Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pauline à la plage
Carreau du Temple  (Paris)  mai 2015

Spectacle d'après le scénario du film éponyme de Eric Rohmer conçu par le Collectif Colette, avec Carine Goron, Lucas Hérault, Marion Morvan, Blaise Pettebone, Nelly Pulicani et Maxime Taffanel.

Avant toutes choses, et avant bien des réserves, il faut remercier le Collectif Colette d'avoir eu envie de rendre hommage à Eric Rohmer, l'un des créateurs français les plus importants du siècle dernier.

Cela dit, Laurent Cogez, qui a assuré la mise en scène du spectacle "Pauline à la plage", adapté du scénario publié du film de Rohmer, s'est attelé à une tache certainement trop lourde pour ses épaules.

Même s'il est plein de bonne volonté, le travail de Laurent Cogez est bourré de contresens. On ne s'acharnera pas mais on donnera deux exemples qui aboutissent à réduire l'oeuvre de Rohmer à l'anecdote.

D'abord, dans ce film, plus encore que dans les autres "Contes et proverbes", Rohmer a soigné les différences d'âge. Pauline, le rôle titre, était jouée par Amanda Langlet, une toute jeune fille et sa cousine, Marion, par Arielle Dombasle, qui, même si son âge est un secret d'état bien gardé, avoisinait largement les 25 ans en 1982. Henri, l'aventurier baroudeur qui la fait chavirer, en a une bonne dizaine de plus.

Dans la pièce, tout le monde a grosso modo le même âge. Il est alors impossible de comprendre les enjeux moraux et psychologiques qui se cachent derrière ses différences d'âge. Si dans la subtile combinatoire amoureuse décrite ici par Rohmer, telle chose fonctionne et pas telle autre, c'est aussi à cause des rapports d'âge.

Par ailleurs, Laurent Cogez a cru nécessaire de rajouter un prologue où, Pierre, derrière ce qui est censé être sa planche à voile, à l'aide d'un feutre, explique l'histoire physique de la Terre et ses rapports avec l'amour. Utiliser ainsi Pierre, qui rate Marion parce qu'il ne sait pas parler, est un contresens qui donne à penser qu'il est du côté du verbe alors qu'au contraire, c'est là sa faille.

Evidemment, on risque aussi de trouver que les personnages truculents du film sont devenus fades, comme celui de Louisette, la marchande de bonbons qui permettait à Rosette de faire une composition inoubliable. Pareillement, si Carine Goron est d'une beauté égale à celle d'Arielle Dombasle, elle ne peut pas rivaliser en "burlesque involontaire " et son personnage s'en ressent.

On pourra objecter qu'il va y avoir forcément, hélas, beaucoup de spectateurs qui, ne connaissant par le film de Rohmer, regarderont cette version pour ce qu'elle est, hors de toute comparaison.

Dans ce cas, il n'est pas sûr qu'ils puissent tout comprendre car Rohmer, quoi que certains en pensent, n'explique pas tout par le texte. Chez lui, l'image est d'une grande importance, notamment pour l'intrigue. Or, Laurent Cogez, par exemple dans la scène cruciale où Pierre croit voir le jeune Sylvain coucher avec Louisette, fait tout passer par le dialogue, là où dans le film le spectateur savait la vérité par l'image. Il n'est pas certain qu'ici, il saisisse tout.

Une fois encore, "Pauline a la plage" tombe dans le biais rédhibitoire de l'adaptation d'un film en pièce qui consiste non pas à adapter le scénario, base du film, mais la retranscription plan par plan de celui-ci. Dans l'Avant-Scène, est reproduit ce qu'il y a l'écran, pas ce qui était écrit qu'il y aurait dans le scénario, étape d'avant-tournage.

Si c'était le scénario de "Pauline" qu'avait adapté Laurent Cogez, il aurait dû se poser d'autres questions, et surtout des "questions théâtrales", retrouvant là des libertés et non plus des contraintes, qui l'obligent à faire des choix illogiques, comme de faire parfois parler alignés ses comédiens.

C'est dommage, car, même sans plage, sans la fraîcheur d'Amanda Langlet et la candeur d'Arielle Dombasle, quand les cinq acteurs disent les mots de Rohmer, survient quelque chose. L'esprit de ce grand créateur, pas encore reconnu à sa juste postérité, les irradie au point qu'ils parviennent, presque malgré eux, à transmettre alors un peu de sa foi aigüe en la beauté du monde.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=