Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Orphans
Théâtre Essaion  (Paris)  juin 2015

Comédie dramatique de Lyle Kessler, mise en scène par Sylvy Ferrus, avec Etienne Ménard, Vincent Simon et Bastien Ughetto.

De la pièce "Orphans" ("Orphelins") de Lyle Kessler, Alan J. Pakula, le réalisateur du "Choix de Sophie" avait tiré un beau film, "Les Enfants de l'impasse" avec Albert Finney et Mathieu Modine.

Ce titre est peut-être plus explicite qu'"Orphans" et fait référence aux "Dead End Kids", un groupe d'enfants qui, à Hollywood, jouaient les enfants des rues de New York et de Chicago, livrés à eux-mêmes et bien entendu tentés de devenir les petites mains des gangsters. Ces "Anges aux figures sales" se confrontaient ainsi à Bogart dans un célèbre film de Raoul Walsh

Sylvy Ferrus a fait le bon choix en adaptant cette pièce tellement riche en références mythologiques américaines qu'elle ne cesse d'être montée. Créée par Gary Sinise, et reprise avec Alec Baldwin, elle a, outre le film de Pakula, été l'objet d'une lecture avec Pacino dans le rôle du "père"/gangster.

Il faut dire qu'elle porte en elle la marque "Actor's Studio" dans ce qu'elle a de meilleur, Lyle Kessler ayant travaillé avec Lee Strasberg. Dans cette version très réussie de Sylvy Ferrus, les trois acteurs ne cherchent pas à jouer à tout prix selon les codes de la "Méthode". Si chacun est bien caractérisé, parfois sous tension et toujours enfermé dans son propre univers, ils parviennent pourtant à jouer à l'unisson pour que leur étrange trio prenne sens.

Dans "Orphans", deux jeunes frères sont livrés à eux-mêmes dans une maison de Philadelphie. Le plus grand,Treat, pour protéger son jeune frère, Philip, le maintient dans son enfance, au risque d'en faire un débile analphabète. Il ne sort jamais pendant que son aîné, en attendant pire, commet des petits forfaits pour les faire survivre.

Un soir, il ramène à la maison Harold, un homme ivre, un homme en possession d'une mallette pleine d'actions. Les deux frères décident de le kidnapper. Tout bascule alors car l'homme est un gangster qui voit en eux des "Dead End Kids", des petits orphelins voués au crime et à la mort précoce. Il va tenter de les ramener à la vie, à l'amour.

Pièce décidément "cinématographique", "Orphans" bénéficie du beau décor et des costumes impeccables de Marine Fronty et Zsoffia Rozgonyi. Avec une grande économie de moyens, elles sont parvenues à créer un intérieur où s'épuisent les angoisses de Philip et les frustrations de Treat et à rendre signifiantes les tenues des uns et des autres. Dès lors, on assistera à des échanges intenses, voire physiques, où le trio n'hésitera à passer par des moments de vraie violence.

Ce gangster mystérieux devient un père de substitution pour ces deux garçons perdus et bouleverse leur éternelle routine. Orphelin lui aussi, rêvant de les sauver ou de les adopter, il lie à jamais son destin aux leurs.

Etienne Ménard est très convaincant dans ce rôle de gangster à la Humphrey Bogart, poursuivi par un destin sans pitié. Il fait face à Bastien Ughetto, qui transforme son personnage de faux autiste prolongé en un modèle du genre, et à Vincent Simon, plus écorché, plus en manque d'amour, lui qui donne maladroitement ce qui en fait chez lui office à son frère.

La situation est forte, la pièce formidablement écrite et l'on sent, même sans en bien connaître tous les ressorts, que Sylvy Ferrus et ses acteurs se font un devoir d'en respecter l'esprit. Cette pièce apparemment très américaine touche à l'universel, car elle est avec une grande justesse du côté de ceux qui ont connu la pire des injustices, celle de grandir sans amour.

On n'hésitera donc pas à dire qu' "Orphans" est un des spectacles les plus réussis qu'on ait pu voir cette saison.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 3 juillet 2022 : Rythme d'été

Moins d'émissions mais toujours des chroniques tout au long de l'été sur le site évidemment, avec des spectacles, des nouvelles du Festival Off d'Avignon, des expos en région et peut être quelques concerts de temps en temps : restez connectés !

Du côté de la musique :

"Violetta y el jazz" de Emiliano Gonzalez Toro
"Leoni Leoni" de Leoni Leoni
"Circus envy" un nouveau mix à écouter en ligne signé Listen In Bed
"L'album du centenaire 1922-2022" de Odette Gartenlaub
"Folklore chapter 1" de Pilani Bubu
"Mami Wata" de Reuben's Daughters
et toujours :
"Garden Party" de Florent Marchet
"I had it all" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Spleen III" de Fleur du Mal
on découvre Grandma's Ashes et Sugar Pills
"Miniatures du dedans" de Hirsute
"All indians ?" de Imperial Quartet
"Whosampled.com" la 19eme émission de Listen In Bed à écouter
"Otrium"de Quentin Ghomari
"Heat" de Shake Stew

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Malade imaginaire" au Théâtre Le Lucernaire

"Boule de Suif" au Théâtre Le Lucernaire
"Novecento Pianiste" au Théâtre Le Lucernaire
"B+B=BB" à La Folie Théâtre
"Prisca Demarez - Coquelicot" au Théâtre de la Contrescarpe
"Hexagone" au Théâtre Essaion
les autres spectacles déjà l'affiche
et les spectacles à l'affiche du Festival Off d'Avignon

Expositions :

"ORLAN - Les femmes qui pleurent sont en colère" au Musée Picasso Paris
"Manifeste ORALN - Corps et sculptures" aux Abattoirs à Toulouse
dernière ligne droite pour "Love Brings Love" au Palais Galliera
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Esprit sacré" de Chema García Ibarra
"The Sadness" de Rob Jabbaz
en streaming gratuit avec :
"J'ai perdu mon corps" de Jérémy Clapin
"Séjour dans les monts Fuchun" de Gu Xiaogang
"Rapsody" de Constance Meyer
"Sashinka" de Kristina Wagenbauer
"Corps of Tobi" d'Alexa Bakony

Lecture avec :

"Cao Bang 1950" de Ivan Cadeau
"La fille sur le coffre à bagages" de John O'Hara
et toujours :
"La preuve du contraire" de Caitlin Wahrer
"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=