Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Umrika
Prashant Nair  juillet 2015

Réalisé par Prashant Nair. Inde. Comédie dramatique. 1h40 (Sortie le 29 juillet 2015). Avec Suraj Sharma, Tony Revolori, Prateik Babbar, Smita Tambe, Pramod Pathak, Adil Hussain, Rajesh Tailang et Amit Sial.

"Umrika" de Prashant Nair s'inscrit dans cette veine récente du cinéma indien qui a plus pour modèle Hollywood que Bollywood, comme "The Lunchbox", "Titli , une chronique indienne" ou "Siddharth" avant lui.

On pourra, bien sûr, trouver que cette occidentalisation des sujets, de la manière de raconter les histoires, voire de les jouer, constitue une acculturation.

Difficile de savoir précisément si "Umrika", produit "Sundance" est un film qui peut être reçu avec un même écho ici et ailleurs, s'il est fait pour les Indiens ou pour "nous, les Occidentaux", d'autant quand on sait que son réalisateur a vécu partout dans le monde et paradoxalement peu en Inde.

En tout cas, "Umrika", à l'inverse de bien d'autres, est un film qui n'est pas dupe de lui-même puisqu'il joue sur les clichés et les préjugés tous azimuts.

D'abord, pour être vraiment clair, il faut expliquer ce qu' Umrika veut dire... Umrika, c'est le mot hindi qui sert à désigner "L'Amérique", au sens étasunien, par les habitants de Jivatpur dans les années 1970-1980. Dans ce village "typique", presque "pagnolesque", se passe un événement extraordinaire : Udaï, l'un des membres de la communauté décide de partir en Umrika...

Dès lors, la vie du village va être rythmée par les lettres d'Amérique qu'il adresse à sa mère et son petit frère, Ramakant, va grandir à l'ombre de cette figure titulaire, mythique, abstraite, presque étouffante. Mais, mais...,et ce sera le cœur du film difficile à raconter car "Umrika" repose sur de très belles astuces scénariques, les choses ne sont pas si claires que ça.

Aux clichés de Prashant Nair sur ce village propret rempli de personnages truculents, répondent des clichés d'Udaï sur l'Amérique qui finissent par provoquer des interrogations chez Ramakant.

On n'en dira pas davantage sur l'histoire et l'on précisera que le film prend son sens quand Ramakant quitte à son tour le village. Dès lors, plus question de clichés, c'est une Inde urbaine qui est présentée et qui paraît assez convaincante. "Umrika" devient peu à peu un vrai suspense, avec quelques pistes et fausses pistes, jusqu'au dénouement final.

Ceux qui surmonteront le handicap d'un titre étrange, ainsi que de sa provenance indienne, et qui iront voir "Umrika" de Prashant Nair, seront en présence d'un très bon divertissement - mais pas que ça - et ne pourront que fonctionner à cette histoire pleine de rebondissements imprévisibles.

Et puis, ils découvriront que les acteurs indiens peuvent être extraordinaires, qu'ils jouent à "l'indienne" comme la mère (Smila Tambe) et le père du héros (Pramod Pathak), où à l'"américaine", comme Ramakant (Suraj Sharma) vu dans "L'Odyssée de Pi" d'Ang Lee et son ami Lalu (Tony Revolori) que l'on a découvert en groom espiègle dans "The Grand Budapest Hotel" de Wes Anderson.

Il ne faut donc absolument pas rater "Umrika" de Prashant Nair, exemple convaincant d'un vrai cinéma indien indépendant qui, pour l'heure, ne pâtit pas trop de sa fabrication hybride.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=