Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Golem
Théâtre des Abbesses  (Paris)  mai 2015

Spectacle de la Compagnie 1927, mise en scène de Suzanne Andrade, avec Charlotte Debury, Lillian Henley, Rose Robinson, Shamira Turner, Will Close et le vidéaste Ben Whitehead.

Apparemment "Golem" est un spectacle référentiel mais ce qui fait sa force, c'est que chacun pourra y aller de ses références sans pouvoir vraiment prouver que ce sont les bonnes, celles qu'avaient en tête Suzanne Andrade en écrivant et en mettant en scène cette nouvelle fantasmagorie de la Compagnie 1927.

Comme le spectacle est volontairement très anglais, même si le Golem est plutôt, au départ, une légende hébraïque remise au goût du jour par l'écrivain Gustave Meyrink, on parlera d'univers orwellien, on y verra des allusions au "Brazil" de Terry Gilliam et par extension aux Monty Python.

Comme le Golem est un personnage en pâte à modeler qui apparaît sur la toile centrale où défile une vidéo, on pourra lui trouver une proximité avec les créatures de Nick Park, tels les célèbres Wallace et Gromit.

Mais, bien vite, les acteurs qui s'agitent devant cet écran vidéo, et peuvent parfois s'y incruster dans les portes et fenêtres prévus à cet effet, donnent une autre dimension à ce "Golem".

Leurs actions mécaniques en font des créatures qu'on verrait bien dans "Métropolis" de Fritz Lang. Leurs habits, leurs "barboteuses", rappelleront les tenues de Jaque-Catelain dans les films de Marcel L'Herbier, comme "L'inhumaine", qui véhiculent tout le modern art, utilisent les décors de Mallet-Stevens, les tableaux des Delaunay, les costumes de Poiret...

Il y a donc tout ça et plein d'autres choses dans "Golem". A commencer par de la musique, parfois planante, parfois en situation, comme l'accordéon dans la scène du "café parisien". Cette musique est le fait de deux musiciens placés de part et d'autre de la scène. A l'image du reste de la troupe, ils/elles sont toujours dans des tenues "futuristes" des années 1920, toujours d'un raffinement teinté d'une pointe d'humour kitsch.

Car "Golem" est une explosion de couleurs et d'idées qui s'enchaînent à vive allure dans un tourbillon contradictoire, mais toujours de bon goût, illustré par tous les éléments qui défilent sur l'écran vidéo riche des superbes animations de Paul Barritt. Le petit personnage principal, qui n'est pas sans rapport avec le ludion "Charlie", celui que l'on cherche dans les albums "Où est Charlie ?", passe son temps à courir à l'unisson des décors ou des ambiances qui se succèdent sur l'écran vidéo.

Grand album à colorier au formalisme très réussi, "Golem" s'appuie sur la description minutieuse d'une civilisation à la "Métropolis" ou à la "1984" où par la voie de la machine, l'inhumain aura pris le contrôle des hommes.

Tout ici est réussi sans prêchi-prêcha, avec un humour qui évite les dérives prétentieuses de l'humour anglais, et qui, pour une fois, ne tue pas la poésie qui affleure, un poésie qui n'hésite pas à emprunter de jolis accents mélancoliques.

On plaint Michel Gondry qui n'a jamais réussi à atteindre le niveau de Paul Barritt dans ces bricolages vidéo. On ne plaint pas moins Robert Wilson qui en un demi-siècle n'est jamais parvenu à cette légèreté, qu'on se souvienne de son spectacle assez proche de "Golem", "The Old Woman" avec Willem Dafoe et Mikhail Baryshnikov.

Féérie d'aujourd'hui, "Golem" synthèse et recyclage de toutes les imaginaires modernistes, est à consommer sans modération, dans la jubilation de savoir que cette époque où domine le cynisme associé au ludique, peut encore produire son contraire: l'exaltation de l'esprit d'enfance.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=