Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pauline à la plage
Carreau du Temple  (Paris)  mai 2015

Spectacle d'après le scénario du film éponyme de Eric Rohmer conçu par le Collectif Colette, avec Carine Goron, Lucas Hérault, Marion Morvan, Blaise Pettebone, Nelly Pulicani et Maxime Taffanel.

Avant toutes choses, et avant bien des réserves, il faut remercier le Collectif Colette d'avoir eu envie de rendre hommage à Eric Rohmer, l'un des créateurs français les plus importants du siècle dernier.

Cela dit, Laurent Cogez, qui a assuré la mise en scène du spectacle "Pauline à la plage", adapté du scénario publié du film de Rohmer, s'est attelé à une tache certainement trop lourde pour ses épaules.

Même s'il est plein de bonne volonté, le travail de Laurent Cogez est bourré de contresens. On ne s'acharnera pas mais on donnera deux exemples qui aboutissent à réduire l'oeuvre de Rohmer à l'anecdote.

D'abord, dans ce film, plus encore que dans les autres "Contes et proverbes", Rohmer a soigné les différences d'âge. Pauline, le rôle titre, était jouée par Amanda Langlet, une toute jeune fille et sa cousine, Marion, par Arielle Dombasle, qui, même si son âge est un secret d'état bien gardé, avoisinait largement les 25 ans en 1982. Henri, l'aventurier baroudeur qui la fait chavirer, en a une bonne dizaine de plus.

Dans la pièce, tout le monde a grosso modo le même âge. Il est alors impossible de comprendre les enjeux moraux et psychologiques qui se cachent derrière ses différences d'âge. Si dans la subtile combinatoire amoureuse décrite ici par Rohmer, telle chose fonctionne et pas telle autre, c'est aussi à cause des rapports d'âge.

Par ailleurs, Laurent Cogez a cru nécessaire de rajouter un prologue où, Pierre, derrière ce qui est censé être sa planche à voile, à l'aide d'un feutre, explique l'histoire physique de la Terre et ses rapports avec l'amour. Utiliser ainsi Pierre, qui rate Marion parce qu'il ne sait pas parler, est un contresens qui donne à penser qu'il est du côté du verbe alors qu'au contraire, c'est là sa faille.

Evidemment, on risque aussi de trouver que les personnages truculents du film sont devenus fades, comme celui de Louisette, la marchande de bonbons qui permettait à Rosette de faire une composition inoubliable. Pareillement, si Carine Goron est d'une beauté égale à celle d'Arielle Dombasle, elle ne peut pas rivaliser en "burlesque involontaire " et son personnage s'en ressent.

On pourra objecter qu'il va y avoir forcément, hélas, beaucoup de spectateurs qui, ne connaissant par le film de Rohmer, regarderont cette version pour ce qu'elle est, hors de toute comparaison.

Dans ce cas, il n'est pas sûr qu'ils puissent tout comprendre car Rohmer, quoi que certains en pensent, n'explique pas tout par le texte. Chez lui, l'image est d'une grande importance, notamment pour l'intrigue. Or, Laurent Cogez, par exemple dans la scène cruciale où Pierre croit voir le jeune Sylvain coucher avec Louisette, fait tout passer par le dialogue, là où dans le film le spectateur savait la vérité par l'image. Il n'est pas certain qu'ici, il saisisse tout.

Une fois encore, "Pauline a la plage" tombe dans le biais rédhibitoire de l'adaptation d'un film en pièce qui consiste non pas à adapter le scénario, base du film, mais la retranscription plan par plan de celui-ci. Dans l'Avant-Scène, est reproduit ce qu'il y a l'écran, pas ce qui était écrit qu'il y aurait dans le scénario, étape d'avant-tournage.

Si c'était le scénario de "Pauline" qu'avait adapté Laurent Cogez, il aurait dû se poser d'autres questions, et surtout des "questions théâtrales", retrouvant là des libertés et non plus des contraintes, qui l'obligent à faire des choix illogiques, comme de faire parfois parler alignés ses comédiens.

C'est dommage, car, même sans plage, sans la fraîcheur d'Amanda Langlet et la candeur d'Arielle Dombasle, quand les cinq acteurs disent les mots de Rohmer, survient quelque chose. L'esprit de ce grand créateur, pas encore reconnu à sa juste postérité, les irradie au point qu'ils parviennent, presque malgré eux, à transmettre alors un peu de sa foi aigüe en la beauté du monde.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 juin 2024 : Garder le cap !

Musique, cinéma, théâtre, création artistique en général, Froggy's Delight est toujours là pour vous proposer ses coups de coeur, en attendant d'aller faire un tour à Avignon !
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Love changes everything" de Dirty Three
"Miss flower" de Emiliana Torrini
"Fauréver (A Tribute to Gabriel Fauré)" de Enrico Pieranunzi, André Ceccarelli, Diego Imbert
Présentation des Vieilles Charrues #32
"Hubble" de Hubble
"Ambiance agile" de L'Étrangleuse
"Les ravissements" de Maud Lübeck
"Précipice" de Maudits
"Eden, fall" de Melaine Dalibert
"Barbara Vol.1 (Plastèque planet)" de Nouriture
"Aero" de Persuasive
"Melancolia felice" de Sunshade
Sonic Winter, Snatcher, Hum Hum, L'Ambulancier, little Odetta et quelques autres clips à découvrir
et toujours :
"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)
et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=