Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Aymé
Silencio  (Paris)  mercredi 1er juillet 2015

Descendre les escaliers du Silencio, cette boîte de Pandore mystérieuse qui s’ouvre à vous pour aller à la découverte de nouveaux, sons, de nouvelles images, de nouvelles sensations, de nouvelles personnes, est toujours une aventure excitante et pleine de surprises.

C’est à ce saut dans l’inconnu que je me suis livré, le mercredi 1er juillet, pour découvrir Aymé, jeune groupe francilien à l’occasion de la sortie du single "More" et d’une de leurs premières prestations scéniques après être passés par la Flèche d’or quelques jours plus tôt.

Pour découvrir un groupe que l’on ne connaît ni d’Eve ni d’Adam, deux solutions, se raccrocher à des références faciles, on est dans le registre de l’analyse, ou se laisser aller au ressenti pur et dur et ouvrir ses yeux et ses oreilles. Pour les yeux, rien à attendre de particulier, pas de recherche formelle, look "étudiant", pas de postures calculées. On mettra ça sur le dos de la jeunesse ou plutôt du naturel, ce qui, au final, n’est pas un obstacle bien au contraire, il s’agit de musique quand même.

Pour les oreilles, c’est tout autre. On est tout de suite saisi par la voix haut perchée du chanteur qui n’est pas sans rappeler celle du groupe New-yorkais Clap your hands say Yeah. Une voix jamais loin de la limite et du déraillement mais qui toutefois dégage une profonde maîtrise du chant. Pour l’anecdote, chaque morceau est précédé d’un petit cri étrange, presque primal… Pour la musique et les arrangements, beaucoup de richesse, de prise de risques dans de multiples directions de la pop à la world music sans que jamais on ne puisse dire à quel style ou catégorie musicale ils s’y réfèrent. C’est ce qui est plaisant avec Aymé, c’est à la fois assez évident et très insaisissable, très construit, très géométrique mais aussi ça vous échappe, primitif et sophistiqué, réel et poétique, dispersé et harmonieux.

Ce que propose Aymé est très original et très inédit par rapport à ce qu’offre la scène française qui oscille souvent entre chanson française, électro ou imitation laborieuse de la pop anglaise. Ce flou artistique, ce kaléidoscope musical, ce labyrinthe en connexion avec ce lieu "lynchien" est une invitation très communicatrice à la musique. Le public ne s’y est d’ailleurs pas trompé, Aymé a le don de vous transformer de l’état de spectateur à celui de danseur et d’auditeur. C’est une musique au final très sensorielle qui vous transporte. Quarante minutes d’un set impeccable. On a hâte d’en écouter plus à l’occasion d’un futur album déjà enregistré.

Aymé, on devrait vite en entendre parler. Mais chut… "Silencio" !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Aymé parmi une sélection de singles (août 2013)

En savoir plus :
Le Soundcloud de Aymé
Le Facebook de Aymé


François Remoué         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=