Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'enfant en fuite
Jean-Hugues Lime  (Editions Le Cherche Midi)  mai 2015

Il se murmure dans le Landernau germanopratin que Jean-Hugues Lime pourrait être le prochain lauréat du prestigieux Prix Botul.

Pure spéculation ou vérité vraie, ce bruit de couloir littéraire n'étonnera pas le lecteur de "L'enfant en fuite", car ce roman puissant, constamment tenu et écrit d'une belle plume alerte, mérite d'être salué.

Les aventures de Lazare Tcherkowitz, petit titi parisien à l'intelligence exceptionnelle, commence dans sa quatorzième année, en 1942. Grâce à la présence d'esprit de sa maman, il échappe à la Rafle du Vel d'Hiv et à un destin tout tracé par les nazis.

Mais la grande Histoire et Jean-Hugues Lime vont lui faire payer cher son chemin buissonnier. Du bagne d'enfant de Belle-Ile-en-Mer à la Résistance bretonne, Lazare va souvent avoir le ventre creux et les joues rouges de claques dans une vie qui ne tiendra qu'à un fil et à ses rêves d'enfant matérialisés par un livre, "Le Secret de Brec'h Helien".

Cousin d'Olivier, le héros de Robert Sabatier, et du petit Joffo du "Sac de Billes" plongé dans l'univers glauque du jeune Jean Genet et projeté dans un "Mur de l'Atlantique" sans Bourvil et sans rires, Lazare rencontre Fernand, enfant né sous une encore moins bonne étoile que lui.

Alter ego mais moins en droit qu'en courbe de Lazare, ce personnage haut en couleurs tragiques contribue beaucoup à la réussite littéraire du livre. Si Lazare est victime de l'Histoire, Fernand est victime de la vie et là, c'est sans aucun espoir, sans l'infime espoir d'un cagibi où se cacher en tremblant pendant que l'orage passe...

Jean-Hugues Lime est un conteur comme on n'en fait plus depuis Alphonse Boudard, avec qui il partage l'amour des humbles et une phrase mêlant habilement argot et préciosité d'expression. Comme Alphonse, qu'il est plaisant de faire un instant quitter son injuste purgatoire, Lime ne peut cacher qu'il n'appartient à la "haute" de l'écriture, qu'il s'est forgé lui-même son stylo dans l'amertume de ceux qui n'y ont pas normalement droit.

A l'image de l'auteur du "Corbillard de Jules", il crie l'injustice dans son bonheur d'écrire. Ce que les hommes font subir aux petits enfants le débecte et surtout ce malin plaisir qu'ils prennent à les faire peu à peu leur ressembler.

Cœur de ce gros roman dont on visualise chaque scène sans qu'il puisse être accusé de n'être qu'un scénario, l'insupportable condition des mineurs condamnés souvent pour pas grand-chose à l'enfer de Belle-Ile-en-Mer est racontée par Lime avec force détail. Tous les personnages deviennent de chair et de sang dans cet enfer en sabots et l'on y découvrira ce qu'on ne veut pas toujours savoir.

Ces orphelins d'hier, projetés en peu de temps vers le cauchemar et le néant, ici incarné par la milice bretonne nazie, rappelleront aux plus compatissants certains orphelins de janvier 2015 dont la dérive sanglante naît aussi au creuset d'une assistance publique qui porte mal son nom sans amour.

Peu avare en supplices et en tortures, Lime raconte beaucoup d'horreurs, mais sait toujours les ponctuer d'un petit peu d'humanité. Bon géant optimiste, il ne peut se résoudre au raisonnable et veut sauver coûte que coûte Lazare et cela souvent au prix fort du rocambolesque. Mais, après tout, Fabrice, dans la Chartreuse de Parme, n'arrête pas de tomber sur les bonnes personnes pour poursuivre son chemin. Ce qu'on permettait à Stendhal, on le permettra aussi à Lime.

On lui saura donc gré d'un happy end qu'il machine quand même après s'être accordé les moyens de Spielberg et la rage meurtrière de Peckinpah et de Fuller pour mettre en scène l'affrontement entre les occupants allemands et leurs futurs remplaçants anglo-saxons. Quel carnage ! Que de sang, que de malheurs !

Trop bien documenté, et toujours dans les pas dégoûtés d'Alphonse Boudard, Lime ira jusqu'à la tonte des femmes et à la description de ces Résistants tête de linotte qui auront attendu l'arrivée américaine pour penser à résister.

On fera ainsi, pour ne pas faire que l'encenser, reproche à Jean-Hugues Lime d'en avoir parfois trop mis et d'avoir participé à son cœur défendant à la doxa du moment, celle qui voudrait faire croire que les Occupés étaient pires que les Occupants. Mais abondance de biens et de polémique ne nuit pas dans ce livre qui se dévore comme un livre pour enfants. On pourrait même dire que Lime invente avec "L'enfant en fuite" le livre pour enfants pour grands.

À charge pour eux, comme Lazare ne cesse de le faire avec son fameux livre de pirates, de le raconter à leurs propres enfants.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=