Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Umrika
Prashant Nair  juillet 2015

Réalisé par Prashant Nair. Inde. Comédie dramatique. 1h40 (Sortie le 29 juillet 2015). Avec Suraj Sharma, Tony Revolori, Prateik Babbar, Smita Tambe, Pramod Pathak, Adil Hussain, Rajesh Tailang et Amit Sial.

"Umrika" de Prashant Nair s'inscrit dans cette veine récente du cinéma indien qui a plus pour modèle Hollywood que Bollywood, comme "The Lunchbox", "Titli , une chronique indienne" ou "Siddharth" avant lui.

On pourra, bien sûr, trouver que cette occidentalisation des sujets, de la manière de raconter les histoires, voire de les jouer, constitue une acculturation.

Difficile de savoir précisément si "Umrika", produit "Sundance" est un film qui peut être reçu avec un même écho ici et ailleurs, s'il est fait pour les Indiens ou pour "nous, les Occidentaux", d'autant quand on sait que son réalisateur a vécu partout dans le monde et paradoxalement peu en Inde.

En tout cas, "Umrika", à l'inverse de bien d'autres, est un film qui n'est pas dupe de lui-même puisqu'il joue sur les clichés et les préjugés tous azimuts.

D'abord, pour être vraiment clair, il faut expliquer ce qu' Umrika veut dire... Umrika, c'est le mot hindi qui sert à désigner "L'Amérique", au sens étasunien, par les habitants de Jivatpur dans les années 1970-1980. Dans ce village "typique", presque "pagnolesque", se passe un événement extraordinaire : Udaï, l'un des membres de la communauté décide de partir en Umrika...

Dès lors, la vie du village va être rythmée par les lettres d'Amérique qu'il adresse à sa mère et son petit frère, Ramakant, va grandir à l'ombre de cette figure titulaire, mythique, abstraite, presque étouffante. Mais, mais...,et ce sera le cœur du film difficile à raconter car "Umrika" repose sur de très belles astuces scénariques, les choses ne sont pas si claires que ça.

Aux clichés de Prashant Nair sur ce village propret rempli de personnages truculents, répondent des clichés d'Udaï sur l'Amérique qui finissent par provoquer des interrogations chez Ramakant.

On n'en dira pas davantage sur l'histoire et l'on précisera que le film prend son sens quand Ramakant quitte à son tour le village. Dès lors, plus question de clichés, c'est une Inde urbaine qui est présentée et qui paraît assez convaincante. "Umrika" devient peu à peu un vrai suspense, avec quelques pistes et fausses pistes, jusqu'au dénouement final.

Ceux qui surmonteront le handicap d'un titre étrange, ainsi que de sa provenance indienne, et qui iront voir "Umrika" de Prashant Nair, seront en présence d'un très bon divertissement - mais pas que ça - et ne pourront que fonctionner à cette histoire pleine de rebondissements imprévisibles.

Et puis, ils découvriront que les acteurs indiens peuvent être extraordinaires, qu'ils jouent à "l'indienne" comme la mère (Smila Tambe) et le père du héros (Pramod Pathak), où à l'"américaine", comme Ramakant (Suraj Sharma) vu dans "L'Odyssée de Pi" d'Ang Lee et son ami Lalu (Tony Revolori) que l'on a découvert en groom espiègle dans "The Grand Budapest Hotel" de Wes Anderson.

Il ne faut donc absolument pas rater "Umrika" de Prashant Nair, exemple convaincant d'un vrai cinéma indien indépendant qui, pour l'heure, ne pâtit pas trop de sa fabrication hybride.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=