Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bertrand Betsch
My love is for free  (Les Imprudences, l'autre label)  juillet 2015

Bonsoir messieurs dames, non je ne suis pas un voleur, non je ne suis pas un voleur, si je parle devant vous comme ça, c’est que j’ai fait des mauvais choix, j’ai fait de la prison, mais j’ai payé ma dette à la société et que j’essaie de m’en sortir sans retomber dans la délinquance facile et que si je devais vous parler de tous les projets de crowdfunding, pardon de "Financement participatif" que je vois passer, je passerai ma vie à ça, à vous demander “sivoupléééé lartist illapa day mésondedisk é padargen sivoupléééé".

Oui, la musique sur le net ressemble de plus en plus à une rame de métro aux heures pointes : "bonjour, si je viens vous voir, c'est que je n’ai pas le choix, à part celui de l’indépendance (trad. : personne n’a voulu de moi), je vais passer parmi pour vous demander un ou deux euros pour enregistrer un riff de guitare, payer mon clip, mon attaché(e) de presse et rester propre, je sais que c’est aussi difficile pour vous que pour moi, et donc si vous me donnez cinq euros je noterai votre nom en caractère quatre sur le livret de mon disque, si vous me donnez dix euros en plus, je vous envoie un mail personnalisé avec un petit cœur, d’avance merci, c’est pour la musique, c’est pour la culture, c’est pour les artistes...".

Donc les projets de crowdfunding, je n’en parle pas, je n’en parle jamais. Mais comme je n'aime rien tant que me dédire, parce que je n’ai aucune parole, je vais vous parler d’un projet de financement participatif. J’en parle d’autant plus facilement qu’il est clos, que même que si vous voulez donner, bah c’est trop tard. Mais je tiens mon RIB perso à dispo au cas où vous auriez de l’argent dont vous ne sauriez que faire.

Il y a quelques mois, Bertand Betsch a demandé l’aide des internautes pour produire son prochain disque, La vie apprivoisée. Bon, quand Bertand Betsch te demande quelque chose, tu ne cherches pas midi à dix-sept heures et tu réponds juste "ok tu veux combien ?". Les contreparties, sans lesquelles un projet de crowdfunding n’existe pas, franchement ça importe peu. Et pourtant. Dans les contreparties, il y avait "un disque inédit surprise", un temps j’ai cru qu’il s’agirait de la réédition de La Soupe A La Grimace, album aussi culte qu’introuvable (physiquement), ou pourquoi pas la version "reprise / tribute" sur laquelle B/B/ (Bertrand Betsch) travaille depuis quelques années. Mais en fait comme souvent, comme toujours, j’avais tout faux.

L’album d’inédits que B/B/ a offert à ses "financiers" est un album de reprises de chansons qu’il aime bien. Une sorte de fantasme de tout chanteur, "tiens, je vais chanter des chansons que j’aime bien qui ne sont pas de moi", et ce n’est pas juste trois ou six, non c’est dix-huit (18 !) reprises qu’il nous offre, et quand on lit la liste des chansons, la première réflexion qui vient c’est "péripatéticienne il a des testicules" parce que reprendre Dominique A, Murat, Low, The Magnetic Fields, il faut oser et reprendre Indochine, Souchon, France Gall, Françoise Hardy il faut assumer et il y en a dix autres mais je vous épargne la litanie de noms. On retrouve certaines qu’il ballade depuis quelques temps déjà ("A Toi", "La Vie Ne vaut Rien"), d’autres beaucoup plus obscures, sorties de nulle part (je ne cite rien pour ne pas prouver mon inculture musicale).

Et pourtant rien n’est une faute de goût, tout passe parfaitement, B/B/ a cette capacité incroyable de faire sienne n’importe quelle chanson qu’il aime, et qu’on aime aussi parce que oui, mais si on ne l’avoue pas en société, un bon France Gall ou même parfois un petit Michel Sardou on adore ça (je vous rassure, ou pas, il n’y a pas de Mimi sur ce disque), ce n’est pas un disque de reprises, c’est un disque de Bertand Betsch, dans sa parfaite lignée discographique, un tome bis à B/B/ Sides, c’est là aussi où on comprend mieux l’évidence de son écriture, voilà ce qu’il écoute, ce qu’il a digéré, assimilé, on comprend les racines de sa musique, de ses mots, et tout semble une évidence, tout est dit. Avec son accent délicieusement français sur les chansons en anglais, son phrasé inimitable sur les chansons françaises. Le titre de ce disque est My love is for free, comme un parfait pied de nez à cette nouvelle économie participative, free dans le sens libre pas forcement gratuit. Et si un jour, il a chanté "je vous aimais mieux avant. Oui, je vous aimais mieux, Bertand", on a juste envie de lui répondre : Non Bertrand, même si je ne peux plus dire je t’aime, notre amour pour vous n’a pas bougé, il est toujours si grand, si infini, si libre...

Je n’ai aucune idée d’à combien d’exemplaires ce disque a été tiré, mais si jamais l’occasion se présente à vous, procurez-le vous, volez-le à un ami qui l’a (je ne suis pas votre ami, ne volez pas le mien), parce qu’une aussi belle collection de belles chansons aussi bien instrumentalisées, aussi bien chantées avec la voix pourtant si fragile de B/B/, c’est vraiment rare.

PS : j’aurai pu faire une chronique plus intellectuelle avec des références, Johnny Cash, Olivier Libaux, histoire de la musique, Bertrand Dicale, etc. Mais j’ai préféré laisser parler mon cœur que ma tête, je m’excuse de vous demander pardon, mais la musique de B/B/ c’est ça aussi, surtout. A vot’bon cœur messieurs dames !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Pas de bras, pas de chocolat de Bertrand Betsch
La chronique de l'album La chaleur humaine de Bertrand Betsch
La chronique de l'album Je Vais Au Silence de Bertrand Betsch
La chronique de l'album Le temps qu'il faut de Bertrand Betsch
La chronique de l'album La nuit nous appartient de Bertrand Betsch
La chronique de l'album La Vie Apprivoisée de Bertrand Betsch
La chronique de l'album Tout doux de Bertrand Betsch
La chronique de l'album Pour mémoire de Bertrand Betsch
La chronique de l'album La traversée de Bertrand Betsch
Bertrand Betsch en concert au Café de la Danse (9 mars 2005)
Bertrand Betsch en concert au Festival Détours de chant #16 (édition 2017)
L'interview de Bertrand Betsch (23 janvier 2007)
L'interview de Bertrand Betsch (janvier 2012)
L'interview de Bertrand Betsch - Seconde partie (janvier 2012)
L'interview de Bertrand Betsch (dimanche 17 novembre 2013)
L'interview de Bertrand Betsch (février 2015)
L'interview de Bertrand Betsch (mecredi 11 mai 2016)

En savoir plus :
Le site officiel de Bertrand Betsch
Le Soundcloud de Bertrand Betsch
Le Myspace de Bertrand Betsch
Le Facebook de Bertrand Betsch
Le site officiel du label Les Imprudences, L'Autre Label
Le Facebook du label Les Imprudences, L'Autre Label


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Bertrand Betsch (11 mai 2016)
Bertrand Betsch (17 novembre 2013)
Bertrand Betsch (4 mars 2012)


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=