Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Que viva Eisenstein !
Peter Greenaway  juillet 2015

Réalisé par Peter Greenaway. Pays Bas/Belgique/Finlande/Mexique. Biopic. 1h45 (Sortie le8 juillet 2015). Avec Elmer Bäck, Luis Albert, Maya Zapata, Rasmus Slätis, Jakob Öhrman, Lisa Owen et Stelio Savante.

"Que Viva Eisenstein !" de Peter Greenaway est-il vraiment un biopic sur S.M. Eisenstein, le génial cinéaste soviétique ?

La question a-t-elle vraiment un sens quand on connaît le cinéma foisonnant, touffu, baroque du cinéaste anglais ?

En tout cas, après "Goltzius et la compagnie du Pélican" qui marquait le renouveau d'un créateur qui s'était trop longtemps perdu dans un cinéma maniéré qui tournait à vide, "Que Viva Eisenstein !" est une confirmation : son talent est encore bien vivant.

Il l'a mis ici au service d'un grand retour : celui de Serge Michel Eisenstein. Grâce à Greenaway, le réalisateur du "Cuirassé Potemkine" et d'"Octobre" reprend vie. Et, sous les traits du jeune Elma Bäck, grand sourire aux lèvres dans son costume blanc, il a fier allure.

Celui d'un des plus grands cinéastes du vingtième siècle. Celui dont les images restent en tête quand on les voit une seule fois. Qu'on se souvienne du landau chutant dans l'escalier d'Odessa. Qu'on se souvienne des chevaliers teutoniques pris dans les glaces.

Dans "Que Viva Eisenstein", Greenaway retrace un moment-clé dans la vie d'Eisenstein, celui où il fait une longue escale au Mexique. Venant d'Hollywood, où il n'a pas fait long feu, et pas très pressé de retrouver l'URSS sous la férule du camarade Staline, il est là pour tourner un film, "Que Viva Mexico !", hymne à un peuple encore marqué par des années de guerre civile et d'agitation révolutionnaire.

Entre Éros, qui prend les traits de son guide, et Thanatos, qui a pour synonyme le Mexique sous toutes ses formes, Eisenstein poursuit son rêve d'un cinéma total, d'un cinéma qui a pour centre son esprit et les images qui s'y créent, entièrement nourries par ce qu'il voit et vit.

Hommage d'un cinéaste à un cinéaste, "Que Viva Eisenstein" produit de belles images et de beaux plans. Certes, le résultat n'a pas la force symbolique de ce que tournait Eisenstein, ni sa transcendante pureté. Greenaway sait qu'il vient trop tard, mais il a aussi conscience de ressusciter un personnage presque oublié, hors les rangs des cinéphiles et des étudiants en cinéma.

Qu'il en soit remercié. Cette ballade mouvementée dans le cerveau fécond d'un génie recèle une grande tristesse. Ce qu'il filme au Mexique ne laissera qu'un matériau brut composé de photogrammes d'une force peu commune. Bientôt, malgré toute sa nonchalante mauvaise volonté, il sera contraint de rentrer dans la mère-patrie. Une patrie amère qui ne lui donnera plus l'occasion que d'achever deux grands films.

"Que Viva Eisenstein !" de Peter Greenaway est un film rythmé qui cache sa tristesse avec un détachement quasi dandy. Au départ, l'attelage Eisenstein-Greenaway paraissait étrange. Au bout de ce film virtuose, il a toute sa logique et l'on comprend qu'à l'évidence l'auteur de "Meurtre dans un jardin anglais" et celui d'"Alexandre Nevski" étaient faits pour se rencontrer.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 03 mars 2024 : une giboulée de nouveautés

Encore des tas de choses sympatiques à découvrir cette semaine, à voir, à lire, à écouter, à applaudir ! c'est parti pour le programme..

Du côté de la musique:

"Gangbusters melody club" de Caravan Palace
"Modern life" de Kiem H
"Veil" de Lysistrata
"It's soul that counts" de Principles of Joy
"Stonewalled" de Under 45
quelques petits clips à découvrir : Sidilarsen, Alcest, Karkara, Lucie Folch, The Silver Lines
"Rita Graham partie 1", nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
quoi de neuf du côté de Caesaria, Archi Deep, Chester Remington, Dirty Fonzy
"She Reaches Out to She" de Chelsea Wolfe
"Victoire de la musique" de Cotonete
"Back to the wall" de Grand March
"Please, wait" de Maxwell Farrington & Le SuperHomard
"La reine du secourisme" de Nicolas Jules
"On the spot" de Philippe Soirat
"#puzzled" de Pierre-François Blanchard
"Goodbye black dog" de PURRS
"Print, Secrets for you" de Sylvain Cathala
"Witchorious" de Witchorious

Au théâtre

les nouveautés :

"Les bonnes" au théâtre 14

"A qui elle s'abandonne" au Théâtre La Flêche
"Les quatres soeurs March" au Théâtre du Ranelagh
"Mémoire(s)" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"N'importe où hors du monde" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Quand je serai un homme" au Théâtre Essaïon
et toujours :
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" à La Reine Blanche
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec :

"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
et toujours :
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Le masque de Dimitrios" de Eric Ambler

"La vie précieuse" de Yrsa Daley-Ward
"Le bureau des prémonitions" de Sam Knight
"Histoire politique de l'antisémitsme en France" Sous la direction d'Alexandre Bande, Pierre-Jerome Biscarat et Rudy Reichstadt
"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=