Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Nuits blanches du facteur
Andrei Kontchalovski  juillet 2015

Réalisé par Andrei Kontchalovski. Russie. Drame. 1h41 (Sortie le 15 juillet 2015). Avec Aleksey Tryapitsyn, Irina Ermolova, Timur Bondarenko, Viktor Kolobkov, Viktor Berezin, Tatyana Silich, Irina Silich et Yuriy Panfilo.

En activité depuis plus de cinquante ans, ayant tissé sa toile de Moscou à Los Angeles, fourni des oeuvres officielles et des films plus retors, Andreï Konchalovski, par ailleurs scénariste du chef d'oeuvre d'Andreï Tarkovski, "Andreï Roublev", n'en a pas fini avec le cinéma.

Son dernier film "Les Nuits blanches du facteur" le prouve dans chacun de ses plans.

À l'heure où il ne fait pas bon dire du bien de la Russie, Andreï Konchalovski rappelle combien ce pays immense est une mosaïque de solitudes, dans laquelle chacun survit en demeurant solidaire des autres solitaires. Pour le prouver, il a installé sa caméra autour du lac Kenozero, où les habitants forment une communauté éparpillée, reliée par la tournée en bateau de son facteur.

Si l'on a le droit aux invariants russes, comme la propension générale pour la dive bouteille, comme la description d'un quotidien plus morne que mouvementé, "Les Nuits blanches du facteur" d'Andréï Konchalovski ne s'en tient pas au constat et aux poncifs.

Il rejoint les meilleurs films soviétiques de son réalisateur, du "Premier maître" (1965) au "Bonheur d'Assia" (1967) et à "Rabia Ma poule" (1994), œuvres où il décrivait des communautés ou des êtres vivant difficilement, certes, mais avec une énergie et une rage qu'on n'aurait pas trouvé ailleurs.

Il y a une âme, une foi en la vie, une absence d'aigreur qui forcent l'admiration du réalisateur.

Chez ce facteur voué à un quotidien répétitif, mais dans une nature à nulle autre pareille, il n'y a aucune résignation. Il pourra même faire l'expérience de l'altérité et de l'ailleurs, pour montrer que sa curiosité n'est pas morte. Cela ne l'empêchera pas de reprendre le chemin du fleuve au service d'un monde sans doute en voie de disparition, bien qu'il s'accroche, qu'il ait toujours une énergie tout autre que celle du désespoir.

Acteur non professionnel, comme la plupart des personnages des "Nuits blanches du facteur" à l'exception de celui d'Irina, Aleskey Tryapitsyne est réellement facteur. Cependant, jamais on a l'impression d'être dans un documentaire sur sa tournée. Konchalovski l'a transformé en "authentique" acteur et il s'avère, avec sa face burinée et silencieuse, un sacré comédien, rendant crédible sa vie fictionnée.

Filmé dans la province d'Arkhangelsk, "Les Nuits blanches du facteur" est un film qui frappe par la beauté "simple" de ses paysages, une beauté rude qui ne s'apprécie que peu à peu et dans laquelle semble s'être immergé complètement Konchalovski.

Par la modestie de son propos, son absence de théorie sur la Russie d'aujourd'hui qui pour certains vaut soumission à Poutine, la réussite des "Nuits blanches du facteur" d'Andreï Konchalovski devrait échapper à beaucoup, même s'il a reçu le Lion d'Argent à la Mostra de Venise en 2014.

Pourtant, c'est un film qui rassemble l'expérience d'une vie, qui la transmet sans calcul avec une vraie générosité et qui a la beauté d'une grande œuvre de la maturité d'un grand créateur. À la fois contemplatif et plein de vie, il ne mérite pas l'indifférence.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=