" de Ha The Unclear
"Dysphorie" de Intrusive Thoughts
"Family affair" de Kokopeli
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"Korzéam" de Thibaut Wolf
"Folk tales of today" de Two Magnets

Au théâtre :

les nouveautés :

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
et toujours :
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Tout l'or du monde" au Théâtre Clavel
"Dans ton coeur" au Théâtre du Rond Point
"Du pain et des jeux" au Théâtre 13 Bibliothèque
"Vernon Subutex" au Théâtre des 2 Rives
"37 heures" au Théâtre la Flèche
"Fantasmes" au Théâtre La Croisée des Chemins
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=